Canada : l’extrême droite inspirée par l’expérience trumpienne

0
101

Le jour même où des extrémistes violents se sont emparés du Capitole américain – avec ce qui semblait être l’acquiescement, voire l’aide active, d’une partie de la police en service là-bas – le gouvernement fédéral nous a mis en garde contre la montée de l’extrême droite. l’extrémisme ici au Canada.

Selon le ministère canadien de la Défense, la forte augmentation actuelle de l’agitation d’extrême droite est reliée aux restrictions requises pour contrôler la propagation du COVID-19. 

Ces extrémistes d’extrême droite souscrivent à un large éventail de théories du complot. Beaucoup prétendent que c’est une fiction utilisées par les gouvernements pour imposer des contrôles à la population. Certains pensent également que les vaccinations sont un complot du milliardaire et philanthrope Bill Gates pour contrôler nos cerveaux.

Le Canada est un terrain fertile pour la haine et la violence en ligne. Collectivement, les médias sociaux de l’extrême-droite ont rejoint plus de 11 millions d’utilisateurs, soit un tiers de la population adulte du Canada. Ces extrémistes de droite du Canada inclduent des suprémacistes blancs, des ethnonationalistes, des groupes anti-musulmans et des misogynes.

Le « modèle » albertain

Brian Topp, qui était, de 2015 à 2016, chef de cabinet de la première ministre néo-démocrate de l’Alberta Rachel Notley, a raconté ce qui s’est passé lorsqu’une foule en colère s’est rendue à Edmonton pour protester contre la loi néo-démocrate visant à assurer la santé et la sécurité des fermes en tant que lieux de travail.

L’opposition conservatrice a décidé de présenter un projet de loi qui donnerait aux travailleurs agricoles l’accès à la Commission des accidents du travail comme une menace pour le mode de vie agricole, un complot visant à détruire la ferme familiale.

Topp décrit ainsi la campagne de droite contre les plans du gouvernement:

«C’était la même rhétorique populiste de droite en colère – une grande partie faisant écho aux écrits et aux publications sur les réseaux sociaux des membres du personnel de caucus de l’opposition sur-caféiné et de leurs collègues dans des groupes de droite financés par l’argent noir, avec un peu d’aide de leur cabinet de relations publiques de Toronto… « 

Topp résume la rhétorique des manifestants, qui sera familière à tous ceux qui ont observé l’agitation pro-Trump aux États-Unis: « La province devait être sauvéedu mal; la province devait être défendue; il était temps de prendre une position et un combat… « 

Pire que les paroles enflammées et coléreuses, il y avait les menaces de violence. Il s’agissait, selon Topp, d’un «tsunami de menaces de mort obsessionnelles, colériques, violemment misogynes et très détaillées visant les dirigeants du gouvernement et leurs familles, parfois nommés individuellement».

Lorsque les politiciens abandonnent inconsidérément la courtoisie et le respect de la vérité, et les uns pour les autres – au Canada, aux États-Unis ou ailleurs – les résultats peuvent être dangereux. Donald Trump ne s’en soucie pas et posera probablement un défi majeur au corps politique américain pendant un certain temps encore.