Canada : les travailleurs étrangers temporaires paient le prix de la pandémie

0
44

Ysh Cabana, extraits d’un texte paru dans Canadian dimensión, 22 juillet 2020

Les champignons comestibles font partie d’une industrie de plusieurs millions de dollars est liée à une forte demande étrangère. Depuis le début de la pandémie COVID-19, , l’industrie nationale des champignons a fait face à une perte de production de 30 à 50% qui a forcé la fermeture de nombreuses fermes et placé la santé et le statut de la majorité des travailleurs étrangers de l’industrie à risque.

Près de 200 000 tonnes de champignons sont produites au Canada chaque année, selon Statistique Canada. La province de l’Ontario représente la moitié de la production nationale de champignons et la culture des champignons demande beaucoup de main-d’œuvre, étant donné le peu de temps qu’il faut pour cultiver des champignons. Les champignons frais sont récoltés quotidiennement par environ 4 000 ouvriers agricoles, dont près d’un quart sont des travailleurs étrangers temporaires qui travaillent toute l’année.

À la ferme, les champignons sont conservés dans l’obscurité car ils poussent de cette façon. Il en va de même pour les travailleurs migrants, qui sont soumis à des conditions de travail et de vie médiocres, sans connaissance de leurs droits ou des risques pour la santé qui sont censés être fournis par leurs employeurs. En travaillant ensemble de près, en sélectionnant et en emballant le produit, les récolteurs courent un risque élevé d’infection par le COVID-19.

C’est ce qui est arrivé à la Ravine Mushroom Farm à Vaughan, en Ontario, au nord de Toronto. Début juillet, au moins 30 cueilleurs de champignons ont été testés positifs au COVID-19.

L’agence de santé locale a déclaré qu’elle enquêtait sur un «groupe de travail» sur les cas de coronavirus à la ferme.

Selon défenseur des droits des migrants Jesson Reyes, cette omission n’est «pas une coïncidence». En avril dernier, quatre ouvriers philippins de champignonnières en Ontario se sont courageusement manifestés devant le public en tant que travailleurs sans papiers pour raconter leur histoire fatidique de trafic. Fatigués de garder leur situation secrète, les travailleurs ont intenté une action civile contre Ravine Mushroom Farm et une agence de recrutement tierce (Link4Staff Inc.) pour violation de la loi sur la protection de l’ emploi des ressortissants étrangers . La campagne Justice for Mushroom 4 a été lancée par des travailleurs et des militants pour exiger une meilleure protection des travailleurs migrants dans la province.

«Les travailleurs de J4M4 ont témoigné avoir travaillé de très longues heures à cueillir des champignons debout sur des plates-formes de 6 pieds (chariots). L’agence de recrutement Link4Staff a volé des milliers de dollars grâce à leur salaire et a également giflé des frais de recrutement exorbitants », a déclaré Reyes du Centre de ressources pour les migrants du Canada (MRCC).

Chaque année, les agriculteurs canadiens comptent sur plus de 50 000 travailleurs migrants qui arrivent dans le cadre du Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) signé dans le cadre d’accords bilatéraux avec le Mexique et 11 pays des Caraïbes. Ces travailleurs agricoles «temporaires» représentent environ 60 pour cent de tous les travailleurs migrants du Canada.

Le PTAS est la composante «moins qualifiée» du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) qui oblige les employeurs à obtenir une étude d’impact sur le marché du travail, permettant aux travailleurs migrants d’accéder à des options d’emploi limitées. Les travailleurs agricoles migrants en Ontario sont couverts par l’assurance-maladie provinciale aussi longtemps qu’ils sont employés, mais les conditions de leur emploi rendent difficile l’accès aux prestations. Ils sont liés à un secteur particulier de la liste nationale des produits du Canada pour la durée d’un contrat spécifique et ils ne sont pas autorisés à travailler ailleurs ou pour un autre employeur. C’est caractéristique du régime d’immigration du Canada.

Les travailleurs du Mexique comptent parmi les plus grands participants au PTAS employés dans les fermes canadiennes. Beaucoup ne parlent pas anglais et moins de la moitié d’entre eux ont une éducation primaire, selon le ministère mexicain du Travail.

En Ontario, plus de 1 100 travailleurs migrants ont été testés positifs pour le nouveau coronavirus, dont beaucoup sont des travailleurs agricoles. Déjà, trois des personnes infectées sont décédées.