Accueil La planète en mouvement Moyen Orient et Maghreb Sahara occidental : le droit a l’autodétermination

Sahara occidental : le droit a l’autodétermination

0
223

Cela fait 45 ans que l’Espagne a décidé d’abandonner le peuple sahraoui à son sort, cédant son ancienne possession coloniale à la Mauritanie (qui a quitté le territoire en 1979) et au Maroc, qui l’occupe militairement depuis. Après 15 ans de guerre (1975-1991), le Front POLISARIO a décidé d’échanger les armes contre les urnes, espérant que les temps nouveaux inaugurés avec la fin de la guerre froide rendraient possible la promesse des Nations Unies d’organiser un référendum d’autodétermination. dans laquelle les sahraouis décidaient de l’avenir du territoire.

A cette époque, il y avait un débat âpre au sein du mouvement de libération nationale sahraoui parmi ceux qui défendaient la poursuite de la guerre, car la décision de Hassan II de négocier avec ce qu’il considérait jusque-là comme une simple organisation terroriste, était le signe d’un épuisement. Et il y avait les autres qui considéraient que le moment de paix était arrivé; qu’il fallait se fier à la promesse de l’ONU de décoloniser le territoire. Enfin, l’option pacifique s’est imposée, mais malheureusement, le temps s’est écoulé pour donner la raison à ceux qui pariaient sur la guerre.

Le Plan de paix, librement négocié entre les deux parties et approuvé par le Conseil de sécurité (1991), prévoyait la tenue d’un référendum d’autodétermination dans un délai de six mois, au cours duquel la population pouvait choisir entre l’intégration du territoire dans Maroc et indépendance. Il prévoyait également que le recensement pour le référendum serait basé sur celui établi par l’Espagne en 1974, qui serait mis à jour avec de petits changements, tirés des 15 années de guerre, y compris ceux qui étaient devenus majeurs et à l’exclusion de ceux qui étaient devenus majeurs.

Le Maroc, entretemps, a utilisé le processus d’identification dans le but non déguisé de reporter indéfiniment la tenue du référendum, garantissant qu’un processus qui devait être achevé en moins de six mois durerait une décennie entière.  Le roi a résisté aux pressions de l’ancien secrétaire d’État James Baker pour trouver une solution négociée.

Depuis ce moment, les négociations sont au point mort. Les résolutions du Conseil de sécurité ont exhorté les parties à reprendre les négociations sous les auspices du Secrétaire général sans conditions préalables.

En réalité, ‘ONU a jeté l’éponge en raison de l’impossibilité de résoudre le conflit en raison de l’intransigeance du Maroc et de la France. Pour l’ONU, l’indépendance n’est pas une «solution réaliste», donc ce qu’elle propose est d’abandonner le droit international.

De son côté, l’Union européenne négocie avec le Maroc l’exploitation des ressources naturelles du territoire, violant ainsi l’exigence établie en février 2018 par la Cour de justice de l’Union européenne pour que cette exploitation soit conforme au droit international. à savoir que le peuple sahraoui donne son consentement à une telle exploitation. Le Front POLISARIO a catégoriquement refusé de donner son consentement à de tels accords.

Dans ces circonstances, quelle issue reste-t-il au peuple sahraoui? Continuer à attendre encore un demi-siècle alors que deux générations sont déjà nées dans les camps de réfugiés algériens? Abandonner à leur triste sort ceux qui subissent la violente occupation marocaine sur leur propre terre? Je ne serai pas celui qui défendra la voie de la guerre pour résoudre le conflit. J’admire profondément ceux qui, après avoir subi des disparitions forcées pendant plus de seize ans, défendent encore la voie pacifique comme moyen de résoudre le conflit. Mais le Front POLISARIO est un mouvement de libération nationale auquel le droit international reconnaît le droit de recourir à la force face à l’occupation et à la domination coloniales, donc s’il décide de prendre effectivement les armes, il exercera son droit.