Repenser l’Amérique latine après la pandémie

1
199

Maristella Svampa, Nueva Sociedad, no. 291, janvier-février 2021

 

2020 ne sera pas une année à oublier. Disruptif et dévastateur comme peu d’autres, elle laisse d’énormes blessures non cicatrisées dans nos corps, dans nos subjectivités et nos souvenirs. Et si certains s’attendent à une 2021 plus rassurante, personne ne peut garantir à la rigueur que ce qui s’est ouvert au début de la décennie avec la pandémie de Covid-19 se terminera par un ou plusieurs vaccins miracles. La dynamique déchaînée nous met en garde sur les contours d’une configuration civilisationnelle dont les caractéristiques globales, régionales et nationales ne sont pas encore parfaitement définies, mais dont les axes et les repères peuvent être aperçus. Je voudrais réfléchir à certains d’entre eux dans cet article, divisé en neuf «thèses».

  1. La pandémie a placé au centre ce qui était à la périphérie: elle a rendu visible le lien entre inégalités sociales et appropriation, ainsi que la relation entre zoonoses, pandémies et crise socio-écologique.

La pandémie de covid-19 a placé des problèmes qui étaient auparavant à la périphérie, minimisés ou invisibles au centre de la scène. D’une part, elle a mis à nu les inégalités sociales, économiques, ethniques et régionales et les niveaux élevés de concentration des richesses, les rendant plus insupportables que jamais. Après plusieurs décennies de néolibéralisme, elle a mis en évidence le déclin des services de base, non seulement en matière de santé mais aussi d’éducation (fracture numérique), d’accès au logement et de dégradation de l’habitat. La propagation du virus a montré l’échec d’un modèle de mondialisation néolibérale consolidé au cours des 30 dernières années dans le sillon de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ce qui ne signifie pas que le néolibéralisme est mort ou mourant; loin de là. La crise déclenchée par la pandémie a exacerbé les inégalités extrêmes à tous les niveaux. À l’échelle latino-américaine, selon un rapport d’Oxfam, les élites économiques et les super-riches ont augmenté leur richesse de 48,2 milliards de dollars, 17% de plus qu’avant l’apparition du covid-19, alors que la récession économique a mené 52 millions de personnes dans la pauvreté et plus de 40 millions de personnes au chômage, entraînant un recul de 15 ans pour la région 1. Le virus a montré à quel point nous sommes confrontés à un monde de propriétaires, car comme l’anthropologue Rita Segato l’a soutenu avant la pandémie, le mot inégalité ne suffit pas à décrire une telle obscénité: «C’est un monde marqué par la propriété ou la domination.» 2 .

Deuxièmement, la pandémie a rendu visible le lien étroit entre crise socio-écologique, modèles de mal développement et santé humaine. Jusqu’en mars 2020, le terme «zoonose» ne faisait pas partie de notre langage et peut-être pour certains, c’est encore un concept quelque peu technique ou lointain, Mais c’est la clé pour comprendre les coulisses de la pandémie. Derrière le covid-19 se cache le problème de la déforestation, c’est-à-dire la destruction des écosystèmes qui expulse les animaux sauvages de leur milieu naturel et libère des virus zoonotiques isolés depuis des millénaires, les mettant en contact avec d’autres animaux et humains dans des environnements urbanisés et rendant ainsi le saut interspécifique possible. Bien sûr, covid-19 n’est pas le premier virus zoonotique que nous connaissons; il y en a déjà eu d’autres, encore plus mortelles (Ebola, sars, grippe porcine et aviaire, vih ) 3 . Et bien que le virus se soit manifesté pour la première fois en Chine, cela aurait pu se produire dans n’importe quelle autre région de la planète, car ce qui est à sa base est un modèle de production mondial axé sur une productivité élevée et la maximisation des avantages économiques, construit par de grandes entreprises. qui s’accompagne d’une dégradation de tous les écosystèmes: expansion des monocultures qui conduisent à l’anéantissement de la biodiversité, surexploitation des ressources naturelles, contamination par les engrais et les pesticides, défrichement et déforestation; l’accaparement des terres, l’expansion des modèles alimentaires basés sur l’élevage à grande échelle, entre autres.

Ainsi, l’élément révélateur est que l’avancée du capitalisme sur les territoires a la capacité de libérer une grande quantité de virus zoonotiques, hautement contagieux, qui mutent rapidement et pour lesquels nous n’avons aucun remède. En somme, la pandémie a montré à quel point parler de «l’anthropocène» ou du «capitalocène» n’est pas seulement une question de changement climatique et de réchauffement planétaire, mais aussi de mondialisation et de modèles de développement médiocres. Ainsi, d’autres aspects de l’urgence climatique se détachent, non exclusivement liés à l’augmentation de l’utilisation des énergies fossiles, mais aussi aux changements d’occupation des sols, à la déforestation et à l’expansion de l’élevage intensif, tous sources de pandémies potentielles.

  1. Les métaphores et les concepts que nous utilisons pour tenter de saisir et d’analyser la pandémie doivent être compris dans un sens dynamique. Nous sommes passés de la métaphore du «portail» à celle de «l’effondrement», en gardant la métaphore de la guerre au centre du langage politique.

L’activation du frein d’urgence en raison de la situation sanitaire critique a généré une crise extraordinaire, avec d’énormes conséquences sociales, économiques et politiques. Dès le début, la métaphore de la guerre, c’est-à-dire l’allusion à la guerre contre le virus, a traversé le langage politique hégémonique. De mon point de vue, son utilisation tend à se concentrer sur le symptôme et à brouiller et cacher les causes structurelles, au-delà du fait qu’elle vise à réaliser la cohésion sociale face aux dommages, face à un ennemi « invisible » et « inconnu » . Je ne m’étendrai pas là-dessus, mais il convient de souligner la persistance de cette métaphore, malgré les informations circulant sur les causes de la pandémie 4 .

En fait, je suis intéressé à revenir sur deux autres métaphores utilisées: celle du portail et celle de l’effondrement. En effet, l’extraordinaire crise provoquée par le covid-19 s’est ouverte à des demandes ambivalentes et contradictoires. D’une part, les demandes de transformation, de solidarité et de changement; de l’autre, des demandes d’ordre et un retour à la «normalité». Ainsi, la crise extraordinaire nous a installés dans un «portail», compris comme un seuil de passage, qui a produit la dénaturalisation de ce que nous avions naturalisé. Comme l’a souligné l’écrivaine indienne Arundhati Roy dans un article remarquable, nous sommes remplis du sentiment de laisser un monde derrière nous, du sentiment de nous ouvrir à un monde différent, différent et incertain 5. Mais la métaphore du portail faisait également allusion à un carrefour: soit la crise ouvrait la possibilité d’aborder tous ces débats civilisateurs qui jusqu’à hier étaient à la périphérie, comme la propriété et la crise socio-écologique; ou bien l’humanité consolidait la voie du capitalisme du chaos, accélérant l’effondrement systémique, avec plus d’autoritarisme, plus de xénophobie, plus d’inégalités, plus de dévastation écologique.

En bref, la métaphore du portail n’avait rien à voir avec la possibilité d’un monde réinitialisé, une tâche impossible et exagérée. Elle comportait plutôt une double dimension, car si elle s’ouvrait dans un premier temps à un processus de libération cognitive, qui promouvait la nécessité de concevoir des transformations majeures (la crise comme opportunité), elle nous mettait aussi en garde contre le danger de fermeture cognitive, à travers le retrait défavorable et la consolidation des inégalités. Comme l’a rappelé, Naomi Klein, la crise pourrait être une nouvelle occasion de répéter la formule du capitalisme de catastrophe ou la «doctrine du choc », qu’elle définit comme une stratégie politique consistant à utiliser les crises à grande échelle pour promouvoir des politiques qui aggravent systématiquement les inégalités, enrichissent les élites et affaiblissent tout le monde. En temps de crise, les gens ont tendance à se concentrer sur les urgences quotidiennes pour survivre à cette crise, quelles qu’elles soient, et ils ont tendance à trop compter sur ceux qui sont au pouvoir. 6

Neuf mois après la déclaration de la pandémie, la métaphore  puissante du portail est tombée en désuétude et ce qui est entrevu sous le nom de «nouvelle normalité» ressemble plus à une aggravation et à une exacerbation des conditions existantes – sociales et écologiques -, ce que «l’effondrement» synthétise d’une manière à la fois univoque et multidimensionnelle. L’effondrement n’est pas seulement écologique, comme l’ont annoncé tant d’études scientifiques sur l’urgence climatique, mais aussi systémique et mondial. Son évolution impliquerait différents niveaux (écologique, économique, social, politique), ainsi que des degrés différents (il n’est pas nécessaire qu’il soit total) et des différences géopolitiques, régionales, sociales et ethniques (tous ne s’effondreront pas de la même manière) 7 . Bref, face à l’ère de l’effondrement émergent des visions différentes. Empiriquement, nous sommes confrontés à la prolifération d’images catastrophiques et dystopiques sur l’avenir, pour la plupart dépourvues de langage politique (ou ouvertement anti-politique), qui évoquent l’extinction et le chaos; d’autre part, en termes de théorie, cela semble donner naissance à une nouvelle discipline scientifique, aujourd’hui en gestation, la «collapsologie», créée par les Français Pablo Servigne et Raphaël Stevens, qui visent à réfléchir sur la fin du monde et proposent de discuter des éléments et politiques à mettre en place pour le traverser «le plus humainement possible» 8 .

  1. La pandémie a remis en question le multilatéralisme et le leadership mondial en se repliant sur les programmes nationaux, compte tenu de la rareté des stratégies coopératives et internationalistes.

Depuis mars 2020, on dit souvent que nous assistons au retour ou à la re-légitimation d’un État fort. Cependant, le retour des États est également l’expression d’un recul vers les agendas nationaux. Dans le contexte de la pandémie, chaque pays a joué son jeu, montrant ainsi la variabilité des stratégies sanitaires et politiques disponibles. À l’échelle nationale, le retrait a illustré une conjonction paradoxale, qui allie le décisionnisme hypermoderne (concentration des décisions dans le pouvoir exécutif et expansion du contrôle de la citoyenneté grâce aux technologies numériques) avec un fort processus de fragmentation locale (la fermeture des villes, provinces et états, à la manière du modèle villageois médiéval).

Il n’y a pas eu de réponses globales à l’urgence de la pandémie, mais plutôt une plus grande fragmentation et peu de coopération au niveau international, accentuant – comme beaucoup le disent – la perte de confiance dans l’intégration. Main dans la main avec Donald Trump, les Etats-Unis ont démissionné de leur rôle de leader mondial sans que cela signifie une meilleure gestion de la pandémie au niveau national. Extérieurement, cela s’est traduit par une tension géopolitique accrue avec la Chine ainsi qu’avec des organisations multilatérales comme l’Organisation mondiale de la santé ( OMS); vers l’intérieur, dans la confrontation de Trump avec les gouverneurs des différents États. De son côté, au début de la pandémie, la Chine a effectué des livraisons pour fournir des soins de santé à différents pays (dont plusieurs latino-américains). Intérieurement, presque tous les pays du globe ont subi des processus de militarisation qui ont eu un impact très particulier sur les populations les plus vulnérables, en particulier en Amérique latine (où les contrôles sont moins d’ordre numérique et beaucoup plus d’ordre physique et territorial); cela s’est aggravé dans certains pays émergents (Inde) et même chez nous, à l’intérieur des portes, où s’est exprimé la centralité du racisme comme structure revendiquée à long terme de domination.

Enfin, dans cette liste incomplète, bien que l’on ait beaucoup parlé du retour d’un État fort et que ses ambivalences (l’État d’exception qui coexiste avec l’État social) aient été mises en évidence , il y a eu peu de réflexion théorique et politique sur la possibilité de sa transformation pour faire face à la crise économique et sociale, vu et considérant les limites imposées par son évidente colonisation par les élites (les propriétaires).

La pandémie a accentué la concurrence nationaliste dans un contexte de désordre mondial. Un reflet de cela est la course pour obtenir un vaccin efficace, mais aussi la course pour obtenir ces mêmes vaccins. Ces derniers mois, les pays les plus riches ont cherché à assurer l’approvisionnement des différents vaccins en achetant des doses à l’avance. Cette politique de thésaurisation signifie qu’entre 40% et 50% de l’offre mondiale est déjà entre les mains des pays les plus riches, ce qui laisse moins de chances aux pays les plus pauvres 9. L’un des exemples les plus scandaleux est le Canada, où le premier ministre qui se dit « progressiste » Justin Trudeau, loin de toute stratégie de coopération, a signé des contrats avec sept sociétés pharmaceutiques pour obtenir 414 millions de doses, cinq fois plus que ce qui sera utilisé dans le pays.10  Pendant ce temps, dans différents pays du Sud (en particulier en Amérique latine), les gouvernements ont désespérément besoin de se procurer certains des vaccins, face à la deuxième épidémie redoutée du virus.

  1. En Amérique latine, les États ont décidé d’intervenir par le biais de politiques de santé publique, économiques et sociales, mais l’évolution de la pandémie a révélé les limites structurelles et conjoncturelles.

La pandémie et les horizons qu’elle ouvre soulèvent de nombreuses questions. À l’échelle mondiale, le moment semble venu de repenser la mondialisation à partir d’autres modèles et de jeter les bases d’un État fort, efficace et démocratique, avec une vocation à reconstruire le commun, articulant l’agenda social avec l’agenda environnemental. Cependant, aux niveaux régional et national, face aux impacts économiques, la question est évidente: dans quelle mesure les États périphériques ont-ils de larges épaules pour avancer dans les politiques de relance sociale?

Ainsi, en Amérique latine, le virus a encore accentué les inégalités sociales et territoriales existantes et exacerbé les défaillances structurelles (surpeuplement et manque d’accès aux soins de santé, soins de santé inadéquats, informalité, écart entre les sexes), ce qui a entraîné un cocktail potentiellement explosif. Une fois la première vague en Europe passée, l’Amérique latine, avec 8% de la population mondiale, est devenue l’épicentre de la pandémie, avec plus de décès dans le monde, au moins jusqu’à l’arrivée de la deuxième vague11.

Presque tous les pays de la région ont adopté des mesures économiques et sanitaires destinées à contenir la crise sociale et sanitaire. Selon un rapport récent de l’UNICEF, il existe au total 26 programmes temporaires de transferts monétaires adoptés par 18 pays de la région, parmi lesquels le cas du Honduras se distingue par l’assistance offerte aux travailleurs. Institutions indépendantes, la prolongation jusqu’en décembre du programme colombien de transfert de solidarité des revenus, l’augmentation de la valeur et l’élargissement de la couverture du revenu familial d’urgence chilien et les nouvelles dispositions pour la protection de l’emploi au Nicaragua (l’un des derniers pays à mettre en œuvre ce type de réponse)12. Au Brésil, Jair Bolsonaro a mis en place un «revenu de base» de 600 reais (environ 112 dollars) pour quelque 60 millions de personnes. Dans le cas de l’Argentine, le gouvernement a mis en œuvre jusqu’en décembre 2020 un revenu familial d’urgence pour les chômeurs, informels et indépendants des catégories les plus basses, qui atteint 7 854 316 personnes, augmenté l’aide alimentaire dans les cantines et lancé  certaines mesures pour contenir la crise du crédit des PME, qui sont la principale source de travail dans le pays. Il a également mis en œuvre un programme d’aide d’urgence au travail et à la production, destiné à payer 50% des salaires des entreprises (petites, moyennes et certaines grandes). Mais, comme l’affirme l’économiste Rubén Lo Vuolo, «ceux qui souffrent le plus de la pandémie sont les activités déclarées« non essentielles », les petites et moyennes unités productives et la main-d’œuvre informelle et précaire; qui coïncide également avec les groupes qui enregistrent les plus grands déficits de logement et un moindre accès aux services publics de base, y compris les services de santé » 13. Ce diagnostic pourrait être étendu à l’ensemble de la région, compte tenu des caractéristiques du marché du travail (54% est une main-d’œuvre informelle, selon les données de l’Organisation internationale du travail). Si l’on ajoute les changements survenus dans le monde du travail, en relation avec l’expansion du télétravail ainsi que les économies dites de plate-forme, les perspectives indiqueraient que la précarité est en augmentation. Dans tous les cas, selon le rapport de l’UNICEF susmentionné, en Amérique latine, le chômage est passé de 5,4% en décembre 2019 à 13,5% en décembre 2020, touchant un total de 44,1 millions de personnes. Dans son bilan préliminaire des économies d’Amérique latine et des Caraïbes, la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit une contraction moyenne de 7,7% pour 2020 – la plus élevée depuis 120 ans – et un rebond de 3,7% en 202114. De même, la CEPALC considère que les impacts de la crise économique ne sont pas à court mais à moyen terme.

En revanche, dans un contexte de fragmentation, aucune institution régionale n’est à la hauteur du défi. Sur le plan politique, la crise du Covid-19 a trouvé l’Amérique latine fragmentée, sans hégémonie néolibérale ou progressiste, très éloignée de la croissance économique connue pendant le boom des matières premières. Ni l’expérience d’Andrés Manuel López Obrador au Mexique (très déconnecté du précédent cycle progressiste), ni le retour du péronisme en Argentine (comme une sorte de progressisme de faible intensité), ni la récente reprise institutionnelle en Bolivie, avec le nouveau triomphe du Mouvement vers le socialisme, peut être interprété comme l’avènement d’une seconde vague progressiste. Une part importante des progressismes est épuisée, après le cycle hégémonique prolongé entre 2000 et 2015, dont l’équilibre – inégal, selon les pays – fait encore débat dans la région. À cela, il faut ajouter l’émergence d’une extrême droite au Brésil, qui déclenche une réflexion sur l’existence de courants sociaux et politiques fortement autoritaires et anti-droits qui traversent d’autres pays de la région.

En somme, ce qui est nouveau en Amérique latine, c’est qu’à la fragilité de la scène politique émergente s’ajoute une triple crise: sanitaire, économique et sociale. Comme l’indique un livre récent, l’Amérique latine est passée de « l’implosion sociale à l’urgence sanitaire et sociale post-covid »15. Dans ce cadre, il est possible que nous entrions dans un «temps extraordinaire», où sent déplace les plaques tectoniques de la transition, dans un contexte post-covid 19 caractérisé par l’augmentation des inégalités et l’accélération du néo-extractivisme. Non seulement les temps politiques se sont accélérés, mais aussi, dans sa nature vertigineuse, l’épuisement des sociétés menace de changements brusques et violents de la scène politique, à l’image et à la ressemblance de la crise climatique actuelle.

  1. Bien que le covid-19 ait provoqué l’activation du frein d’urgence, le néo-extractivisme ne s’est pas arrêté. En outre, pour les pays d’Amérique latine, l’accélération de l’extractivisme est un élément essentiel de l’engagement en faveur de la relance économique et de la soi-disant «nouvelle normalité».

En 2020, peu ont célébré le fait que la paralysie des différentes activités économiques s’est traduite par une réduction de 7% des émissions de gaz à effet de serre. Comme ces animaux qui sortaient de leurs niches et osaient parcourir les villes en période d’enfermement, on sait que le phénomène, parce qu’il n’a pas été analysé, est simplement temporaire; juste un effet secondaire à courte portée. En revanche, le frein d’urgence activé était relatif. Ainsi, par exemple, l’extractivisme ne s’est pas arrêté; tout le contraire. En Amérique latine, malgré l’importance croissante des conflits socio-environnementaux et l’ampleur des problèmes qu’ils comportent, les politiques publiques des différents gouvernements ne visaient pas à renforcer les exigences environnementales. Bon nombre des activités extractives ont été déclarées essentielles (comme l’exploitation minière), le défrichage et la déforestation ont progressé, et avec lui aussi les incendies. Pendant la pandémie, les meurtres de militants écologistes se sont poursuivis, réaffirmant que l’Amérique latine – en particulier la Colombie, le Brésil et le Mexique – continue d’être la zone la plus dangereuse au monde pour les défenseurs de l’environnement.

La politique néo-extractiviste continue de déborder la fracture idéologique. Par exemple, le Pantanal brésilien, la plus grande zone humide continentale de la planète, qui couvre une grande partie des États du Mato Grosso et du Mato Grosso do Sul, a enregistré 16000 incendies en 2020, qui est devenue l’année la plus grave par les incendies selon les données du National Institut de recherche spatiale16. En 2020, l’Argentine s’est classée deuxième à l’échelle mondiale pour le nombre d’incendies qui ont affecté les zones humides et les forêts indigènes, derrière lesquelles se trouvent des lobbies du soja, des mines et des grands agents immobiliers. Les incendies ont touché 14 provinces et dévasté plus d’un million d’hectares17. De même, malgré la baisse de la demande de combustibles fossiles (qui à un moment donné a rendu leur prix négatif), dans des pays comme l’Argentine, les subventions aux compagnies pétrolières se sont poursuivies. La goutte d’eau a été l’approbation de la taxe sur les grosses fortunes – une mesure difficile à mettre en place contre l’opposition radicale de la droite – qui était censée atténuer exclusivement les maux de la pandémie.

Au Mexique, en septembre 2020, Víctor Toledo, l’une des grandes références latino-américaines de l’écologie politique, a dû démissionner de ses fonctions au ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles. Toledo est un défenseur de l’agroécologie et de la transition éco-sociale, et sous son mandat, il a promu l’interdiction du glyphosate et a critiqué le projet du train maya, l’un des emblèmes du «développement» du gouvernement López Obrador, qui piétine le droits des femmes, communautés ancestrales. Sa démission a une fois de plus dévoilé les limites du progressisme sélectif latino-américain.

Enfin, alors que la lutte contre la pratique de la fracturation hydraulique se poursuit en Colombie, tant en Équateur qu’en Argentine, l’assaut de l’exploitation minière s’est approfondi, malgré le fait qu’elle ne dispose pas d’acceptation  sociale et que les citoyens mobilisés cherchent à activer les dispositifs institutionnels disponibles (consultations publiques initiatives à Cuenca, Équateur; initiatives citoyennes à Chubut, Argentine), qui sont refusées et / ou retenues par les autorités. Ainsi, l’avancée de l’exploitation minière, en alliance avec les gouvernements provinciaux et nationaux, au nom de la relance économique, montre la consolidation de l’équation désastreuse: «plus il y a d’extractivisme, moins il y a de démocratie» 18 .

Il ne faut pas oublier qu’au cours des dernières décennies, les gouvernements latino-américains ont cherché à opposer le social et l’économique à l’environnement. Par exemple, les progressistes ont justifié le néo-extractivisme et la déprédation environnementale au nom du développement et de la réduction des inégalités, ce qui a généré une situation paradoxale, basée sur la mise en place d’un agenda sélectif des droits, qui niait ou rejetait les exigences socio-environnementales, ainsi qu’une grande partie des revendications autochtones pour la terre et le territoire. Aujourd’hui, nous savons qu’une part importante de la croissance économique enregistrée en Amérique latine pendant le boom des matières premières a été capturée par les secteurs les plus riches de la société. Selon le magazine Forbes, la richesse des milliardaires latino-américains a augmenté à un rythme de 21% par an entre 2002 et 2015, soit une augmentation six fois supérieure à celle du PIB de la région (3,5% par an)19. En 2013-2014, selon Oxfam, 10% des personnes les plus riches de la région conservaient 37% des revenus, mais aujourd’hui les 10% les plus riches accumulent 71% de la richesse, tandis que les 1% les plus privilégiés en gardent 41%20.

Aujourd’hui encore, le social s’oppose à l’environnement, comme s’il y avait une contradiction entre les deux aspects, rejetant le fait que ceux qui souffrent le plus de dommages environnementaux sous nos latitudes sont les secteurs les plus vulnérables, car ils vivent dans des zones exposées à des sources de pollution et ils manquent de moyens économiques et humains pour faire face aux conséquences, résister aux assauts de l’extractivisme et faire face aux impacts du changement climatique (inondations, sécheresses, tempêtes). En somme, il est incroyable qu’en pleine urgence climatique et en proie à une pandémie à racine zoonotique, les élites politiques et économiques latino-américaines continuent de nier l’importance de la crise socio-environnementale et le lien incontestable qui existe entre la santé de la planète et de la santé humaine. En réalité, la cécité épistémique et l’analphabétisme environnemental prévalent, liés à une certaine vision du développement, de la croissance économique indéfinie et du progrès, responsables de la situation actuelle de catastrophe écologique. Bien entendu, la mesure dans laquelle cette cécité épistémique, combinée à des intérêts économiques, empêche de lire la réalité, dépend du contexte. La conclusion est que, malgré le fait que les faits remettent en question la perspective de développement, pour la majorité des gouvernements latino-américains, l’extractivisme continue d’être considéré comme une bouée de sauvetage au milieu de la crise.

  1. La pandémie a permis des débats sur la transition écosociale, la réforme fiscale et différentes formulations sur le revenu de base universel.

Ce qui semblait être réservé à quelques spécialistes et militants radicaux est entré dans l’agenda public. Les propositions globales proposées depuis quelques années ont été mises à jour. Des scientifiques et des intellectuels du monde entier ont produit des manifestes et des propositions allant vers un agenda vert et un revenu de base en passant par l’annulation de la dette des pays les plus pauvres.

Il serait impossible de recenser les différentes propositions de transition éco-sociale qui ont été diffusées ces mois-ci, je ne me concentrerai que sur quelques-unes. La première s’exprime sous la forme de l’idée d’un Green New Deal, promu par l’aile gauche du Parti démocrate des États-Unis, dont Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez21. Cette proposition vise la décarbonisation de l’économie et la création d’emplois verts, sous L’égide d’un État planificateur et démocratique. Au cours de l’année 2020, la proposition s’est traduite par un «Plan de relance vert» dont l’objectif est de relancer l’économie en utilisant les ressources publiques pour la transition énergétique (énergie, transports publics et logements verts, santé et éducation). En tout cas, comme le soutient la politologue Thea Riofrancos22, le récent triomphe du démocrate Joe Biden pourrait laisser penser que «la décennie du New Green Deal a commencé».

Au niveau international, l’Internationale progressiste a été constituée, sous le slogan « Internationalisme ou extinction », lancé entre autres par le célèbre linguiste Noam Chomsky. Lors de son premier sommet virtuel en septembre, l’ancien ministre grec de l’économie Yanis Varoufakis a fait valoir que « nous entrons déjà dans une phase post-capitaliste » et que le dilemme est de savoir si l’conomie « sera autoritaire et oligarchique. ou démocratique et social ». Face au désastre environnemental, il a proposé un «accord écologique international» qui, avec un budget de huit milliards de dollars par an, pourrait mener à bien la transition des énergies fossiles vers les énergies renouvelables, réduire la consommation de viande et miser sur l’alimentation biologique. De sonpoint de vue, c’est un défi analogue à la reconstruction de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale, même s’il ne s’agit pas seulement de reconstruire mais aussi de créer de nouvelles technologies.23

Cependant, au-delà de l’appel mondial contre l’avancée de l’extrême droite et des appels au post-capitalisme, l’Internationale progressiste rassemble un conglomérat très hétérogène de personnalités intellectuelles et politiques, des écologistes notoires qui promeuvent la transition écosociale, au progressisme extractiviste latino-américain (Rafael Correa, Álvaro García Linera), reconnu pour la persécution des secteurs environnementaux dans leurs pays. De ce fait, on ne sait pas quel serait le rôle de la transition socio-écologique ni quelle serait sa vision sur l’articulation entre justice sociale et justice environnementale.

D’autres initiatives, émanant d’intellectuels et d’organisations environnementales reconnues – comme Ecologistas en Acción, en Espagne, ou Attac France – ont promu des propositions globales qui abordent la question de la décroissance. Attac France a publié, en mai 2020, un « Manifeste pour une relocalisation écologique et solidaire »24, dans lequel on propose de refonder les services publics pour et pour les soins, repenser les besoins et planifier la décroissance, inventer un processus démocratique de planification écologique pour rendre notre système de production durable. Cela implique une diminution pour certains secteurs et une croissance pour d’autres. Plutôt qu’un revenu de base, ATTAC propose de financer un «revenu de transition écologique» pour soutenir les acteurs impliqués dans des activités écologiques (agroécologie, efficacité énergétique, écomobilité, low tech , entre autres).

  1. En Amérique latine, de la société civile et, exceptionnellement, de certains partis politiques, des propositions d’appels pour la transition éco-sociale ont émergé, toutes liées à des références environnementales.

Il existe plusieurs propositions de transition éco-sociale provenant d’Amérique latine. Parmi eux, je voudrais souligner le Pacte écosocial et interculturel du Sud. C’est une proposition promue par différents militants, intellectuels et organisations sociales de pays comme l’Argentine, le Brésil, la Bolivie, l’Équateur, la Colombie, le Pérou, le Venezuela et le Chili, liés aux luttes écoterritoriales du continent.

Le pacte écosocial a été lancé en juin 2020 avec des inflexions et des agendas différents, selon les pays et les articulations sociales locales. Ses axes sont le paradigme de la prise en charge, l’articulation entre justice sociale et justice écologique (revenu de base, réforme fiscale globale et suspension de la dette extérieure), la transition socio-écologique globale (énergie, alimentation et production) et la défense de la démocratie et de l’autonomie (en termes de justice ethnique et de genre). C’est une plateforme collective qui nous invite à construire des imaginaires sociaux, à s’accorder sur un parcours de transformation partagé et une base pour des plateformes de lutte dans les sphères les plus diverses de nos sociétés25. Le pacte éco-social dialogue avec d’autres propositions, comme le Nouveau Pacte Vert, la décroissance ou les manifestations de délocalisation écologique et solidaire. Mais c’est un engagement écosocial, économique, interculturel, conçu du Sud, qui rejette le fait qu’il continue à être  pensé uniquement du Nord, où ne se pose pas généralement la question de la dette écologique et qui, dans  certaines occasions, ne va pas au-delà de la décarbonisation des sociétés. Dans le Pacte écosocial, il est affirmé que les problèmes de l’Amérique latine sont différents de ceux du Nord, qu’il existe de fortes asymétries historiques et géopolitiques; que dans le contexte de la crise socio-écologique et de l’augmentation du métabolisme social, la dette écologique du Nord a augmenté de façon exponentielle par rapport au Sud. Dans ce sens, il soutient qu’il est nécessaire de débattre de ce que l’on entend par transition. Enfin, loin d’être une proposition abstraite, elle est liée aux luttes, aux processus de réexistence et aux concepts-horizons forgés ces dernières décennies dans le Sud global et en Amérique latine en particulier, parmi eux, les droits de la nature. justice vivante, sociale et redistributive, transition juste, paradigme de soins, agroécologie, souveraineté alimentaire, post-extractivismes et autonomies,

Il y aégalement d’autres propositions, parmi lesquelles « Notre Amérique verte », un mouvement qui rejoint le Nouveau Pacte vert sous le slogan « réalisme scientifique, coopération internationale et justice sociale »26 , qui contient 14 propositions pour un plan de relance économique pour la justice sociale et environnementale 20. Le plan prévoit une énergie 100% propre d’ici 2050, ainsi qu’un engagement en faveur de l’efficacité énergétique et des changements fiscaux. Et si elle inclut des législateurs de partis progressistes du Brésil, d’Argentine et du Chili et que certains de ses signataires sont loin d’être des référents sur les questions environnementales, elle révèle l’importance des débats liés à la transition éco-sociale dans le contexte actuel.

Il convient également d’ajouter que l’une des rares institutions régionales présentes dans le débat était la CEPALC, pour laquelle il n’est pas possible de développer une politique d’austérité. Selon cet organisme régional, la crise a clairement montré que la politique budgétaire est l’outil pour faire face aux chocs sociaux et macroéconomiques. Pour cela, il est nécessaire d’augmenter la collecte des impôts, en supprimant les espaces de fraude et d’évasion fiscales qui atteignent 6,1% du PIB. De même, il est nécessaire de consolider l’impôt sur le revenu des particuliers et des entreprises, et d’étendre le champ des impôts sur la fortune et la propriété, à l’économie numérique, ainsi que les correctifs, tels que les taxes environnementales et celles liées à la santé publique27. La proposition de la CEPALC comprend une recommandation aux gouvernements latino-américains de mettre progressivement en œuvre un revenu de base universel, en incluant d’abord les secteurs les plus touchés par la pandémie. Cette inflexion n’est pas accidentelle et montre, comme le soulignent Rubén Lo Vuolo, Daniel Raventós et Pablo Yanes28.

En somme, en Amérique latine, ce ne sont pas les gouvernements, mais les organisations, les militants et les intellectuels qui, issus de la société civile, ont permis la discussion sur les programmes de transition éco-sociale. Pour les différents gouvernements de la région, l’environnement continue d’être quelque chose de purement décoratif, un adjectif («développement durable»), une colonne de plus dans le bilan comptable des entreprises, ce que l’on pense pouvoir résoudre avec des solutions technologiques (la raison arrogante), et qui permet à la fuite de continuer vers l’avant, sans remettre en cause la vision hégémonique du développement.

  1. La pandémie a mis le paradigme des soins (CARE) à l’ordre du jour et a révélé qu’il s’agissait de la clé de voûte de la construction d’une société résiliente et démocratique.

La pandémie a montré la nécessité de transformer le rapport entre la société et la nature, de dépasser le paradigme dualiste et anthropocentrique qui conçoit l’humanité comme indépendante et extérieure à la nature, à l’origine des modèles de mal-développement que nous subissons aujourd’hui, et même une vision instrumentale et objectiviste de la science. Ce n’est donc pas par hasard que notre regard accorde de plus en plus d’attention à d’autres paradigmes ou récits relationnels, qui placent au centre l’interdépendance, l’attention, la complémentarité et la réciprocité. Dans ce sens, l’une des grandes contributions des écoféminismes, des féminismes populaires du Sud et de l’économie féministe, avec les peuples autochtones, est la reconnaissance d’autres langages de valorisation,

La pandémie a rendu visible l’importance des soins dans ses multiples dimensions. D’une part, il l’a fait dans le sens plus général de la protection des territoires, des cycles de vie et des écosystèmes. Ainsi, en période de covid-19, nous avons assisté à une véritable explosion de forums et de conversations dans la région latino-américaine sur les soins, animés par différents leaders, militants et organisations de différents courants féministes, territoriaux, communautaires et socio-environnementaux sur les soins et les relations. avec les organismes et les territoires, les pratiques de soins, les semences et l’agroécologie, les soins et la souveraineté alimentaire, les soins et les tâches d’autogestion communautaire.

D’autre part, la pandémie a mis en évidence la non-durabilité de l’organisation du travail, qui repose sur les femmes, en particulier les femmes pauvres. En Amérique latine et dans les Caraïbes, depuis avant la pandémie, «les femmes consacraient trois fois plus de temps que les hommes à des travaux de soins non rémunérés, situation aggravée par la demande croissante de soins et la réduction de l’offre de services due à l’enfermement et à l’éloignement social mesures adoptées pour arrêter la crise sanitaire »29. Ainsi, les réflexions sur les soins en tant que droit se sont multipliées ,thématique promue notamment par l’économie féministe. Il y a quelques années, l’avocate argentine Laura Pautassi, promotrice d’une approche fondée sur les droits par rapport à cette question, parlait de la période 2010-2020 comme de «la décennie des soins»30. Aujourd’hui, c’est plus présent que jamais. La nécessité de réfléchir à des politiques publiques actives, à travers des systèmes de soins complets, qui conçoivent les soins comme un droit et réduisent l’écart entre les sexes, est la clé de la réflexion sur le rétablissement post-pandémique.

Enfin, le paradigme des soins, en tant que base d’une transition écosociale, vise à être conçu dans une perspective multidimensionnelle, y compris l’articulation avec les différentes sphères de la vie sociale: soins et santé, soins et éducation, soins et travail, soins et accès au logement, aux soins communautaires et à la gestion, entre autres. En somme, loin d’être une mode, le paradigme du CARE comme clé de voûte de la transition écosociale révèle la puissance des différents féminismes aujourd’hui mobilisés sur la scène sociale et politique, dans leur remise en cause radicale du patriarcat, dans leur dénonciation du capitalisme comme une machine de guerre contre la vie et dans son engagement pour la durabilité d’une vie digne.

  1. La pandémie a entraîné d’importants changements dans la conscience collective en Amérique latine et l’expansion de l’environnementalisme populaire dans plusieurs pays de la région.

Malgré le fait que les gouvernements latino-américains ont approfondi leur cécité épistémique, les changements générés dans la société civile, en termes de conscience collective, sont significatifs. Par exemple, les progrès de la destruction et des incendies de la forêt amazonienne, qui inclut plusieurs pays d’Amérique latine, ont conduit à la première Assemblée mondiale pour l’Amazonie des différents peuples de la région, « pour partager une volonté de changement, une position de l’unité, avec un appel mondial à arrêter le modèle politique extractif et invasif ». Dans ce forum, des critiques ont été entendues au sujet de l’incendie de la jungle, de l’expansion de l’élevage et de l’agro-industrie, de la déforestation, de l’exploitation minière légale et illégale, de l’industrie pétrolière, des centrales hydroélectriques, de la violence des groupes armés, des menaces et des assassinats de dirigeants31.

En Argentine, la question environnementale a de nouveau fait irruption dans l’agenda public, révélant le lien entre crise sanitaire, néo-extractivisme et urgence climatique: d’une part, de nombreuses mobilisations ont dénoncé les incendies dans les zones humides du delta et l’action des lobbies commerciaux derrière le refus de sanctionner une loi protectrice. En revanche, on assiste à un large rejet environnemental du projet promu par le ministère argentin des Affaires étrangères qui cherche à installer 25 méga-usines de porcs pour vendre de la viande à la Chine32. Comme cela s’est déjà produit avec le soja, l’exploitation minière à ciel ouvert ou la fracturation hydraulique, le gouvernement cherche à avancer sans réaliser d’études d’impact sur l’environnement et la santé, sans ouvrir le débat public ni promouvoir la participation de la société. De nombreuses enquêtes indiquent que les méga-usines de porcs, en plus de consolider un modèle cruel d’exploitation des animaux et entraînant des risques environnementaux et sanitaires, sont un vivier de pandémies potentielles. Enfin, on note rejet de l’introduction du blé transgénique, une revendication où convergent les organisations environnementales et les scientifiques de la santé convergent33.

Comme l’affirment les groupes de jeunes, très présents dans ces luttes, la crise nous confronte à d’autres «mandats de déconstruction», non seulement dans les relations de genre mais aussi dans la sphère écologique34. L’enjeu n’est pas petit, car une part importante des sciences sociales et humaines, que ce soit par indifférence, confort ou pur déni, a tourné le dos aux problèmes socio-environnementaux, qui semblent confinés à certaines «niches» (écologie politique, économie de l’environnement, sociologie des mouvements sociaux, géographie critique, entre autres), quand elle n’est pas réservée uniquement aux spécialistes des sciences naturelles ou des sciences de la Terre. Comme si l’environnement ne parlait pas de la planète, de notre maison commune, et ne renvoyait qu’à une variable accessible à partir de l’une des nombreuses disciplines existantes. Il arrive que comme le problème environnemental dérange et questionne les croyances développementales préexistantes et suppose de lever le voile sur les modèles d’appropriation, de production, consommation et gaspillage que nous reproduisons tous, nombreux sont ceux qui préfèrent ne pas sortir de la zone de confort. En outre, pour une part importante des sciences sociales latino-américaines liée au champ progressiste, porter une attention particulière à l’environnement n’impliquerait pas seulement une remise en cause de leurs croyances développementalistes, mais impliquerait aussi de s’interroger sur la portée de leurs adhésions politiques.

À l’époque de l’Anthropocène, cela entraîne des conséquences désastreuses, car cela empêche la possibilité de construire un langage transdisciplinaire, d’une approche intégrale qui rend compte de la complexité et de la transversalité du problème socio-écologique.

L’équilibre encore provisoire de ce qui s’est passé en Amérique latine à l’époque du covid-19 laisse un goût amer et un sentiment ambivalent. D’une part, les impacts économiques, sanitaires et sociaux sont si importants qu’il est encore difficile de prévoir un horizon de reprise. Mais il est clair que les gouvernements n’ont pas l’intention d’avancer dans la transformation de la matrice productive et font le pari, une fois de plus, de réactiver l’économie par de fausses solutions, approfondissant l’extractivisme. Il n’y a pas eu non plus de progrès dans les réformes fiscales importantes visant à financer les politiques publiques de relance économique. D’autre part, de plus en plus de personnes se joignent à différents mouvements et groupes de la société civile à la poursuite d’un appel à la transition éco-sociale, démantelant ainsi la fausse opposition entre l’économique et l’écologique.

Personne ne dit que la déconstruction dans une approche écologique et la transition écosociale sont quelque chose de simple ou de linéaire, encore moins dans un contexte d’autonomisation de la propriété, de destruction des écosystèmes et d’expansion dangereuse des droits extrêmes. Mais nous n’avons pas d’autre alternative que de naviguer dans ces eaux turbulentes, car il est très probable qu’en 2021, ce ne sera pas mieux. Le risque est que, dans un contexte d’accélération de l’effondrement, et au regard de la feuille de route de la transition éco-sociale, on continue à se parler par et depuis les gouvernements du Nord, par et à partir d’une transition d’entreprise, au détriment de nos populations et territoires.

Notes

  1. Mar Centenera: « La pandémie creuse le fossé en Amérique latine: huit nouveaux milliardaires et 50 millions de plus pauvres » à El País , 29/07/2020.

2. « Rita Segato: ‘Le monde d’aujourd’hui est un monde marqué par la propriété ou la seigneurie' », communiqué de presse, Université internationale Menéndez Pelayo, 26/08/2019.

3. François Moutou: « Zoonoses, entre humains et animaux » dans New Society n ° 288, 7-8 / 2020, disponible sur www.nuso.org .

4. Svampa: «Réflexions pour un monde post-coronavirus» dans New Societyédition numérique, 4/2020, www.nuso.org.

5. Roy: « La pandémie est un portail » dans Financial Times, 3/4/2020.

6. Marie Solis: « Naomi Klein: le coronavirus est le désastre parfait pour le capitalisme de catastrophe », interview sur Vice , 13/03/2020.

7. Sur le sujet, v. Carlos Taibo: Effondrement, capitalisme terminal, transition écosociale, écofascisme , Anarres Books, Buenos Aires, 2017.

8. Servigne et R. Stevens: Comment tout peut s’effondrer. Petit Manuel de collapsologie à l´usage des générations présente, Seuil, Paris, 2015, p. 26.

9. Amnesty International: «Les pays riches monopolisent déjà le nouveau vaccin», 11.09.2020, www.amnesty.org/es/latest/news/2020/11/wealthy-countries-already-hoarding-breakthrough-vaccines/ .

10. « Ils dénoncent que les pays riches ont amassé des doses pour vacciner près de trois fois la population » dans La Vanguardia , 09/12/2020.

11. Coronavirus: pourquoi l’Amérique latine est-elle la région qui compte le plus de décès au monde? » sur BBC Mundo , le 19/10/2020.

12. Mónica Rubio, Gerardo Escaroz, Anna Machado, Nurth Palomo, Luis Vargas et Marcela Cuervo: «Protection sociale et réponse au covid-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes. III Edition: Sécurité sociale et marché du travail », Unicef ​​/ Centre international de politique pour une croissance inclusive, Panama, 7/2020.

13. RM Lo Vuolo: « La pandémie du covid-19 et ses impacts en Argentine: le mirage du choix entre la santé et l’économie » dans Rosa Magazine , 11/10/2020.

14. CEPALC: Aperçu préliminaire des économies d’Amérique latine et des Caraïbes, Nations Unies, Santiago du Chili, 2020, disponible sur www.cepal.org/es/publicaciones/bp .

15. Vanni Pettina et Rafael Rojas (éd.): Amérique latine, de l’explosion sociale à l’implosion économique et sanitaire post-covid19 , Planeta, Lima, 2020.

16. « Pantanal: 7 images choquantes des incendies dans la plus grande zone humide d’Amérique du Sud » dans BBC Mundo , 9/11/2020.

17. Iván Federico Hojman: « Plus d’un million d’hectares ont été détruits par le feu » à Télam , 25/12/2020.

18. Svampa: débats latino-américains. Indianisme, développement, dépendance et populisme, Edhasa, Buenos Aires, 2016.

19. Gabriel Kessler et Gabriela Benza: La nouvelle structure sociale latino-américaine , Siglo Veintiuno, Buenos Aires, 2020, p. 86.

20. Ibid., P. 85.

21. Le Nouveau Pacte Vert avait une origine réformiste-conservatrice, associée à certains secteurs en faveur de l’économie verte. Elle est née entre 2007 et 2008, en Europe, dans le cadre du plan 20-20-20 (20% de réduction des émissions de gaz à effet de serre et 20% d’énergies renouvelables d’ici 2020), qui visait à placer l’UE au premier plan pour faire face changement climatique. Cela semble plus lié au Programme des Nations Unies pour l’environnement (2009), conçu lors de la conférence Rio + 20 autour de l’économie verte, un modèle de modernisation écologique qui approfondit la commercialisation au nom d’une économie propre. Le Parti vert allemand et d’autres partis verts européens l’ont ensuite adopté comme plate-forme politique. Cependant, en février 2019, c’est Ocasio-Cortez qui a réussi à lui donner une tournure radicale. Pour le sujet, v. M.L’effondrement écologique est déjà arrivé. Une boussole pour sortir du (mauvais) développement , Siglo Veintiuno, Buenos, Aires, 2020.

22. Kate Aronoff, Alyssa Battistoni, Daniel Aldana Cohen et T.Riofrancos: Une planète pour gagner: pourquoi nous avons besoin d’un New Deal vert , Verso, New York, 2019.

23. Varoufakis: « Le post-capitalisme est-il déjà là? » dans Nueva Sociedadédition numérique, 9/2020, www.nuso.org.

24. «Ce qui dépend de nous – manifeste pour une relocalisation écologique et solidaire», Attac France , 24/6/2020.

25.https://pactoecosocialdelsur.com/et https://pactoecosocialyeconomico.blogspot.com/

26. Plus d’informations peuvent être trouvées sur www.nuestraamericaverde.org/ .

27. « Il n’est pas possible d’avoir de l’austérité, une politique budgétaire expansive est nécessaire: Cepal » à Milenio , 10/6/2020.

28. Lo Vuolo, D. Raventós et P. Yanes: «Revenu de base, pandémie et récession» dans Public, 31/03/2020.29. Réponse d’ONU Femmes, CEPALC et Covid-19: «Soins en Amérique latine et dans les Caraïbes en période de covid-19. Vers des systèmes complets pour renforcer la réponse et le relèvement », Nations Unies, Santiago du Chili, 19/08/2020.

30. Pautassi: «Du« boom »des soins à l’exercice des droits» in Survol. 13 n ° 24, 2016.31. Camilo Chica: «Un grand minga, c’était le 1er jour de l’Assemblée mondiale pour l’Amazonie» au Foro Social Panamazónico, 19/07/2020.

32. Voir Soledad Barruti, Inti Bonomo, Rafael Colombo, Marcos Filardi, Guillermo Folguera, M. Svampa et E. Viale: «10 mythes et vérités des méga-usines de porcs cherchant à s’installer en Argentine», 2020, disponible sur https: // lecteur .google.com / file / d / 1vx-hjktexu8u_eieu3-wfhivmjvfl1og / view « > https://drive.google.com/file/d/1vx-hjktexu8u_eieu3-wfhivmjvfl1og/view .

33. « Contre le blé transgénique: les scientifiques et les organisations populaires convoquent une audience publique ce vendredi » dans La Izquierda Diario , 17/12/2020.

34. L’expression est d’Ana Julia Aneise, membre de Jóvenes por el Clima de Argentina, un mouvement qui adhère aux Fridays for Future, fondé par Greta Thunberg. Voir M. Svampa: « Où vont les mouvements de justice climatique? » in Nueva Sociedad No 286, 3-4 / 2020, disponible sur www.nuso.org .

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.