États-Unis : la guerre de Trump contre l’islam 

 

Marwan Bishara, Al Jazeera, 7 mai 2019

 

Il faut admirer la ténacité du président américain Donald Trump . Malgré les nombreux fiascos de sa politique au Moyen-Orient, il continue dans la même voie, avec les mêmes partenaires, quoi qu’il arrive.

Depuis son premier voyage à l’étranger, il a atterri en Arabie saoudite et en Israël, il y a deux ans, le président roule sur les bases de la politique libérale traditionnelle américaine, défiant les Nations Unies, violant le droit international et exacerbant les tensions au Moyen-Orient. la demande ou à l’appui de ces partenaires privilégiés.

Cette tendance s’est intensifiée au cours des dernières semaines. La Maison Blanche a obligé le Congrès à continuer à soutenir l’effort de guerre saoudien au Yémen et à apporter son soutien au général renégat Khalifa Hafter lors de son assaut sur la capitale libyenne Tripoli. Il a également proclamé la partie israélienne du plateau du Golan syrien et approuvé l’approbation de l’annexion par Israël des territoires palestiniens occupés.

Il a resserré les sanctions contre l’ Iran , qualifié le Corps des gardiens de la révolution iranien « d’organisation terroriste étrangère » et déployé des cuirassés de groupes de porte-avions dans le Golfe.

En raison de ces politiques, les tensions dans la région s’aggravent, mais l’administration Trump ne reconsidérera rien et ne renversera même aucune d’entre elles. Cela n’a vraiment été fait qu’une fois, lorsqu’il s’est retiré de sa position prise à la hâte sur le blocus du Qatar par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte il ya deux ans.

Mais c’est l’exception qui confirme la règle.

La Maison Blanche a donné carte blanche aux régimes israélien, égyptien et saoudien et à leurs alliés pour faire ce qui leur plaît aux niveaux national et régional, à condition qu’ils achètent des armes américaines, investissent dans l’économie américaine et soutiennent les initiatives américaines au Moyen-Orient, comme le « deal du siècle » qui sera bientôt révélé.

En dépit de graves violations des droits de l’homme et de guerres coûteuses, il s’est plié à sa vision autocratique consistant à assimiler l’islamisme à l’instabilité et la stabilité à l’autoritarisme militaire .

Mais la dernière initiative de l’administration Trump visant à déclarer la guerre aux Frères musulmans pourrait bien être l’étincelle qui enflamme le baril de poudre qu’est devenu le Moyen-Orient.

A quel point les Frères musulmans sont-ils « terroristes »?

La Maison Blanche a annoncé son intention de désigner les Frères musulmans une organisation terroriste peu après la rencontre entre le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi et le président égyptien le mois dernier.

Le général el-Sisi avait dirigé le coup d’État contre les Frères musulmans l’année suivant leur victoire électorale de 2012, avait emprisonné des milliers de ses membres et avait interdit l’organisation. L’Arabie Saoudite et les EAU ont emboîté le pas  quelques mois plus tard. Ces régimes considèrent le groupe comme une menace majeure pour leur gouvernement et comme un allié des groupes régionaux tels que la Turquie et le Qatar.

Les administrations américaines précédentes ont renoncé à cette désignation malgré leur aversion pour le mouvement, et presque tous les universitaires et analystes américains, même ceux qui critiquent les Frères musulmans, conviennent que ce n’est pas une organisation terroriste. Ils pensent que le désigner comme tel est imprudent, à courte vue et contre-productif.

Même l’ancien secrétaire d’État de Trump, Rex Tillerson, qui, dans son discours de confirmation du Sénat, a qualifié les Frères musulmans d’agent de « l’Islam radical » au même souffle qu’Al-Qaïda, s’est opposé à l’appellation de terroriste.Il a estimé que « la classification des Frères Musulmans dans son ensemble en tant que groupe » terroriste « complique la sécurité et la politique du Moyen-Orient ».

C’est particulièrement le cas, car la Fraternité est un mouvement international fragmenté et polycentrique qui, en principe, n’embauche pas la violence pour atteindre ses objectifs. Les quelques rejetons qui recourent à la violence pour atteindre leurs objectifs, comme le Hamas, ont déjà été désignés terroristes, à juste titre ou non.

Mais la majorité des groupes sous le parapluie du mouvement ont soit adopté la prédication (dawa) comme moyen de répandre l’islam, soit adhéré au processus démocratique chaque fois que cela était possible. Des membres des Frères musulmans et de leurs organisations affiliées ont été élus dans divers syndicats et parlements de pays tels que la Jordanie, le Maroc et le Koweït, tous alliés des États-Unis.

En effet, certains des alliés les plus proches des États-Unis dans les guerres en Irak et en Afghanistan étaient des dirigeants des Frères musulmans, comme l’ancien président afghan Burhanuddin Rabbani et le politicien irakien Mohsen Abdul Hamid, qui est devenu le président du Conseil de gouvernement irakien après l’invasion américaine de 2003.

Désigner tous ces terroristes et des millions de membres et de sympathisants des Frères musulmans à travers le monde, y compris des milliers aux États-Unis et en Europe, et leur interdire de participer ouvertement au processus politique dans leurs pays respectés est terriblement faux et à courte vue.

Cela perturberait le processus crucial de repenser le processus en cours au sein du mouvement après les échecs coûteux qu’il a subis au cours des dernières années. Certains membres des Frères musulmans abandonnent le groupe pour devenir indépendants, d’autres abandonnent la politique au profit de la charité et du travail social, et plus encore se rebaptisent comme démocrates musulmans, séparant leur prédication de la politique, dans le sens de la démocratie chrétienne en Europe.

Le plus dommageable pour la sécurité régionale, voire mondiale, est peut-être d’assimiler les Frères musulmans à al-Qaïda et de les traiter comme une seule, ce qui est catastrophique. Cela pousserait non seulement beaucoup de Frères dans la clandestinité, mais aussi renforcerait les groupes djihadistes violents et justifierait leur affirmation selon laquelle l’Occident dans son ensemble considère tous les musulmans comme des terroristes et l’islam comme une menace.

Alors que la Maison Blanche est sur le point de sacrifier la stabilité réelle et la démocratie à l’autel de la croisade d’autrui contre l’islam politique, le Soudan et l’Algérie montrent une troisième voie qui s’éloigne de la polarisation meurtrière entre généraux et djihadistes et entre autocrates et islamistes – est dirigée par des hommes et des femmes, religieux et laïques, jeunes et vieux, tous adhérant au régime civil, à la réconciliation politique et à la réforme économique.

Eh bien, c’est bien sûr jusqu’à ce que l’Arabie saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis commencent à s’immiscer en Afrique du Nord avec la bénédiction de la Maison-Blanche.

Répéter la même erreur encore et encore

Tout cela est étonnant: pourquoi, après des décennies de recherche de la sécurité aux dépens de la démocratie et de la stabilité aux dépens des droits de l’homme au Moyen-Orient sans obtenir aucun résultat , les dirigeants américains répètent-ils la même erreur?

Que dit-on de ceux qui répètent sans cesse la même chose mais qui s’attendent à un résultat différent à chaque fois?

Eh bien, les États-Unis sont tout sauf fous. En fait, il a été excessivement pragmatique au degré de cynisme. Mais confier aux dictateurs d’Israël et du Moyen-Orient la politique étrangère et la sécurité des États-Unis en tant que choix plus sûr s’avérera totalement téméraire.

Le bilan des deux dernières années, voire des deux dernières décennies, est révélateur. Si les investissements américains dans la paix et la sécurité au Moyen-Orient étaient cotés en bourse, leurs actions se seraient effondrées il y a longtemps. Pourtant, ces investissements diplomatiques et stratégiques à faible coût et à rendement élevé se poursuivent sans relâche, entraînant d’énormes déficits au détriment des personnes qu’ils prétendent soutenir.

Comme les pompiers pyromanes, les responsables américains prêchent la paix et la sécurité, mais en réalité, ils attisent les conflits et la violence au détriment du Moyen-Orient. S’ils n’arrêtent pas et ne renversent pas le cours de leur route, les incendies même qu’ils ont déclenchés pourraient éventuellement les brûler également.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici