Brésil : les dessous du populisme de droite

Ana Garcia, Socialist Project, 15 avril 2019

(Anna Garcia est professeure à l’université fédérale de Rio de Janeiro

La montée de l’extrême droite est un phénomène mondial, enraciné dans les effets néfastes de la mondialisation néolibérale, qui ont plongé le monde dans un chômage de masse et des inégalités énormes. J’estime qu’il s’agit d’un effet politique tardif de la crise financière mondiale qui a frappé le monde au début du XXIe siècle.

Ce n’est pas une tâche facile d’expliquer le phénomène de Jair Bolsonaro au Brésil et de comprendre les groupes qui le soutiennent, tant au sein du gouvernement qu’à l’extérieur. Il est difficile pour quiconque de dresser une analyse vraiment complète et sobre de ce que nous avons vécu. Cet essai ne repose pas sur une recherche approfondie, mais sur des réflexions et des débats collectifs. J’ai l’intention de poser quelques questions clés et d’essayer d’identifier quelques indices pour y répondre.

Malgré ses innombrables concessions à la bourgeoisie,1 Pourquoi le Parti des travailleurs (PT) a-t-il été attaqué par les forces de droite, créant ainsi un espace pour l’émergence du «bolonarisme»?

Tout d’abord, les effets de la crise économique de 2008 ont été ressentis assez tardivement, mais ils ont été profonds au Brésil. Les bas prix des produits de base et le ralentissement économique ont eu un effet pervers sur les niveaux d’emploi. Le PIB a chuté de 7,2% entre 2015 et 2016 et le chômage a atteint 12% au cours de l’année électorale 2018. La crise économique a également engendré une crise politique qui a entraîné des manifestations massives dans les rues en juin 2013 et s’est récemment transformée en une crise idéologique.

Du côté bourgeois, la crise a révélé son caractère profondément antisocial et truculent. Les modestes gains réalisés par les pauvres en termes de droits sociaux pendant les gouvernements PT (augmentations annuelles du salaire minimum, accès à l’enseignement supérieur, quotas raciaux et sociaux, droits des travailleurs domestiques, droits du travail, programmes de transfert de revenus, ressources pour les pauvres et les régions du Nord-Est, etc.), ont été condamnés avec force par les classes supérieures des grands centres urbains et par la bourgeoisie rurale liée à l’agroalimentaire. À leur avis, il n’était pas acceptable que des descendants d’ascendance africaine, des membres de la classe ouvrière autochtones ou du Nord-Est puissent s’asseoir côte à côte avec des étudiants blancs de la classe moyenne supérieure du Sud dans une classe d’université ou des passagers dans un avion. La différence entre « nous et eux » s’était estompée dans les espaces sociaux,

La crise idéologique ne se limite pas aux classes sociales supérieures; c’est encore plus évident chez les classes moyennes et basses. Ces classes avaient bénéficié d’une consommation élevée, d’un accès à l’université et d’un emploi formel au cours des meilleurs moments de l’ère du PT (2002 – 2016). Cependant, avec la crise économique, ces couches sociales ont perdu leurs acquis matériels et constituent aujourd’hui une masse de travailleurs sans emploi et précaires, victimes de services publics de qualité médiocre.

Cette masse de travailleurs sans droits (caractérisés par des chauffeurs Uber ou des vendeuses de cosmétiques informelles) a canalisé leurs sentiments de colère et de rancoeur envers le PT ( anti-petismo ). Au sein de cette classe ouvrière précaire, les valeurs conservatrices – anti-féministe, anti-LGBTQ et anti-communiste – ont été renforcées et renforcées par le prosélytisme des églises évangéliques pentecôtistes et la diffusion de «fausses nouvelles».

En plus de tout cela, les partis politiques traditionnels, même les partis de droite, traversent une crise de représentation. Les premiers signes de cette crise sont apparus lors des manifestations de juin 2013, qui, parallèlement aux revendications des droits fondamentaux au transport, à la santé et à l’éducation, ont fait ressortir les sentiments opposés aux partis politiques ou, d’une manière plus générale, un discours anti-politique. ‘position. La notion diffuse selon laquelle «la politique implique la corruption» est devenue très répandue. Les inefficacités de la politique devaient être résolues par le mérite et par des efforts personnels, l’idée de «méritocratie».

Cette crise de représentation s’est aggravée après les élections générales de 2014 et a pénétré le processus de destitution de Dilma Rousseff.en 2016. Les travailleurs précaires ne s’identifient pas en tant que «classe ouvrière», encore moins au «Parti des travailleurs». Finalement, ces «travailleurs sans droits» se sont identifiés idéologiquement avec Jair Bolsonaro, qui a réussi à occuper le «vide» de la politique. Les sentiments «anti-politiques» disséminés parmi les masses populaires se sont alors remplis d’une politisation excessive fondée sur la haine. Bolsonaro s’est présenté comme un leader charismatique qui les libérerait de «tous les maux» et résoudrait les problèmes de la nation en tant que leader issu du «peuple», une personne simple qui partagerait sa langue, ses goûts et sa culture. En communiquant via les médias sociaux, Bolsonaro génère un sentiment de proximité avec ses partisans.

Un deuxième aspect que nous révèle le «phénomène Bolsonaro» concerne les limites de la conciliation de classe. Dans différentes parties du monde, la gauche modérée et les partis sociaux-démocrates au gouvernement ont maintes fois partagé cette illusion sur la possibilité d’une conciliation de classe. Dans le cas du PT, il a été possible de répondre aux intérêts des différentes classes sociales jusqu’à un certain point et dans des conditions économiques particulières qui ont permis une expansion des dépenses publiques. Mais à long terme et sous l’effet de la crise économique, la conciliation de classe n’a pas tenu. Historiquement, la balance pèsera toujours d’un côté et au Brésil, elle s’est retournée contre le PT lui-même.

Sans pouvoir maintenir une conciliation d’intérêts, l’Etat brésilien ne pourrait pas non plus, au cours des dernières années du PT, maintenir la cohésion entre les différentes factions de la classe dirigeante. C’est un troisième aspect de la situation actuelle à prendre en compte. La création de grands monopoles nationaux bénéficiant à certains secteurs au détriment d’autres (par exemple, le crédit de la banque nationale de développement BNDES a été accordée à certains conglomérats de construction), les tentatives du gouvernement pour stabiliser artificiellement les prix de l’énergie et du gaz, l’exploitation pétrolière et gazière sur la côte pré-sal,2 etc. font partie des politiques qui ont montré une intervention excessive (du point de vue du marché) de l’État dans l’économie, ce qui a entraîné des contradictions entre les différentes factions de la bourgeoisie.

Ces contradictions constituent le principal défi pour la durabilité du gouvernement Bolsonaro: est-il ou non capable d’organiser les intérêts de différentes factions du capital et de les représenter comme les intérêts de la nation tout entière? Tout cela pointe vers le responsable de cette tâche, le ministre de l’Economie, Paulo Guedes (voir ci-dessous). La réforme des retraites et la réforme du travail proposées seraient des projets bourgeois cohérents allant à l’encontre des intérêts des travailleurs.

Qui constitue la base sociale de Bolsonaro?

L’élection de Bolsonaro et de nombreux parlementaires liés à des groupes religieux révèle l’augmentation du pouvoir politique des églises évangéliques pentecôtistes. Cette croissance était évidente lors des élections municipales et régionales depuis des décennies, mais elle a atteint son plus haut niveau lors des dernières élections. Les églises constituent une base sociale solide pour le conservatisme dans les périphéries urbaines où elles ont travaillé à la base pendant la campagne. Il y a des rapports de sectesoù un pasteur a promu Bolsonaro et ses alliés directement, en distribuant des pamphlets de campagne ainsi que des pamphlets d’église contre l’avortement, etc. Le jour de sa victoire aux élections, Bolsonaro a commencé son discours par une prière dirigée par un pasteur évangélique, diffusée à la télévision nationale. Pour la gauche, la question est maintenant de savoir comment reconstruire le travail à la base et rétablir un dialogue avec les pauvres dans les favelas , dans les périphéries et dans les églises, afin de lutter contre les groupes réactionnaires.

La petite bourgeoisie, y compris le secteur commercial et le commerce de détail, ainsi que les professionnels libéraux, tels que les avocats, les médecins, les ingénieurs, etc., constituent un autre soutien fondamental pour Bolsonaro. Ces secteurs sont directement touchés par les taxes et les coûts élevés. des droits du travail et de la sécurité sociale. Il existe des exemples significatifs , tels que la mobilisation et les protestations de médecins brésiliens contre le programme social du PT, qui incitait des médecins cubains à travailler dans des régions reculées et mal desservies du Brésil, et la grève des chauffeurs routiers de 2018 contre la hausse du prix du carburant, ce qui a eu pour effet d’interrompre les livraisons et de créer des pénuries d’approvisionnement dans tout le pays. Plusieurs manifestations ont également appelé à une «intervention militaire».

À la campagne, Bolsonaro bénéficiait d’un large soutien des grands producteurs agricoles et du secteur agroalimentaire. Outre leur affinité économique et idéologique (soutien à la libéralisation des armes et à la criminalisation des mouvements paysans), ce secteur a également une affinité culturelle avec Bolsonaro, illustrée par le soutien de stars de la musique nationale à Bolsonaro. À cet égard, il existait également une division régionale, avec les provinces agricoles du Sud et du Centre-Ouest en tête des votes pour Bolsonaro, tandis que les provinces du Nord-Est, et partiellement du Nord, votaient principalement pour le PT.

Comme nous l’avons déjà mentionné, dans les zones urbaines et les grandes villes, les classes moyennes et les travailleurs précaires constituaient une base de masse qui avait amélioré son pouvoir de consommation au cours des années PT mais avait perdu son pouvoir d’achat et son pouvoir d’achat pendant la crise et avait été contrainte de migrer vers le marché informel. . Ils sont devenus une base solide de soutien pour Bolsonaro, animée par l’idéologie «anti-PT».

Le secteur financier et les grandes entreprises n’ont exprimé leur soutien à Bolsonaro qu’à la fin de sa campagne. D’autres noms « externes » pour la présidence ont été testés mais n’ont pas réussi. La méthode effrayante de Bolsonaro pour faire de la politique avec des discours enflammés de haine et de violence3 aété contré par son parrainage d’un économiste ultra-libéral, Paulo Guedes. Diplômé de l’Université de Chicago, Guedes a présenté des arguments convaincants en faveur de la privatisation, de la réduction des dépenses publiques et de la réduction de la bureaucratie, ce qui lui a valu un soutien dans la haute bourgeoisie.  Wall Street aurait préféré le candidat du PSDB, Geraldo Alckmin, mais Paulo Guedes garantirait, aux yeux des marchés financiers internationaux, les réformes nécessaires et la privatisation des dernières entreprises publiques, telles que Petrobras. En ce sens, un gouvernement Bolsonaro serait le premier gouvernement réellement libéral au Brésil.

Bolsonaro et son groupe ont réussi à combiner de manière singulière l’ultra conservatisme des valeurs politiques et sociales avec l’ultra libéralisme sur le plan économique. Il est certain que cette combinaison était présente, par exemple, dans l’administration Bush depuis 2001 aux États-Unis. En Amérique latine, Pinochet a poursuivi l’ultra-libéralisme économique dans les années 1970. Au Brésil, toutefois, cette situation est sans précédent, notamment à la lumière de la participation de l’armée à la coalition de Bolsonaro, traditionnellement nationaliste en matière économique.

Comment Bolsorano a-t-il réussi malgré l’irrationalité de son discours et toutes les pressions internationales? Quels ont été les principaux moyens de sa victoire?

Premièrement, la mobilisation de la peur était fondamentale: peur du communisme, du féminisme, peur d’affaiblir les «valeurs familiales traditionnelles», peur de la violence urbaine, peur des invasions de terres, peur de perdre un emploi… le tout alimenté par la classe, la race et le genre. les ressentiments.

Les menaces alléguées ont été concrétisées par des méthodes non traditionnelles de politique et de campagne, identiques à celles utilisées pour le Brexit et lors de l’élection de Donald Trump, mais adaptées aux conditions du Brésil. La diffusion de fausses nouvelles via Whatsapp, qui est devenue la forme de communication la plus capillaire dans la société brésilienne, est au cœur de cette stratégie.

La propagation de fausses nouvelles ne s’est pas créée, mais elle a augmenté de façon exponentielle les valeurs plus conservatrices que l’on retrouve dans le giron de la société brésilienne. Au cours de la dernière année, nous avons connu des niveaux extrêmes de stigmatisation et de diabolisation des féministes, alimentés par des valeurs conservatrices concernant la famille traditionnelle. un environnement de violence et d’assassinat de LGBTQ ( 445 meurtres à motivation homophobe en 2017) et une idée vague et confuse que le Brésil se dirigeait vers le communisme, générant une idéologie anticommuniste forte. Il a atteint le point de glorifier les tortionnaires au sein de la dictature civilo-militaire brésilienne (1964-1988) et de créer une menace actuelle de « dictature communiste » émanant du PT. Pour nous, à gauche, la question demeure: comment n’avons-nous pas vu tout cela venir, pour réagir rapidement et pour faire face à la diffusion massive de fausses nouvelles dans les groupes Whatsapp parmi nos familles et amis.

Deuxièmement, Bolsonaro et ses groupes ont réussi à canaliser à leur avantage l’éthique de la lutte contre la corruption et la demande de «changement». Le scandale dit « » a révélé des stratagèmes de corruption entre entreprises de construction et la société pétrolière nationale Petrobras. Les fonctionnaires et le PT ont été directement impliqués. Le pouvoir judiciaire a assumé un rôle de médiateur et politique sans précédent dans l’histoire politique du pays. Moins connus sont les liens internationaux du scandale, en particulier avec les intérêts américains dont le rôle reste à clarifier, en particulier les intérêts des multinationales du secteur pétrolier qui veulent mettre fin aux droits spéciaux de Petrobras sur l’exploitation des réserves pétrolières de la région de «Pre-Sal». Ce sont toutes des questions discutées ouvertement4 qui a conduit à l’emprisonnement de personnalités nationales du PT et à une défaite morale de l’ensemble de la gauche.

L’arrestation de Lula da Silva marque l’aboutissement de cette défaite. L’emprisonnement de Lula est éminemment politique, compte tenu de la rapidité avec laquelle il a été condamné et emprisonné. De plus, il manque de preuves solides à son encontre, car son procès était fondé sur des allégations d’hommes politiques et d’hommes d’affaires déjà en prison. Avec Lula en tête des scrutins, Bolsonaro avait une chance plus mince de gagner. Une fois que Lula a été interdit de se présenter, les résultats des élections en faveur de Bolsonaro étaient presque acquis.

C’est dans ce contexte que Bolsonaro a cherché à convaincre l’électorat brésilien qu’il serait un nouveau type de dirigeant politique, qui constituerait un gouvernement doté d’un peuple de compétences techniques avérées dans leurs entreprises et dans les institutions publiques. Il a affirmé qu’il mettrait fin à la pratique des nominations sur la base d’affinités politico-idéologiques. Évidemment, cela n’est pas arrivé. Au lieu de cela, une idéologie a été remplacée par une autre. Encore une fois, Bolsonaro a réussi à occuper l’espace vide de la politique.

Comment le gouvernement Bolsonaro est-il formé?

La restructuration de l’État brésilien a commencé par des changements substantiels dans sa structure institutionnelle et bureaucratique. Un «super-ministère» de l’économie a été créé à la suite de la fusion des ministères des finances, de la planification, de l’industrie et du commerce et du travail. Tous sont maintenant sous les ordres d’une personnalité ultra-libérale, Paulo Guedes. Au sein de ce super-ministère, un certain nombre de nouveaux conseils, comités et secrétariats ont été mis en place, suivant la nouvelle ligne économique. Ceux-ci incluent le « Secrétariat à la dé-bureaucratisation » et le « Secrétariat à la dénationalisation et au désinvestissement ». Leur programme comprend des plans pour la privatisation des entreprises publiques, la réforme des retraites, l’approfondissement de la réforme du travail, la libéralisation accrue du commerce et l’accès des sociétés minières aux terres autochtones.

Dans le même temps, de nombreuses institutions d’État créées par le gouvernement du PT et liées aux secteurs social et du travail ont été démantelées. Ceux-ci incluent le ministère du Travail, le ministère des Villes et de l’Urbanisme, le Conseil national de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le ministère de la Culture, l’agence pour les questions autochtones FUNAI et le ministère du Développement agraire.

Ces changements dans la matérialité institutionnelle de l’État se sont accompagnés de nombreuses nominations à des postes publics. Loin de suivre les promesses de nomination électorale fondées sur le mérite technique, les nouvelles personnes nommées ont été choisies pour des motifs politiques et idéologiques. Deux groupes principaux sont au cœur de l’occupation des postes de l’État. Premièrement, les représentants de l’armée étaient répartis dans tous les ministères et occupaient un tiers des postes de haut rang, soit en tant que ministres, soit à d’autres postes clés. Parmi les ministères nommés par les militaires figurent la défense, les mines et l’énergie, la science et la technologie, la sécurité des infrastructures et des institutions, ainsi que la vice-présidence.

L’autre groupe, apparemment en conflit avec le secteur militaire, est composé de représentants de l’idéologie ultra-conservatrice liée à Olavo de Carvalho, un proto-philosophe résidant aux États-Unis. Carvalho donne des cours en ligne, est lié à Steve Bannon et est très influent parmi les partisans de Bolsonoro. Le fils de Bolsonaro, Eduardo, joue le rôle d’articulateur pour ce groupe, comme l’a désigné Bannon comme dirigeant principal du « Mouvement » d’extrême droite en Amérique latine. La forte influence de Bannon et Olavo de Carvalho est devenue évidente après la visite de Bolsonaro aux États-Unis.

Deux des anciens élèves de Carvalho ont été nommés à la tête de deux ministères clés: l’éducation et les affaires étrangères. Dans le domaine de l’éducation, les adeptes ultra-conservateurs de Carvalho et les représentants des églises pentecôtistes souhaitent lutter contre « l’idéologie du genre » et « l’endoctrinement marxiste » dans les écoles et les universités. Le ministre de l’Éducation a récemment déclaré que les manuels d’histoire de l’école seraient révisés pour dire «la vérité» sur le coup d’État de 1964et les 21 années suivantes de dictature militaire, affirmant qu’elle était soutenue par un vaste mouvement social et avait réussi à libérer le Brésil du communisme. En Affaires étrangères, ils défendent le patriotisme contre les négociations multilatérales (comme dans le cas du changement climatique ou des migrations), mais la limite de ce patriotisme est en alignement direct avec Trump et Israël. Idéologiquement, ils entendent lutter contre ce qu’ils appellent le « marxisme culturel » et le « mondialisme ».

Malgré l’apparente querelle «Militaires contre Olavistes», les deux groupes au sein du gouvernement sont unis dans l’agenda économique ultra-libéral, malgré le nationalisme passé de l’armée. Les preuves en sont la concession de la base d’Alcântara à des fins militaires américaines, la vente d’Embraer à Boeing et le soutien à la réforme des retraites.

Quels sont les principaux projets du gouvernement?

Le premier point à l’ordre du jour est la réforme des retraites. Ses piliers sont l’âge minimum requis pour la retraite et l’augmentation des cotisations de sécurité sociale. Le principal argument a été la «fin des privilèges», en référence aux avantages des employés des secteurs public par rapport au secteur privé. Ce qui est réellement en cause, c’est une réduction du rôle de l’État en tant que garant des retraites, une augmentation de la surexploitation de la main-d’œuvre (40 ans de cotisations à la sécurité sociale comme condition préalable à l’obtention d’une pension complète) et la capitalisation signifie la participation des compagnies d’assurance, même pour les plus pauvres. Selon le responsable du Congrès , «tout le monde peut travailler jusqu’à 80 ans». Cela dénote une insensibilité totale et une cécité des classes, puisque l’espérance de vie moyenne au Brésil est de 70 ans.

Deux autres projets dans le domaine économique auront également un impact dévastateur. L’un est la possibilité de délier le budget des clauses de dépenses constitutionnelles pour l’éducation et la santé. Actuellement, la constitution brésilienne stipule que 18% du budget national est consacré à l’éducation et 13% à la santé. Si le gouvernement réussit à éliminer ces clauses, le Congrès brésilien décidera de la manière dont le budget est alloué, sans obligation pour ces secteurs.

Le nouveau régime de travail est un autre projet économique aux effets potentiellement dévastateurs. Cela permettrait aux travailleurs et aux employeurs de négocier bilatéralement, sans tenir compte de la négociation collective. Les travailleurs perdraient le droit collectif de négocier les conditions de travail. En plus de saper le pouvoir de négociation des syndicats, ce projet pose pervers le choix entre maintenir des droits garantis ou avoir son propre travail. La soi-disant « carte de travail verte et jaune » constituerait une alternative à la carte de travail officielle (bleue) avec des droits constitutionnels négociés collectivement.

Le programme de sécurité publique est un autre projet majeur. Un changement de législation a déjà eu lieu pour permettre le port d’armes, et le programme de sécurité vise les groupes du crime organisé. Le projet signale une criminalisation croissante des mouvements sociaux et une intensification des mesures antiterroristes. Dans les campagnes, les violences contre les militants et les militants des mouvements sociaux ont conduit à l’ assassinat de 57 militants en 2017. D’autre part, le projet mentionne également la lutte contre les forces paramilitaires, appelées milices, dans les centres urbains. Pourtant, un des fils de Bolsonaro, Flavio, alors député de l’État de Rio de Janeiro, a embauché pour son bureau deux membres de la milice accusés d’avoir participé au meurtre de Marielle Franco. Au-delà de cela, l’un des deux hommes arrêtés pour le meurtre de Marielle a été retrouvé dans sa maison située dans le même condominium où habite Bolsonaro à Rio. Il faut enquêter sur les relations de Bolsonaro et de sa famille avec les groupes paramilitaires, mais rien n’indique que ce soit le cas de l’ancien juge Moro et de son équipe du ministère de la Justice.

Le programme ultra-conservateur sur le genre, le féminisme et les droits des LGBT est actuellement mis en œuvre par le Ministère de la femme, de la famille et des droits de l’homme (anciennement Secrétariat aux droits de l’homme). Ce ministère est dirigé par un représentant d’une église pentecôtiste et aura un impact important sur l’éducation, la santé et les droits sociaux.

Enfin, il convient de mentionner une augmentation exponentielle de l’utilisation de produits agrochimiques dans l’agriculture brésilienne. Cela a un impact direct sur la qualité des aliments et la santé de la population. Il y a un renforcement des politiques de peuplement rural qui modifient les terres, ce qui facilite l’attribution de titres de propriété privée et de nouvelles attaques contre les peuples autochtones et les quilombolas (établissements historiques afro-brésiliens) avec la fin des démarcations et attributions de terres des peuples autochtones.

Quels effets contradictoires pourraient avoir leurs différents programmes?

Bien que les projets mentionnés ci-dessus constituent un domaine ultra-conservateur, ils ne vont souvent pas bien ensemble. Il n’y a pas de cohésion entre les groupes de la structure étatique sous Bolsonaro. Différents projets ne sont pas organisés en un seul front, et Bolsonaro pourrait bien se révéler incapable d’organiser les intérêts des différentes factions de classe qui se disputent maintenant son gouvernement.

Sur le plan externe, les groupes liés à Olavo de Carvalho souhaitent aligner étroitement le Brésil sur les États-Unis et Trump. Cela a été confirmé lors de la récente visite à Washington. La base d’Alcantara, dans l’état de Maranhão, dans la région amazonienne, a été ouverte à l’armée américaine. Les Américains et les Canadiens seront exemptés de visas pour entrer au pays. Le Brésil veut s’intégrer à l’OCDE au détriment des alliances avec les pays du Sud. Avec d’autres gouvernements conservateurs, Bolsonaro a dissous l’Union des nations sud-américaines (UNASUR).

Ce groupe de politique étrangère de premier plan se tient aux côtés des États-Unis pour contenir l’expansion économique de la Chine en Amérique latine et dans le monde. Cependant, la Chine est le principal partenaire commercial du Brésil, représentant 25% du commerce international total du Brésil. Les ventes à la Chine se sont fortement concentrées sur les exportations de produits agricoles et minéraux au cours de l’ère PT, et au cours des derniers mois, 90% des exportations de soja du Brésil ont été destinées à la Chine en raison des restrictions imposées sur le soja américain sur le marché chinois. En ce sens, les impulsions idéologiques se heurtent aux impulsions économiques et le Brésil se trouve au cœur de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

En ce qui concerne la crise vénézuélienne, l’aile ultra-conservatrice a été empêchée d’intervenir directement par les groupes militaires au sein du gouvernement, qui ont résisté aux impulsions des ultras pour des raisons de déstabilisation régionale.

Les groupes évangéliques pentecôtistes demandent au Brésil de déplacer son ambassade en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, avec le ferme soutien de groupes liés à Olavo de Carvalho. Les pays arabes sont toutefois les principaux importateurs de viande de poulet produite par l’agroalimentaire brésilien. L’annonce du déménagement de l’ambassade a suscité des réactions dans le monde arabe , notamment des menaces de réduction des importations, et le déménagement n’a pas eu lieu. Au lieu de cela, Bolsonaro a annoncé l’ouverture d’un bureau commercial à Jérusalem.

De plus, les intérêts des entreprises agroalimentaires et leur parti pris protectionniste contre l’entrée de concurrents étrangers et contre les modifications des droits de douane à l’importation s’opposaient au parti pris libéral du ministère de l’Économie, qui cherchait à éliminer les droits de douane à l’importation de lait. Le ministère a dû se retirer sous la pression du secteur agroalimentaire.

Enfin, le paquet de mesures de sécurité publique a été envoyé au Congrès national, mais son président a résisté à un vote les concernant, accordant la priorité à la réforme des retraites. Cela a créé des tensions entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif, à l’image du ministre de la Justice, qui était à la tête de l’opération de lavage de véhicules, ce qui implique également des tensions avec le pouvoir judiciaire. Le secteur financier, qui attendait beaucoup d’une action rapide en matière de réforme des retraites, a été déçu, la priorité étant moins grande que celle accordée à la réforme par rapport à d’autres problèmes, tels que le programme d’action à l’étranger de Bolsonaro. Le marché boursier a chuté alors que les journalistes commentaient la façon dont les agents du marché «ne peuvent pas comprendre la direction prise par le gouvernement».

L’élection de Jair Bolsonaro au Brésil a un impact sur toute la région latino-américaine. Tout comme l’élection de Lula en 2002 a influencé le début de la période de «marée rose» au début du siècle, aujourd’hui, l’extrême droite au Chili, en Uruguay et au Venezuela (pour n’en nommer que quelques-uns) devient plus forte en raison du virage politique que le Brésil a pris depuis la destitution de Rousseff en 2016. Assurément, la viabilité du gouvernement de Bolsonaro dépendra de sa capacité à organiser les intérêts des différentes factions de la bourgeoisie et à les présenter comme des représentants des intérêts de la nation tout entière. Il n’a pas été capable de faire cela jusqu’à présent. Le scénario de crise internationale et les luttes populaires pourraient déstabiliser encore plus son gouvernement. Bolsonaro et ses alliés étaient unis dans leur détermination à renverser le PT, mais avaient perdu (ou n’avaient jamais eu) le contrôle de la direction du bateau. •

Notes de fin

  1. Tels que des taux d’intérêt élevés et des avantages différents pour le secteur financier, des crédits publics importants aux monopoles privés, des politiques sociales modérées (mais importantes) ayant pour effet d’apaisement social, entre autres.
  2. Énormes réserves de pétrole sous la mer sur la côte brésilienne.
  3. Guedes n’était pas connu dans le courant dominant brésilien jusqu’à très récemment. Selon Joana Salem et Rejane Hoeveler dans un article du Monde Diplomatique BrésilIl a obtenu son diplôme à Chicago en 1978, mais sa thèse n’a jamais été publiée et n’a pas suscité beaucoup d’attention. Il a commencé à enseigner à l’Université du Chili en 1980 sous la dictature de Pinochet. C’est précisément dans les années 1980 que Pinochet a entamé la réforme des retraites au Chili, obligeant les travailleurs chiliens à déposer 10% de leurs salaires dans des fonds de pension privés. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, 90% des Chiliens ne reçoivent pas leur salaire minimum au moment de leur retraite. Environ un millier de personnes âgées chiliennes se sont suicidées au cours des cinq dernières années. Symptomatiquement, il s’agit du premier et important projet mené par Guedes en tant que ministre de l’Économie. Dans le cas du Chili et dans le projet de réforme des retraites présenté au congrès brésilien par Guedes, l’armée est exclue. Cf. Brésil, novo laboratório da extrema direita.
  4. L’une des premières mesures prises par le gouvernement de Michel Temer, après la mise en accusation de Dilma Rousseff en août 2017, a été de modifier le cadre réglementaire régissant l’exploration des zones du Pré Sal, en rupture avec la participation obligatoire de Petrobras et en ouvrant davantage Exxon ou Shell (explicitement cité par Temer) pour participer davantage aux prochaines ventes aux enchères. Cf. Cliquez ici pour en savoir plus sur ce que vous devez savoir sur ce que nous attendions positivement dans nos économies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici