Les États-Unis et l’Iran suite à l’assassinat de Soleimani

0
51

Marwan Bishara, Al Jazeera, 4 janver2020

L’assassinat du général iranien Qassem Soleimani inaugure une nouvelle décennie mouvementée pour le Moyen-Orient. La décision de Donald Trump d’autoriser l’assassinat du chef de la Force Qods, l’aile paramilitaire du Corps des gardiens de la révolution islamique, est à toutes fins pratiques une déclaration de guerre aux implications profondes pour la région, en particulier pour l’Irak. Les États-Unis tentent de présenter Soleimani comme un chef terroriste, comme, ils l’ont fait avec Abu Bakr al-Baghdadi le chef présumé de Daesh. Soleimani était controversé, en tant que « commandant fantôme » sanglant, mais il répondait au chef suprême de l’Iran, Ali Hosseini Khamenei. Ainsi, le meurtre de Soleimani est une attaque contre l’État iranien.

Le calcul de Trump

Plusieurs personnes dans le cercle restreint de Trump, comme d’anciens conseillers à la sécurité nationale, Michael Flynn et John Bolton, et des « conseillers non officiels » comme Benjamin Netanyahu d’Israël et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, l’ont tous incité à agir militairement contre l’Iran et à faire pression pour un changement de régime. Mais pendant trois ans, Trump a choisi d’ignorer leurs conseils, insistant sur le fait que les États-Unis ne cherchent pas à faire la guerre à la République islamique. Au lieu de cela, il a frappé Téhéran avec des sanctions sévères visant à paralyser son économie, à contenir ses ambitions régionales et à le forcer à revenir à la table des négociations pour signer un autre accord – un « accord Trump ».  

Alors, qu’est-ce qui a changé?

Eh bien, fondamentalement, l’administration Trump a réalisé que sa politique de « pression maximale » a échoué. Cela a peut-être nui à l’Iran, mais cela ne l’a pas isolé ni dissuadé une direction iranienne belliqueuse.

L’attaque par procuration de l’Iran contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad plus tôt cette semaine était un rappel brutal de la prise de contrôle humiliante de l’ambassade des États-Unis à Téhéran en 1979 qui avait démoralisé l’administration Carter. Cela rappelait également l’attaque de 2012 contre le complexe diplomatique américain à Benghazi qui a meurtri l’administration Obama.

L’administration Trump, qui craignait une répétition de ce scénario à Bagdad, affirme que sa réponse visait à protéger les vies américaines, et  non à déclencher la guerre avec l’Iran. Selon les sceptiques, elle visa à protéger la présidence Trump en détournant l’attention de la destitution au cours d’une année électorale. Quoi qu’il en soit, l’assassinat s’éloigne clairement de la politique de sanctions, montrant que Trump est prêt à utiliser l’armée américaine autant que sa puissance économique.

La stratégie de l’Iran

Dès le départ, la République islamique a rejeté l’abandon par Trump de l’accord sur le nucléaire et l’imposition de sanctions comme une intimidation inacceptable, et a refusé de rester les bras croisés tandis que les sanctions américaines bloquaient les exportations vitales de pétrole du pays et paralysaient son économie. Téhéran a étendu ses attaques par procuration sur les actifs et les alliés américains dans la région, y compris les attaques récentes contre des pétroliers dans les installations pétrolières du Golfe et d’Arabie saoudite, conduisant à l’attaque de cette semaine contre les positions américaines en Irak. Téhéran a également noué de nouvelles alliances stratégiques avec la Russie et la Chine, rejoignant les deux puissances pour des exercices de guerre dans le golfe d’Oman fin décembre.

L’assassinat ne changera aucune de ces politiques; en fait, cela ne fera que les accélérer.

Si l’histoire est un guide, l’Iran absorbera l’attaque dans un premier temps et évitera une guerre totale avec des forces militaires américaines bien supérieures. Trump a peut-être défié Khamenei pour un duel, mais le chef suprême préfère se battre dans l’ombre.

Alors, il le fera. Ses options sont nombreuses et son calendrier est illimité. Cela comprend les assassinats, les opérations secrètes, les guerres de faible intensité et les perturbations pétrolières et maritimes dans la région du Golfe. En d’autres termes, plus de la même chose – beaucoup plus.

Ce sera particulièrement le cas en Irak, où l’Iran a longtemps exploité l’échec et le repli des États-Unis pour consolider ses alliés et ses clients et accroître son influence stratégique contre les États-Unis.

Les prochaines étapes

Contrairement aux scénarios apocalyptiques, l’assassinat de Soleimani pourrait bien s’avérer être le billet de Trump hors d’Irak, tout comme l’assassinat d’Abou Bakr al-Baghdadi était son billet pour sortir du conflit syrien. Cela correspond parfaitement à sa volonté de redéploiement stratégique au Moyen-Orient pour extraire les troupes américaines et les civils des points chauds locaux et donner au Pentagone une plus grande liberté pour agir contre ses ennemis. Cela signifie davantage d’attaques de drones, d’opérations des forces spéciales et de frappes de missiles guidées avec un risque minimum pour le personnel américain.