G20 et COP24 : quoi de neuf ? Rien

 

GUERRERO Dorothy, Global Justice, 4 décembre 2018

En tant que dirigeants mondiaux ont finalisé le Groupe des accords de Vingt (G20) à Buenos Aires, en Argentine, les représentants du gouvernement et du climat de la société civile ont commencé à arriver à Katowice, Pologne pour la 24 e Conférence des Parties (COP24) de la Convention – cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (UNFCCC). L’accord du G20 réaffirme l’attachement des économies les plus puissantes du monde au commerce multilatéral et à un «ordre international fondé sur des règles». La COP24 de Katowice, quant à elle, définira les règles à suivre pour la mise en œuvre de l’objectif de l’Accord de Paris consistant à maintenir la hausse de température moyenne mondiale à 1,5 ° C.

 De l’espoir aux obstacles à l’égalité

Le sommet du G20 de Buenos Aires a confirmé pour la première fois que l’OMC ne parvenait pas à atteindre ses objectifs. Trump est d’accord sur la partie « défaillante ». Son argument est de se débarrasser de l’OMC et de tout faire par le biais d’accords commerciaux bilatéraux. Cela s’inscrit dans la perspective selon laquelle les États-Unis peuvent utiliser plus efficacement leur pouvoir dans les négociations bilatérales, dans la mesure où ils pourraient être dépassés en nombre par les processus consensuels et majoritaires. La menace de l’augmentation des tarifs américains imposée par Trump ne sera pas inversée. Et sous son gouvernement, les États-Unis bloqueront tout rôle de l’OMC dans les futurs accords commerciaux. La guerre commerciale n’est donc pas terminée. Mais cela diffère de ce que les mouvements contre le libre-échange critiquent pour l’OMC. Ce sont plutôt les objectifs mêmes de l’OMC qui posent problème. Ils ne sont pas destinés à résoudre la pauvreté et les inégalités et ne le feront jamais.

Cela n’a cependant pas altéré le scepticisme de Trump sur le changement climatique et ne le ramènera toujours pas à l’accord de Paris. Ce n’est pas que l’Accord de Paris détienne la clé pour résoudre l’urgence climatique. Ne pas poursuivre les processus multilatéraux ne devrait pas être l’objectif final. Il est également important de vérifier les réalisations et les échecs de tous ces sommets, à la fois sur le contenu des objectifs qu’ils avaient initialement définis et sur le fait qu’ils tiennent compte de la profondeur et de la portée des crises d’inégalité croissante et de réchauffement de la planète. Une discussion critique sur l’avancement de tous ces processus, face à la nécessité de changer de direction dans notre monde en rapide mutation, est absolument nécessaire.

 Le manque d’action substantielle sur le changement climatique est mortel

Le meilleur moment pour commencer à réduire les émissions de gaz à effet de serre aurait été plus de deux décennies plus tôt, lorsque les changements climatiques ont commencé à devenir la préoccupation des gouvernements lors de la négociation annuelle sur le climat des Nations Unies. Le deuxième meilleur moment est maintenant. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)  [ 3 ] des Nations Unies , l’étalon-or de la science du climat, a systématiquement identifié des scénarios très effrayants concernant les impacts du changement climatique et affirmant qu’ils représentent tous déjà la réalité. Comme par le passé, le dernier rapport du GIEC publié cette année souligne également le fossé qui sépare l’urgence climatique, ce qui se fait actuellement et ce qu’il faudrait faire pour maintenir la température de la terre en dessous de la limite de 1,5 ° C en tant qu’objectif ambitieux. dans l’accord de 2015, avec 2 ° C comme cible de sauvegarde.

Les signes déjà manifestes d’un changement climatique catastrophique – comme l’effondrement des forêts tropicales et des récifs coralliens, la fonte rapide des plaques de glace qui envahiraient les villes côtières du monde entier et les chaleurs extrêmes pouvant conduire à des millions de réfugiés climatiques – font déjà la une des journaux régulièrement. Ces pannes qui se produisent beaucoup plus rapidement que prévu incitent les climatologues à penser que l’objectif consistant à limiter le réchauffement à 2 ° C est déjà catastrophique. Les promesses de Paris n’ont jamais été suffisantes (comme je l’ai déjà expliqué) pour maintenir le réchauffement en dessous de 2 ° C. Les gouvernements n’ont même pas réussi à respecter les limites minimales fixées par eux-mêmes.

Même d’un point de vue purement économique, le coût du déni de climat est déjà énorme. Il y a même des critiques selon lesquelles la CCNUCC sous-estime les risques potentiels futurs et ne devrait être que modérée jusqu’à environ 3,0 ° C de réchauffement. Un document de synthèse de la publication Review of Environmental Economics and Policy  [ 4 ] , journal officiel de l’Association des économistes de l’environnement et des ressources et de l’Association européenne des économistes de l’environnement et des ressources, indique que les données pourraient être plus élevées si les points de basculement sont imparables ou irréversibles) sont également inclus.

Selon l’étude, qui utilise les modèles climatiques / économiques existants, les dommages économiques projetés coûteront 535 milliards de dollars au monde d’ici la fin du siècle. Pourtant, les engagements financiers de 100 milliards de dollars pris lors de la COP15 à Copenhague en 2009, qui étaient loin d’être suffisants, ne sont toujours pas respectés. Même les 200 milliards de dollars promis par la Banque mondiale à l’ouverture de la COP24 ne seront pas suffisants. Entre-temps, les pays en développement luttent déjà pour faire face aux coûts déjà croissants du changement climatique pour leurs vies, leurs moyens de subsistance et leurs biens communs.

Les engagements non contraignants déterminés au niveau national (CND) convenus par les pays réunis à Paris il y a trois ans pourraient entraîner une augmentation de la température de 3 ° C dans le monde. Même maintenant, les coûts humains en termes de décès et de dommages dus aux événements climatiques, en particulier dans les pays du Sud, sont déjà inacceptables. Les dirigeants mondiaux, en particulier Trump et les autres pays industrialisés, qui militent continuellement pour les combustibles fossiles et nient le fait qu’une transition juste devrait se produire immédiatement, sont essentiellement une menace pour l’avenir.

Les gouvernements et les entreprises du secteur des industries extractives continuent d’ignorer les défenseurs de la justice climatique qui ont appelé à la fin de l’économie axée sur les combustibles fossiles et à l’arrêt du financement de ces derniers. Dans une certaine mesure, le débat politique sur le charbon présente des avancées décisives, de plus en plus de gens comprenant à quel point il est dommageable. Cependant, cela n’empêche pas les investissements dans le charbon. Un autre pas en arrière est le nouveau discours sur l’investissement dans le gaz en tant que source d’énergie plus propre et alternative au charbon. Il s’agit d’un recul, car le nouveau gaz permettra également aux émissions d’augmenter.

 Droit des peuples à une planète durable

Les négociations climatiques des Nations Unies en sont à leur 24 eédition annuelle et le monde ne trouve pas de solutions appropriées au réchauffement de la planète. L’approche « croissance verte » de la protection du climat n’a pas permis de réaliser des progrès significatifs. En effet, attribuer une valeur économique à la nature et aux services écologiques est une simple marchandise. Il a augmenté l’efficacité et la productivité des entreprises et accru l’utilisation de l’énergie et des ressources à l’échelle mondiale. En outre, cela n’empêchait pas les sociétés transnationales de produire des bénéfices à partir de la nature.

Malgré la reconnaissance généralisée des énergies renouvelables, la consommation d’énergie basée sur les combustibles fossiles a continué de croître et de se développer. L’accord du G20 offre également un espace très limité pour que le monde puisse emprunter une autre voie. Nous assistons aux grandes et mauvaises solutions qui résultent d’un fossé grandissant entre l’action nécessaire et l’incapacité des gouvernements à respecter eux-mêmes les engagements déjà faibles pris dans le cadre de l’Accord de Paris. C’est parce qu’ils refusent d’envisager des solutions qui retirent des bénéfices de l’équation.

La manière dont l’énergie est générée et utilisée, par qui et pourquoi, dépend encore de systèmes énergétiques qui doivent être radicalement réorganisés. La primauté de la fausse économie, de la production et de l’utilisation d’énergie fondées sur le profit par la science et de notre droit humain de vivre sur une planète durable, doit être inversée. Les groupes de la société civile ici à Katowice ont collectivement formulé les revendications du peuple pour la justice climatique. Il est grand temps que les gouvernements et les entreprises fassent attention, car le temps presse.

 

GUERRERO Dorothy, Global Justice, 4 décembre 2018

En tant que dirigeants mondiaux ont finalisé le Groupe des accords de Vingt (G20) à Buenos Aires, en Argentine, les représentants du gouvernement et du climat de la société civile ont commencé à arriver à Katowice, Pologne pour la 24 e Conférence des Parties (COP24) de la Convention – cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (UNFCCC). L’accord du G20 réaffirme l’attachement des économies les plus puissantes du monde au commerce multilatéral et à un «ordre international fondé sur des règles». La COP24 de Katowice, quant à elle, définira les règles à suivre pour la mise en œuvre de l’objectif de l’Accord de Paris consistant à maintenir la hausse de température moyenne mondiale à 1,5 ° C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici