Mobilisation pour le climat en vue de la COP26

0
186

Extrait d’une résolution adoptée par le Comité international de la Quatrième Internationale, 24 février 2021

1. Les catastrophes, dont les événements météorologiques extrêmes liés au changement climatique sont la cause principale, ont doublé en 20 ans, tuant plus de 1,2 million de personnes dans le monde depuis 2000. Températures estivales record dans l’hémisphère nord et sud (y compris l’Arctique et l’Antarctique) ), incendies meurtriers, hivers exceptionnellement doux et sans neige dans de nombreuses régions, perturbation de la mousson, événements météorologiques plus fréquents et plus extrêmes: la catastrophe climatique est en cours. Elle progresse plus vite que les projections, principalement en raison de la sous-estimation des rétroactions positives du réchauffement climatique. Les mégafires en Australie ont illustré le danger majeur d’une chaîne de ces rétroactions conduisant à un changement rapide et irréversible du régime climatique. Cela augmenterait notamment le niveau des océans de plusieurs merters,

2. La menace augmentant de plus en plus rapidement, la décision officielle prise à la COP21 (Paris) de «maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 ° C tout en poursuivant les efforts pour ne pas dépasser 1,5 ° C par rapport à l’ère préindustrielle» n’a pas été mise en œuvre même maintenant. La COP24 (Katowicze) et la COP25 (Madrid), de plus en plus ouvertement parrainées par des investisseurs capitalistes, se sont soldées par un échec. Les principaux responsables sont les gouvernements des États-Unis, de Chine, du Brésil et d’Australie, ainsi que l’Arabie saoudite et ses alliés du Golfe. Mais, au-delà des manœuvres de blocage des négateurs du climat, c’est fondamentalement l’impossibilité d’un capitalisme vert qui se révèle à travers ces échecs. Le réchauffement ne peut être limité en dessous de 1,5 ° C (et même en dessous de 2 ° C) sans aller à la racine du problème: l’accumulation capitaliste basée sur la guerre de la concurrence pour le profit, c’est-à-dire le mode capitaliste de production / distribution / consommation basé sur la propriété privée et l’exploitation de la force de travail (qui implique également l’exploitation d’autres ressources naturelles).

3. Pour atteindre l’objectif de la COP21, les négociations devraient viser d’une part à combler le fossé entre l’objectif de 1,5 ° C adopté à Paris, d’une part, et, d’autre part, les contributions déterminées au niveau national, sur la base desquelles le GIEC projette un réchauffement de 3,3 ° C d’ici la fin du siècle. Au contraire, ils butent depuis cinq ans sur le développement du «nouveau mécanisme de marché» décidé en principe à Paris pour donner des moyens accrus pour remplacer les réductions d’émissions par des «investissements propres» générateurs de «droits d’émission». L’expérience accumulée depuis le protocole de Kyoto montre que ces mécanismes ne sont généralement qu’un moyen de contourner des réductions efficaces des émissions et un néocolonialisme vert tout en monopolisant les forêts et autres ressources naturelles, sur le dos de la les gens . Mais c’est précisément l’enjeu clé pour les capitalistes: faire croire à l’opinion publique qu’ils luttent contre la catastrophe, tout en poursuivant leur travail d’accumulation par dépossession et destruction de la biodiversité. Avant de discuter de la manière de combler le fossé, les capitalistes et leurs représentants politiques veulent connaître l’étendue de ces possibilités de tricherie. Ce sera le préalable à la «montée des ambitions» qui devrait être l’enjeu majeur de la COP26 (Glasgow).

4. Plus d’un quart de siècle après le Sommet de la Terre (Rio, 1992) et l’adoption de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, les émissions annuelles de CO2 ont augmenté de 60%. La concentration atmosphérique de CO2, en constante augmentation, est désormais supérieure à 50% des niveaux préindustriels et sera bientôt supérieure à celles du Pliocène (il y a 2,6 à 5,3 millions d’années), alors qu’il n’y avait pas de calotte glaciaire permanente dans l’hémisphère nord et que le niveau de l’océan était environ 25 mètres plus haut qu’aujourd’hui. Que ce soit dans le cadre des COP ou dans d’autres forums, les négociations climatiques sont subordonnées aux impératifs de la croissance capitaliste et des rivalités géostratégiques. Il est illusoire d’attendre de ces COP qu’elles adoptent des mesures objectivement suffisantes pour une vraie solution, respectant la justice sociale et la justice climatique Nord-Sud, parce que cette solution est incompatible avec l’accumulation capitaliste. En ce sens, nous soutenons la déclaration de Greta Thunberg à la COP25 à Madrid selon laquelle la solution ne viendra pas de ces négociations, elle ne peut venir que des luttes des peuples.

5. Les années 2019-20 ont vu un développement spectaculaire du mouvement climatique mondial, avec des grèves dans les lycées, des manifestations de masse parfois extrêmement importantes (550 000 à Montréal!), Des actions de désobéissance civile, des métiers visant à bloquer les investissements fossiles, etc. Jeunes, femmes , les peuples autochtones et les paysans confirment leur rôle moteur. L’éco-anxiété a engendré de nouveaux réseaux d’activistes orientés vers l’action (FfF, Rise 2020, XR, etc.), principalement dans les pays dits «développés».

Dans le même temps, les mouvements indigènes ont continué et souvent intensifié leur organisation contre le capitalisme extractif et l’augmentation des accaparements de terres, le vol de semences et la destruction des territoires dans lesquels ils ont vécu pendant des siècles en relative harmonie avec Pachamama. Les mouvements autochtones, les paysans et les femmes ont également pris la tête d’un certain nombre d’autres grandes luttes de masse à travers le monde – en Argentine, au Chili, en Équateur, en Inde, etc. – dans des mouvements qui ne sont pas directement centrés sur les exigences écologiques, mais qui sont alliés essentiels du mouvement pour la justice climatique. Dans certains contextes, la solidarité entre les mouvements du Nord et du Sud a été renforcée.

Face à cela, lorsque leurs tentatives de rétablissement paternaliste et de cooptation dans le système de «gouvernance» ne fonctionnent plus, les gouvernements répondent par la calomnie, la criminalisation et la répression. Cela prend des formes particulièrement violentes face aux peuples autochtones et aux communautés rurales, dont beaucoup de militants sont assassinés, tandis que les destructeurs de forêts et autres pollueurs restent impunis. 11 088 km2 de forêt amazonienne ont été rasés en douze mois, conséquence directe de la politique extractiviste et pro-agro-industrielle de Bolsonaro, qui a également profité de la pandémie pour agir quand les gens ne le remarqueraient peut-être pas. L’accélération de la déforestation et la multiplication des incendies nous rapprochent d’un «effondrement» irréversible de l’Amazonie. La Quatrième Internationale (FI) appelle à la solidarité la plus large avec les victimes de cette répression et du projet génocidaire contre les peuples autochtones. Il soutient toute initiative de boycott des entreprises multinationales ou locales impliquées dans la destruction de l’Amazonie. Compte tenu de l’importance décisive de la forêt amazonienne pour l’équilibre écologique de la planète, l’IF appelle à des mobilisations internationales en faveur des populations qui tentent de résister aux projets écocides du gouvernement brésilien.