Le danger du nouveau gouvernement israélien

0
77

Le nouveau gouvernement israélien prend ses fonctions déjà largement paralysé. Avec huit partis différents, ils ne s’entendent que sur deux choses.

Premièrement, ils veulent se débarrasser du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Vérifiez – c’est fait. Deuxièmement, étant donné l’improbabilité de parvenir à un accord sur des changements politiques majeurs, ils conviennent tous que la situation actuelle d’occupation et d’apartheid pour les Palestiniens est tout à fait durable pour les Israéliens juifs.

Pour l’instant, le statu quo prévaudra. Et c’est un problème.

Malgré la présence du centriste, du centre-gauche et d’un petit parti palestinien, le pouvoir dans le nouveau gouvernement appartient à l’extrême droite. Le nouveau Premier ministre Naftali Bennett, un leader de longue date des colons illégaux d’Israël, s’est vanté d’être sensiblement à droite de son mentor d’extrême droite, Netanyahu. En 2013, il s’est vanté : « J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie, et cela ne pose aucun problème.

En fait, le pouvoir dans les deux blocs de la Knesset – la nouvelle coalition du « changement » et l’opposition dirigée par Netanyahu au Likoud – repose sur la trajectoire de la droite à l’extrême droite fasciste de la politique israélienne en général. Les deux blocs soutiennent le maintien du statu quo concernant les Palestiniens.

Ainsi, quelque soient les changements de langage ou de ton qui pourraient temporairement émerger des dirigeants israéliens post-Netanyahu, il n’y aura pas de changement dans les conditions de vie des Palestiniens.

Aucun changement pour ceux qui vivent sous occupation militaire en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, aucun changement pour ceux qui vivent sous le siège de 15 ans à Gaza et les conséquences du récent bombardement meurtrier d’Israël là-bas, aucun changement pour ceux qui vivent en troisième ou quatrième citoyens de classe à l’intérieur du territoire d’Israël de 1948, et aucune chance pour ceux qui vivent en tant que réfugiés de troisième ou quatrième génération dans la diaspora lointaine de Palestine.

Au-delà de plusieurs années de la même oppression, dépossession et apartheid pour les Palestiniens, il y a ici un danger politique supplémentaire. La menace est évidente à Washington, parmi certains à la Maison Blanche et au Congrès.

Tout en continuant leur soutien sans critique pour donner des milliards de dollars d’aide américaine directement à l’armée israélienne, en soutenant sans critique Israël à l’ONU et en protégeant les dirigeants israéliens d’être tenus pour responsables devant la Cour pénale internationale, beaucoup à Washington étaient encore embarrassés par Netanyahu. Ils le voyaient, avec précision, comme un clone israélien de Trump, partageant le racisme manifeste de l’ancien président américain, l’islamophobie grossière, le nationalisme xénophobe et l’autoritarisme de droite pur et simple – sans parler du mépris de Trump pour les démocrates, la presse et la démocratie. 

Netanyahu, bien sûr, avait commencé dans cette voie des décennies avant l’émergence de Trump en tant que force politique. Mais les années au pouvoir de Trump ont permis au pouvoir de Netanyahu de s’élever à la fois en Israël et dans les arènes régionales et même mondiales. Certains de ceux parmi les dirigeants et les décideurs politiques actuels de Washington seront probablement si reconnaissants d’avoir mis Netanyahu à l’écart qu’ils accueilleront Bennett et son partenaire de coalition télégénique et ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, comme symboles d’un nouveau départ – un « redémarrage ” des relations de Washington avec Israël.

Et c’est très dangereux. Parce que ce nouveau gouvernement n’a pas l’intention de changer la politique de Tel-Aviv en se basant sur ce que l’organisation israélienne des droits de l’homme B’tselem appelle « un régime de suprématie juive » du fleuve à la mer.

Ce nouveau gouvernement n’a pas l’intention de mettre fin aux efforts israéliens pour saper le retour des États-Unis à l’accord nucléaire iranien, même si la guerre pourrait en résulter. Ces nouveaux dirigeants n’ont aucune intention de se tenir responsables des violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme à Gaza ou ailleurs.

Ce ne sont que quelques nouveaux visages qui arrivent en ville, à commencer par celui qui se vante « J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie ». Espérons qu’il y aura assez de pression continue sur ceux de Washington désireux de les accueillir pour leur rappeler que certains d’ entre nous n’avons un problème avec ça.