Bolivie : la nouvelle stratégie du coup d’Etat

Marcos Roitman Rosenmann, La Jornada, 11 novembre 2019

https://www.jornada.com.mx/2019/11/12/opinion/015a1pol

Le gouvernement d’Evo Morales a été renversé. Le maximum est atteint. Sans la participation des forces armées et des ploutocraties déplacées du pouvoir, la rupture de l’ordre constitutionnel semble irréalisable. Les coups ne sont pas mous, durs, gant blanc, ils sont tout simplement. L’alliance civique-militaire est une condition sine qua nonPour ton triomphe. Une autre chose est le rôle des acteurs impliqués dans le coup d’Etat. La stratégie dépend de la situation, de la corrélation des forces et du contexte international. Les temps changent. Aujourd’hui, en Bolivie, de nouveaux facteurs apparaissent dans la stratégie du coup d’État. Souligne l’apparition d’un personnage atypique: Luis Fernando Camacho, homme d’affaires, président du Comité civique de Santa Cruz, lié aux comploteurs du coup d’Etat qui, en 2010, dirigés par Branko Marinkovic et Eduardo Rózsa Flores, ont cherché à proclamer l’indépendance dans les départements. de Santa Cruz, Beni, Pando et Tarija. Camacho entre en vigueur après les élections du 20 octobre, suite à des accusations de fraude électorale renforcées par des organisations internationales à caractère régional (OEA), la presse internationale et la droite latino-américaine. Sur le plan interne, il bénéficie du soutien des églises évangéliques et rassemble le mépris des créoles envers les peuples d’origine. Lors de son ascension, il remplace l’ancien président Carlos Mesa et sa coalition Comunidad Ciudadana. De même, l’opposition à l’Assemblée législative ne contrôle pas la situation non plus. Camacho déclare dans ce contexte:M. Carlos Mesa a eu le temps d’accompagner cette lutte, mais la recherche de vouloir être président lui a fait perdre l’objectivité d’une plus grande lutte, qui est la paix du pays.. Un illuminé devient une figure déterminante. Il ne s’agit plus de convoquer de nouvelles élections, la disqualification politique du président est recherchée. Il est appelé à descendre dans les rues, les institutions, les locaux du MAS, à kidnapper leurs dirigeants et leurs proches, à incendier leurs maisons, à générer de la peur. La haine accumulée par la ploutocratie dans un pays où la domination oligarchique est fondée sur un discours de supériorité ethnique raciale est le liant. Des maires attachés aux arbres, contraints de marcher sur les genoux, insultés, sortis de chez eux, battus, menacés de mort. La violence aux mains des hordes alimente l’action des forces armées et de la police anti-émeute. Une situation inédite dans la technique du coup d’état, sans oublier l’anticommunisme. Les ambassades de Cuba et du Venezuela sont attaquées par des hommes cagoulés.

Les forces armées éduquées à la doctrine de la sécurité nationale n’ont pas subi de transformations majeures au cours de ces années de gouvernement MAS. Même l’ascension au rang de lieutenant, de capitaine ou de commandant de troupes dans les secteurs populaires ne modifie en rien la dépendance idéologique des forces armées à l’égard des directives de sécurité continentale conçues par les États-Unis et le Southern Command. Son commandant en chef, Williams Kaliman, demande à Morales de démissionner. Le coup est consommé. Avec leur attitude, ils envoient un message: nous ne ferons rien pour maintenir un gouvernement légitime. Pendant ce temps, la police suit le même comportement en le laissant faire. Le discours anticommuniste sur la guerre froide apparaît comme un argument.

Dans un numéro étudié, Camacho se déplace à La Paz, genou à terre et Bible à la main, Dieu merci, dépose son ultimatum à la Maison du Peuple. Il cite Pablo Escobar, appelle à suivre son exemple et écrit le nom de tous les traîtres du pays. Mesa a perdu le contrôle. Dans une tentative d’initiative, il se dit enthousiasmé par la démission d’Evo et par sa phrase sur Twitter: à la Bolivie, à son peuple, aux jeunes, aux femmes, à l’héroïsme de la résistance pacifique. Je n’oublierai jamais cette journée unique. La fin de la tyrannie. Reconnaissant en tant que Bolivien pour cette leçon d’histoire. Vive la Bolivie!Quoi que fasse le président Morales, il n’a pas d’interlocuteur. Carlos Mesa devient un comparsa. L’OEA déclare que le processus électoral du 20 octobre est une fraude. Les alliés de Camacho ne condamnent pas le coup d’État. Macri et Bolsonaro, ainsi que les gouvernements du Chili et de la Colombie, refusent de qualifier les événements du coup d’Etat. Les États-Unis sont heureux de cette démission et soutiennent le coup d’État.

Les organisations populaires, les syndicats et les forces sociales qui ont accompagné le processus souffrent d’une rupture. Les contradictions deviennent explicites et les reproches émergent. Ce qui a coûté si cher à construire en trois décennies de MAS peut disparaître en quelques heures ou jours. Les réalisations sociales, économiques, ethniques, culturelles et sexospécifiques qui ont fait de la Bolivie un exemple dans les programmes de santé, d’éducation et de logement seront diabolisées, considérées comme la cause du coup d’État. Le temps des ténèbres revient. Pour le moment, les nouvelles ne sont pas encourageantes. On ne peut que résister.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici