Palestine : le désastre du plan de Trump

0
135

Mustafa Barghouti, CNN, 30 janvier 2020

Mustafa Barghouti est le secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne et membre du Conseil central de l’OLP. 

L’accord proposé est désastreux pour les Palestiniens. Il appelle à la reconnaissance d’une Jérusalem « indivise » comme capitale d’Israël malgré le fait que l’annexion de Jérusalem-Est viole le droit international humanitaire. La proposition élimine également la question du droit au retour des réfugiés palestiniens, conformément à la résolution 194 de l’ Assemblée générale des Nations Unies, qui affirme le droit des réfugiés palestiniens de retourner dans leur foyer d’origine.

Le plan met fin à toute possibilité d’un État palestinien souverain indépendant, divisant plutôt les territoires en ghettos et bantoustans, assiégés, étouffés et isolés.

Le véritable objectif du plan de paix de Jared Kushner

Il existe actuellement de nombreux ghettos en Cisjordanie fragmentés par les colonies israéliennes jugées illégales par la résolution 2334 de 2016 du Conseil de sécurité de l’ONU; il y a aussi le mur de séparation et des centaines de barrages routiers militaires. Dans le cadre de l’accord de Trump, les zones palestiniennes resteront isolées, rien ne les reliant entre elles, sauf les tunnels et ponts proposés que l’armée peut fermer sous n’importe quel prétexte.

Avec cela, les États-Unis veulent subvertir la loi, la légitimité internationale et de nombreuses résolutions par le Conseil de sécurité de l’ ONU et de l’Assemblée générale. Cela annule également les décisions et jugements de la Cour internationale de Justice qui déclarent sans équivoque que les implantations sur des terres occupées sont illégales, tout comme l’annexion de terres appartenant aux occupés.

L’accord de Trump est clairement une tentative de légitimer les mesures illégales qu’Israël a déjà mises en œuvre dans les territoires palestiniens, dans le but d’annihiler toute possibilité d’établir un État palestinien libre et indépendant. Il fait de ces territoires des ghettos contrôlés par Israël, sans juridiction ni autorité sur les frontières, la sécurité, les routes, les ressources naturelles ou l’environnement où les Palestiniens vivent et respirent. Il confère à l’armée israélienne une domination absolue sur les questions économiques, sociales et de sécurité dans tous les territoires occupés.

Les Palestiniens pensent que les actions de l’administration Trump sont des tentatives de disposer une fois pour toutes de leurs droits nationaux. Ils croient que ce soi-disant «accord du siècle» est un projet israélien écrit par Netanyahu glissé dans une enveloppe américaine, et que l’administration Trump est non seulement partiale envers Israël, mais collabore avec les groupes racistes les plus extrêmes de la politique israélienne.  

En ce qui concerne les Palestiniens, l’état du ghetto que cet accord propose n’est pas différent des prisons israéliennes où des milliers de Palestiniens ont été incarcérés.

En annonçant l’accord proposé, le président Trump a parlé de la sécurité israélienne, mais il n’a pas mentionné une seule fois la sécurité palestinienne – maltraitée par l’occupation israélienne, la plus longue occupation de l’histoire moderne, ni la sécurité sociale et économique du peuple palestinien.

Israël s’approprie plus de 85% de l’eau palestinienne et les Palestiniens de Cisjordanie n’ont accès qu’à 73 litres d’eau par jour, tandis que les colons illégaux nagent dans des piscines et ont accès à plus de 300 litres.

La carte de Trump montre également ce qu’on appelle des  » routes séparées  » en Cisjordanie, qui sont exclusives aux Israéliens et interdites aux Palestiniens.

Ces routes sont déjà construites et font partie intégrante du système d’apartheid israélien, que Trump vient de sanctionner, contredit les lois internationales et fait en sorte qu’un État palestinien indépendant ne pourra jamais émerger.

Les bantoustans, les ghettos et l’apartheid ne sont pas la solution. Si un État palestinien indépendant, démocratique et libre ne peut émerger, alors le peuple palestinien n’aura pas d’autre choix que de lutter pour une solution à un seul État, où tous les citoyens – Palestiniens et Israéliens – se voient garantir l’égalité des droits et des libertés.

Le président Trump a fait beaucoup de dégâts avec son supposé accord de paix, non seulement aux Palestiniens, mais aussi au peuple israélien qui ne peut pas être fier d’avoir établi un système d’apartheid au 21e siècle.