Attaques contre la Syrie : déjà vu

DOUG SAUNDERS, Globe and Mail, 14 avril 2018

Il y avait un sentiment étrange de déjà vu, en regardant le président Donald Trump prendre le podium de la Maison Blanche vendredi soir pour annoncer une frappe de missile trinationale brève mais intense sur certaines installations d’armes chimiques du dictateur syrien Bashar al-Assad.

« Après mûre réflexion, j’ai déterminé qu’il est dans l’intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis de répondre à l’utilisation des armes chimiques par le régime d’Assad à travers une frappe militaire ciblée. Le but de cette grève serait de dissuader Assad d’utiliser des armes chimiques, de dégrader la capacité de son régime à les utiliser et de faire comprendre au monde que nous ne tolérerons pas leur utilisation.  »

Ce n’était pas le discours de M. Trump; c’est plutôt ce que Barack Obama a déclaré dans la soirée du 9 septembre 2013, dans un discours qui présentait une similitude étonnante – souvent de paragraphe en paragraphe – à l’annonce de M. Trump. Ils ont tous deux invoqué les horreurs de la Première Guerre mondiale et les conventions internationales contre les armes de destruction massive, les horribles morts d’enfants et de familles dans les récentes attaques chimiques des forces de M. Assad, le désir de ne pas engager les États-Unis dans une guerre plus vaste. « L’Amérique ne cherche pas une présence indéfinie en Syrie », a déclaré M. Trump, ou pour aider à la montée des puissances terroristes dans la région.

Le discours de M. Trump a conclu en annonçant une série d’attaques aériennes d’une heure environ, avec l’aide de la France et de la Grande-Bretagne, visant à empêcher M. Assad de produire des armes chimiques, notamment du chlore.

Il différait du discours de M. Obama, qui s’était terminé par une surprise: il avait décidé de ne pas attaquer M. Assad après que la Russie eut proposé d’entrer en Syrie et de débarrasser le pays de tous ses stocks d’armes chimiques et de ses actifs. Cela s’est avéré être la plus grave erreur de politique étrangère de M. Obama: il n’a pas mis fin aux attaques d’armes chimiques de M. Assad – il aurait mené plus de 50 d’entre elles au cours des sept dernières années – et il a transformé la Russie en acteur majeur de la guerre civile syrienne, devenue un conflit entre Moscou et Washington.

Pourtant, l’annonce de M. Trump contenait son propre rebondissement étonnamment similaire. Il a commencé avec des dénonciations tonitruantes des échecs de la Russie et de l’Iran, les deux pays qui soutiennent le régime de M. Assad – « Quel genre de nation veut être associé au meurtre de masse d’hommes, de femmes et d’enfants innocents »?

Mais il a rapidement fait clairement savoir qu’il avait l’intention de garder M. Assad au pouvoir, sept ans après que le peuple syrien se soit élevé contre lui et ait lancé cette guerre civile. « L’éradication d’ISIS » est le seul but de la mission américaine là-bas, a-t-il souligné, en identifiant le groupe qui s’appelle lui-même Etat islamique. Le Secrétaire à la Défense, James Mattis, a précisé cela dans son point de presse après les grèves: « Il n’y a pas eu de tentative d’élargir ou d’élargir cet objectif », a-t-il expliqué.

Alors que les frappes de M. Trump étaient plusieurs fois plus importantes que celles qu’il a lancées contre une base aérienne syrienne à la suite d’une attaque chimique similaire peu de temps après son investiture, il n’y a aucune raison de penser au problème sous-jacent de la Syrie.

En fait, il y a peu de sens qu’ils fourniront même une solution durable au problème des terribles attaques d’armes chimiques de M. Assad.

« Ces attaques ne fonctionnent que rarement et je pense que ce soir aussi, il ne sera pas possible … » Il est peu probable que les attaques de ce soir dissuadent Assad d’utiliser à nouveau des munitions chimiques « , a déclaré Micah Zenko, spécialiste des frappes militaires ciblées à Chatham House à Londres. « La prochaine attaque devra alors être encore plus grande. »

C’est le résultat immédiat le plus probable: les États-Unis auront besoin d’autres frappes aériennes ciblées au cours des prochains jours, peut-être en réaction à d’autres atrocités, mais chercheront également à maintenir M. Assad au pouvoir et à ne pas provoquer la Russie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here