Michael Karadjis, (extrait d’un texte publié sur son blogue le10 avril 2018)

La région de la Ghouta orientale vit depuis plusieurs semaines un siège horrible, avec toutes les armes imaginables de destruction massive. L’offensive actuelle qui a débuté le 18 février est probablement la pire à ce jour.

Les habitants de la Ghouta ont été attaqués par des bombes jetées dans les barils, des bombes à sous-munitions, des missiles sol-sol, du napalm, des bombes thermobariques, du chlore. Le 20 mars, les Russes ont bombardé une école souterraine à Arbin, tuant 15 enfants et deux femmes.

La famine est une arme de cette guerre. Selon le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein,  » la famine délibérée des civils en tant que méthode de guerre constitue une violation flagrante du droit international humanitaire ». Les convois humanitaires sont interceptés et volés par les soldats du régime.

Il vaut la peine de noter un point souvent invoqué par le régime et ses défenseurs : les rebelles de la Ghouta tuent également des civils en tirant des roquettes imprécises sur Damas. Selon le rapport du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, le nombre de personnes tuées par les rebelles ces derniers mois se situe dans les douzaine. Tout meurtre de civils, intentionnel ou non, devrait être vigoureusement condamné. Les civils, qui comprennent les enfants, ne sont pas l’ennemi, ne sont pas responsables des actions des régimes ou des milices.

Dans tous les conflits civils, des civils sont tués des deux côtés. Au cours des divers massacres de Gaza, le Hamas a également tiré des roquettes sur Israël qui ont parfois tué des civils – à un niveau minime comparé aux civils tués par Israël. Les partisans de l’émancipation humaine, tout en condamnant toute attaque contre les civils, ne mettent pas d’équivalent entre ces actes et les crimes systématiques de l’oppresseur massivement armé. Non seulement les chiffres sont-ils si différents, mais c’est cette violence de masse systématique qui crée l’atmosphère dans laquelle se produisent également les crimes à petite échelle du côté des opprimés.

Qui sont les rebelles?

Selon les partisans du régime, Ghouta est pleine de « terroristes ». Par conséquent, le régime n’a pas le choix mais pour bombarder la région dans l’oubli. Cette volonté de justifier le régime d’Assad en exagérant le rôle des djihadistes dans l’opposition néglige le fait que le régime d’Assad a massacré, gazé, affamé, violé et torturé à un rythme qui laisse les djihadistes loin derrière.

Alors, qui sont les groupes rebelles qui se tiennent dans la Ghouta orientale ?  Les deux forces principales sont:

Jaysh al-Islam (« Armée de l’Islam » ou JAL), une brigade dirigée par des salafistes formée en 2011 par Zahran Alloush, fils d’un prédicateur saoudien, et qui dispose de 10 000 combattants. Les combattants de JaI, en plus de lutter contre le régime essaient d’éliminer l’opposition démocratique.

Faylaq al-Rahman (« La brigade de Rahman » ou FAR), qui domine le côté ouest de la Ghouta, plus proche de la Syrie, avec 8 à 9000 soldats. FaR a affronté JaI de nombreuses fois au cours des dernières années , généralement en raison des tentatives de ce dernier de dominer la région. La plupart des grandes batailles contre le régime au cours de la dernière année et demie ont été menées par FaR, qui est dirigé par le ex-capitaine de l’armée syrienne passé aux côtés des rebelles.  La FAR dit protéger tous les civils, quel que soit leur religion, et œuvrer à protéger le personnel médical, les équipes de protection civile et tous les groupes d’aide humanitaire et les médias.

La question du soutien étranger

Dans la guerre de désinformation du régime, le discours affirme que la Ghouta combat une insurrection terroriste armée par les États-Unis et l’Arabie saoudite. En réalité, les États-Unis n’ont jamais fourni d’armes aux brigades de résistance. Ils ont menacé la FaR en leur disant de ne pas s’opposer à l’évacuation forcée. Récemment, Trump pourrait difficilement rendre les choses plus claires, annonçant en mars, au beau milieu d’un des sièges les plus durs de la guerre, que le seul intérêt des États-Unis pour la Syrie était de  » se débarrasser de l’EI et de rentrer chez eux « . JAL reçoit des armes saoudiennes, mais ils sont souvent en désaccord avec le gouvernement saoudien. Son armement provient surtout des captures d’armes à l’armée syrienne, également d’ateliers locaux qui produisent ou réparent des armes.

Le rôle des islamistes

Certes, l ‘« islamisme » est présent dans la résistance syrienne. Cela provient du conservatisme traditionnel de la campagne, qui est très présent parmi les immigrés ruraux vivant dans les régions périurbaines. Ce ne sont pas « fanatiques » de l’islam. Ils sont en général très pauvres et n’ont pas accès à l’éducation de style occidental. Pour la majorité de la population, comme pour les Égyptiens ou les Jordaniens, leur point d’orientation par défaut dans la vie, coexistant avec d’autres points de croyance, est leur foi.

JAL, par exemple, est apparu comme un mouvement anti-dictature basé dans la région de la classe ouvrière traditionaliste de la Douma. Comme dans le cas de Gaza, réduire un taudis à des ruines tend à renforcer les forces islamistes ou quiconque peut offrir une action, ou Dieu, comme une alternative quand le monde entier vous a abandonné.

En fait, JaI est plus un danger pour la population sunnite locale et les révolutionnaires démocratiques de la Ghouta que pour les populations minoritaires. Cette dynamique s’est révélée, lorsque Jaysh al-Islam a fermé le magazine « Rising for Freedom ». JaI a également interdit cinq autres ONG locales.

L’opposition civile  

Le conseil démocratique révolutionnaire de Douma fut l’un des premiers à assumer la tâche de débarrasser la région du régime, lorsque celui-ci se retira en octobre 2012. Le conseil de Douma dispose de 19 bureaux traitant « eau et électricité, santé et éducation. Depuis, JaI a pris le contrôle des affaires religieuses et essayé, sans succès, de prendre le contrôle du conseil. La plupart des membres du conseil sont des technocrates: ingénieurs, avocats, membres de la société civile. Le conseil est également devenu le siège du siège de l’Assemblée nationale des Forces de la Révolution à Ghouta Orientale, qui regroupe 58 centres urbains de la région.

Une commission électorale de surveillance créée par l’Assemblée nationale a organisé les élections du conseil en janvier 2014 , en élisant 25 membres du conseil. Ces premières élections provenaient d’ assemblées générales des communautés locales , avec 26 conseils locaux à travers la Ghouta. L’étape suivante a consisté, en janvier 2016, en des élections complètes au scrutin secret. Les chefs de milice n’étaient pas autorisés à se présent, si les combattants l’étaient, aucun n’a été élu.

Quelque 70 organisations de la société civile opèrent dans la Ghouta orientale, dans l’autonomisation des femmes, les soins et la protection des enfants, les secours, la formation professionnelle, le plaidoyer, l’action associative, etc. Ces organisations sont liées à l’ensemble du réseau de la société civile constitué par des gens autour des comités locaux de coordination (LCC), qui organisent également des manifestations anti-régime.

Au milieu du massacre actuel, des organisations de la société civile ont publié le 18 mars une déclaration demandant aux Nations Unies de prendre des mesures pour sauver des vies et protéger les organisations civiles et humanitaires.

Quelle sortie de crise ?

L’écrasement militaire probable de Ghouta par Assad représente un coup massif contre les aspirations démocratiques des Syriens. Les enjeux sont bien plus importants que la défaite de certaines milices islamistes. Des solutions politiques plus que militaires sont alors sur la table.

Les principaux acteurs, tant du régime (officiellement sinon en pratique) que de l’opposition (sauf les islamistes radicaux de Nusra), affirment chercher une solution politique. Cela a toujours a été compris comme impliquant une administration « de transition » remplaçant le régime d’Assad, y compris les membres mutuellement convenus de l’opposition et du régime, Du point de vue de l’opposition, cela exclurait Assad et son cercle immédiat d’assassins de masse; de celle des partisans du régime et des minorités religieuses, elle exclurait les djihadistes et les sectaires.

Dans les déclarations de l’opposition syrienne (y compris JaI), la forme d’État envisagée après la transition est un régime pluraliste démocratique  représentant tous les secteurs de la société syrienne, sans discrimination contre les personnes, indépendamment de leurs origines religieuses, confessionnelles ou ethniques. En 2016, le Comité des négociations supérieures de l’opposition a ajouté l’importance d’une représentation équitable des femmes.

Cependant, pour arriver à accord politique, il faut une sorte d’équilibre sur le terrain. L’opposition a besoin d’un arrangement politique transitoire dans lequel sont imposés la libération des prisonniers politiques, la fin des sièges, la possibilité pour l’opposition de garder ses et assurer la sécurité dans les zones qu’ils contrôlent, de tenir des réunions et des manifestations sans être fusillés, etc. En d’autres termes, un simple cessez-le-feu n’est pas suffisant, n’en déplaise au régime mais aussi aux puissances impérialistes et régionales.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here