Le grand défi de l’Afrique

Samir Amin, Extraits d’une entrevue pour la revue ROAPE, 7 février 2017

Les peuples, tous les peuples d’Afrique sont aujourd’hui confrontés à un grand défi. Ainsi, leurs sociétés sont intégrées dans un modèle de mondialisation, que nous devons qualifier, car il ne s’agit pas de la mondialisation, mais de la mondialisation capitaliste et impérialiste. C’est le contrôle du capital monopoliste par un ensemble de pays impérialistes – principalement la triade: les États-Unis, l’Europe occidentale et le Japon, suffisamment puissants pour contrôler les processus de la vie économique et de la production et donc la vie politique mondiale. Et nous sommes invités par la Banque mondiale et d’autres, simplement à l’accepter et à nous y adapter.

Maintenant, nous devons sortir de ce modèle de mondialisation. C’est le sens que je donne au mot « déconnecter ». Cela signifie qu’il faut rejeter la logique de l’ajustement unilatéral aux besoins d’une expansion plus poussée du capitalisme et de l’impérialisme et essayer de renverser la relation et de se concentrer sur des projets de développement nous-mêmes. Je pense que si nous commençons, nous réussirons, que nous obligerons les impérialistes à l’accepter et que cela créera une logique, une possibilité de progrès supplémentaires.

C’est ce que j’appelle un projet national souverain et souverain pour l’Afrique. National, pas dans le sens de nationalisme, mais dans le sens que le pouvoir politique doit être changé et que le pouvoir politique ne peut être modifié que dans le cadre des pays et des États tels qu’ils existent aujourd’hui. Il ne peut pas être modifié au niveau mondial ou même au niveau régional avant d’être modifié au niveau national. Ce sera populaire dans le sens où ce n’est pas un projet bourgeois, capitaliste, mais ces étapes ne peuvent être réalisées en acceptant le modèle de la mondialisation et du capitalisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici