Capitalismes et impérialismes en Afrique

 

Pierre Beaudet

L’essor du capitalisme dès le 16ième siècle et surtout durant les 18ième et 19ième siècles reconfigure le monde. L’intégration hiérarchisée du « triangle » réorganise les systèmes productifs de l’Europe, de l’Afrique et des Amériques et permet une relance de l’accumulation malgré la multiplication des crises du capitalisme et l’intensification de la compétition entre les diverses puissances impérialistes.

Les thèses d’Adam Smith donnent une assisse théorique à cette expansion, présentée comme un phénomène « naturel » et inaltérable, mu par des forces supra-historiques (« la main invisible »). La domination du « nord » sur le « sud » apparaît comme le jeu de la concurrence, de la division du travail et du libre-échange.

Plus tard, la perspective de Marx prend de l’importance dans le contexte de l’intensification des luttes démocratiques et de classes à partir de deuxième moitié du 19ième siècle. Marx met l’emphase sur les contradictions internes du processus capitaliste et sur le fait que dans le processus de crises émerge un nouveau projet (le socialisme) et un nouvel acteur (le prolétariat). La division spatiale du travail et la répartition hiérarchique des pouvoirs et des ressources lui apparaît comme un épiphénomène, jusqu’à temps qu’il évolue sur cette question à la fin de son parcours.

Le double impact du colonialisme selon Marx

 

[…] aussi triste qu’il soit du point de vue des sentiments humains de voir ces myriades d’organisations sociales patriarcales, inoffensives et laborieuses se dissoudre, se désagréger en éléments constitutifs et être réduites à la détresse, et leurs membres perdre en même temps leur ancienne forme de civilisation et leurs moyens de subsistance traditionnels, nous ne devons pas oublier que ces communautés villageoises idylliques, malgré leur aspect inoffensif, ont toujours été une fondation solide du despotisme oriental, qu’elles enfermaient la raison humaine dans un cadre extrêmement étroit, en en faisant un instrument docile de la superstition et l’esclave de règles admises, en la dépouillant de toute grandeur et de toute force historique. Nous ne devons pas oublier l’exemple des barbares qui, accrochés égoïstement à leurs misérables lopins de terre, observaient avec calme la ruine des empires, leurs cruautés sans nom, le massacre de la population des grandes villes, n’y prêtant pas plus d’attention qu’aux phénomènes naturels, eux-mêmes victimes de tout agresseur qui daignait les remarquer. Nous ne devons pas oublier cette vie végétative, stagnante, indigne, que ce genre d’existence passif déchaînait d’autre part, par contrecoup, des forces de destruction aveugles et sauvages, faisait du meurtre lui-même un rite religieux en Hindoustan. Nous ne devons pas oublier que ces petites communautés portaient la marque infamante des castes et de l’esclavage, qu’elles soumettaient l’homme aux circonstances extérieures au lieu d’en faire le roi des circonstances, qu’elles faisaient d’un état social en développement spontané une fatalité toute-puissante, origine d’un culte grossier de la nature, dont le caractère dégradant se traduisait dans le fait que l’homme, maître de la nature, tombait à genoux et adorait Hanumân, le singe, et Sabbala, la vache. Il est vrai que l’Angleterre, en provoquant une révolution sociale en Hindustan, était guidée par les intérêts les plus abjects (…). Mais la question n’est pas là. Il s’agit de savoir si l’humanité peut accomplir sa destinée sans une révolution fondamentale dans l’état social de l’Asie. Sinon, elle fut un instrument inconscient de l’Histoire en provoquant cette révolution[1].

 

Les phases du colonialisme

Au début de l’expansion européenne qui passe surtout par les puissances méditerranéennes, le colonialisme prend la forme d’une prédation directe des peuples et régions précapitalistes de l’Afrique et des Amériques. L’esclavage structure une force de travail subjuguée. Des peuples sont anéantis par la terreur et la prédation pour intégrer ce circuit de l’accumulation basé sur l’accaparement des métaux précieux. Des civilisations, des États, des peuples et leurs structures sociales, politiques et culturelles, sont littéralement anéanties.  L’expérience du Congo colonisé par la Belgique est un cas particulièrement frappant.

Au moment où le centre de gravité du capitalisme se déplace vers l’Atlantique et où émerge l’Empire britannique, on entre dans une deuxième phase. La subjugation par l’esclavage et l’exploitation des ressources continuent, mais elles sont réarticulées aux impératifs du capitalisme industriel : les plantations de coton, de sucre, de café, productions nécessaires à l’expansion du secteur industriel et au marché européen, remplacent les mines d’or et d’argent.

Parallèlement, les Empires mettent en place des structures politiques et économiques « modernes » permettant l’industrialisation et la prolétarisation des territoires conquis. Cette industrialisation toutefois se fait de manière « tronquée », extravertie, soumise aux besoins des métropoles plutôt que conformes à une logique stricte d’accumulation.  Cette « ruée » (scramble) vers les colonies se produit sur un fond de contradictions inter-impérialistes où les puissances tentent de se positionner à l’échelle mondiale.

L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (Lénine)

 

D’embryon, l’impérialisme est devenu le système prédominant; les monopoles capitalistes ont pris la première place dans l’économie et la politique; le partage du monde a été mené à son terme; d’autre part, au lieu du monopole sans partage de l’Angleterre, nous assistons maintenant à la lutte d’un petit nombre de puissances impérialistes pour la participation au monopole, lutte qui caractérise tout le début du XXe siècle (…) L’impérialisme est l’époque du capital financier et des monopoles, qui provoquent partout des tendances à la domination et non à la liberté (…) De même se renforcent particulièrement l’oppression nationale et la tendance aux annexions, c’est-à-dire la violation de l’indépendance nationale (car l’annexion n’est rien d’autre qu’une violation du droit des nations à disposer d’elles-mêmes)[2].

Seule la possession des colonies donne au monopole de complètes garanties de succès contre tous les aléas de la lutte avec ses rivaux, même au cas où ces derniers s’aviseraient de se défendre par une loi établissant le monopole d’État. Plus le capitalisme est développé, plus le manque de matières premières se fait sentir, plus la concurrence et la recherche des sources de matières premières dans le monde entier sont acharnées, et plus est brutale la lutte pour la possession des colonies.

 

C’est le début de l’échange « inégal ». Le contrôle politique se fait sous le registre d’un pouvoir colonial centralisé, coercitif, autoritaire, où la « supériorité de la « race blanche » est affirmée comme un ordre naturel des choses. La colonisation est nécessaire pour assurer la croissance continue de la production via de nouveaux débouchés. Elle traduit la nouvelle hiérarchie du monde où l’Europe capitaliste doit imposer son sens de l’ordre, de la discipline, du progrès. Enfin, la colonisation traduit également la lutte entre les puissances capitalistes de l’époque dans un processus de conflictualité qui connaît son apogée au tournant du 20ième siècle. (Rist, pages 89 et suivantes).

C’est alors que l’on peut parler d’une troisième phase du colonialisme, phase qui s’étire jusqu’au milieu du siècle. Pour résister aux pressions populaires et également rendre l’exploitation des colonies plus productive, les Empires se réorganisent en favorisant la mise en place de structures locales, ce qu’on appellera plus tard le « néocolonialisme ». Cette opération est accompagnée d’une offensive dans la culture, les valeurs, les référents, et où l’opération coloniale devient une « mission civilisatrice ». Dans les Amériques, cette mission civilisatrice se produit par l’indépendance au profit d’élites, qui rompent le lien avec les anciennes puissances coloniales tout en maintenant les mêmes structures socio-économiques d’exclusion de la majorité de populations métisses, afro-descendantes et amérindiennes (voir Carlos Matiategui, Indianisme et paysannes en Amérique latine, 2012).

En Afrique subsaharienne, le néocolonialisme dans un processus assez semblable aux pratiques précédentes : prédation, répression, violence, etc. Cette conflictualité prend des formes exacerbées lors de révoltes anticoloniales au Maroc, au Cameroun, en Afrique du Sud, en Angola, et plus tard en Algérie.

En Asie, la survivance des formes étatiques précapitalistes rend très difficile la colonisation directe, d’où l’ « invention » britannique de l’« indirect rule ». Il y a un heurt profond en Chine cependant car un nationalisme « moderne » y émerge très tôt. Au contact des mouvements socialistes européens, de l’URSS et la Troisième Internationale, le nationalisme chinois se radicalise et prend une tournure politico-militaire d’envergure.

Points de rupture

Pendant que l’Europe capitaliste s’engouffre dans la guerre et qu’émergent tant à l’ouest qu’à l’est de nouvelles puissances (États-Unis et Union soviétique), les structures coloniales sont mises à mal. L’essor des luttes anticoloniales s’avère irrésistible, d’où des négociations menant à l’indépendance de l’Inde (1947) et de plusieurs territoires africains tout au long des années 1950-60).

De nombreuses fractures se révèlent cependant. Le « néocolonialisme » tente de se reproduire sous l’indépendance et conduit à l’éradication de mouvements et de leaders nationalistes (Patrice Lumumba, Mehdi Ben Barka, Modibo Keita, Kwame N’Krumah). Les anciennes puissances coloniales s’accrochent et tentent de rétablir leur domination au Vietnam, en Égypte, en Indonésie. Des voix puissantes s’élèvent : Malcolm X

Les alliances comme le Mouvement des pays non-alignés tentent d’élargir l’influence de ce qui n’est pas encore le « tiers-monde », sans beaucoup de succès. Des colonies de « peuplement » où existent d’importantes communautés issus du monde impérial s’avèrent très résistantes au changement, en premier lieu l’Algérie, l’Angola, le Mozambique, le Zimbabwe, l’Afrique du Sud.

Une nouvelle génération de mouvements anticolonialistes et anti-impérialistes prend forme autour d’organisations « modernes » (souvent inspirées du « modèle léniniste » et quelquefois appuyées par l’URSS qui en voit des alliés dans la Guerre dite froide. L’Asie s’enflamme après la victoire du Parti communiste en Chine. L’Afrique, en Algérie et dans la partie australe, entre dans une phase insurrectionnelle. En Amérique du Sud, des rébellions se multiplient contre des pouvoirs perçus comme inféodés aux États-Unis (Cuba par exemple).

C’est dans ce contexte qu’est produite une nouvelle littérature politique et sociologique, d’où l’importance de l’œuvre de Frantz Fanon, un médecin martiniquais qui rejoint la lutte d’indépendance de l’Algérie[3]. Une trame de cette histoire est racontée dans la Bataille d’Alger. Des auteurs nés ou travaillant dans les empires coloniaux prennent également part au processus de déconstruction du colonialisme et du néocolonialisme (pensons notamment à Albert Memmi, Maxime Rodinson, Yves Benot, Charles-André Julien, etc.). Il y aussi Aimé Césaire.

Cette dernière étape du colonialisme[4] prend plusieurs caractéristiques reflétant l’intensité des contradictions de l’époque. Les confrontations deviennent très violentes (des centaines de milliers, voire des millions de victimes). Aux guerres anticoloniales et anti-impérialistes se superposent des guerres « civiles », mettant aux prises des élites locales (alliées à l’impérialisme) et des coalitions populaires inédites. La conflictualité se délocalise et arrive dans les métropoles impérialistes mêmes (en France dans le cas de l’Algérie, aux États-Unis dans le cas du Vietnam, etc.).

La nature militaire de la conflictualité est une partie, certes importante, des guerres en cours, car les aspects économiques, sociaux, démographiques, culturels, médiatiques, acquièrent une importance énorme. C’est la scène d’un gigantesque « bataille des idées » où la lutte anticoloniale et anti-impérialiste devient l’emblème de la lutte pour la liberté et pour la démocratie, un nouveau paradigme en quelque sorte. Du côté des dominants, tout est en place pour diminuer le colonisé, le « sauvage ». C’est la vision « orientaliste », telle qu’expliquée par Edward Saïd.

La libération du colonisé devient la libération de l’humain, selon la proposition de Fanon…

[1] Karl Marx, « La domination britannique en Inde », New York Daily Tribune, 25 juin 1853, dans Sur les sociétés précapitalistes, Textes choisis de Marx, Engels Lénine, sous la direction de Maurice Godelier, Éditions sociales, Paris 1970. Page 176.

[2] Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), < http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1916/vlimperi/vlimp.htm

[3] Quelques autres auteurs caribéens jouent également un rôle important dans cette époque, notamment CLR James, Aimé Césaire et Walter Rodney.

[4] Les dernières colonies africaines ont été libérées en Afrique australe à partir de 1975 jusqu’à la fin de l’apartheid en Afrique du Sud (1994), en Érythrée également (1995). Le dernier territoire colonial africain est le Sahara occidental, anciennement une colonie de l’Espagne, occupé présentement par le Maroc. Dans les Caraïbes et dans l’Asie-Pacifique, la France, l’Angleterre et les États-Unis maintiennent des possessions coloniales (Martinique et Guadeloupe, Puerto Rico, etc.). Il y a également le cas de la Palestine, occupée par Israël depuis 1948 et 1967.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici