Mexique : après les élections, de grands défis

Laura Carlsen, Center for International Policy, 11 juillet / 2018

Plus de 56 millions d’électeurs se sont présentés aux élections de 2018 au Mexique. Jamais autant de gens ne sont allés aux urnes. Les jeunes ont voté, avec quinze millions de jeunes ajoutés aux listes électorales pour la première fois. Les femmes, la majorité de l’électorat, ont voté. Dans les villes et les villages, la population est allée voter, la grande majorité d’entre eux pour ce qu’ils espèrent être un changement d’orientation pour le pays. Dans cette année charnière, le facteur mobilisateur a clairement été le principal candidat. Andrés Manuel López Obrador a mené une campagne tambour battant, village par village, quartier par quartier. Sa candidature de 2018 a atteint une base de soutien allant au-delà des secteurs pauvres et englobant la classe moyenne et une partie des élites nationales, en particulier celles déplacées par la mondialisation.

La politique à l’ombre de la « dictature parfaire »

Le Mexique est jusqu’à présent un pays qui a peu développé sa culture électorale parce que le libre exercice du vote n’a jamais été réel sous le régime de la « dictature parfaite ». Sous la règle du parti unique, les élections étaient une forme ritualisée de maintien des pouvoirs. Selon une enquête menée par Latinobarómetro en 2017, seulement 9% des personnes interrogées font confiance à des partis politiques. Quatre-vingt-dix pour cent estiment que la présidence d’Enrique Peña Nieto travaillait pour le bénéfice de quelques groupes puissants. Les citoyens ont régulièrement vendu leur vote car un paquet alimentaire qui vous permet de nourrir votre famille pendant une semaine vaut mieux que rien et beaucoup ont pensé que le vote ne visait rien à améliorer leur vie. La plupart des Mexicains ne pensaient pas que leurs intérêts pourraient être représentés au Palais national, et dans les occasions historiques où les exclus faisaient une demande de représentation réelle et de démocratie.

Tsunami politique

Finalement, les gens ont gagné. La décision de la grande majorité a été exprimée et respectée. Ironiquement, une grande partie de la population a confié son avenir à un système politique auquel elle ne fait pas confiance, dans l’espoir que le nouveau président le changera. Ce type de transformation, grevé ou soutenu par les attentes de la population, est une énorme responsabilité. C’est une tâche qui devra faire face à d’innombrables obstacles et limitations, à la fois internes et externes. Personne ne s’attend à ce qu’une transformation à 100%, ou un paradis, commence le 1er décembre, jour de l’inauguration du nouveau président. Mais la politique n’est jamais un jeu de vainqueur. L’espoir fondamental exprimé le 1er juillet est simplement que la vie des millions de Mexicains qui ont subi les ravages du néolibéralisme et de la répression au cours des trois dernières décennies s’améliorera. Les gens ont gagné parce qu’ils se sont organisés pour exercer et défendre le vote.  La marge de manoeuvre d’AMLO lors des élections a déclenché un processus de démission et d’accommodement parmi les élites qui se produit normalement après une élection. La vague de soutien sur laquelle il se trouvait avait la force politique d’un tsunami. Il a percuté les barrières d’un système réticent. La scène politique mexicaine a été transformée et revigorée.

Et maintenant ?

Si cette élection signifiait l’autonomisation des personnes dans le processus électoral, que se passera-t-il ensuite? La clé de la réussite, même relative, réside dans la préservation de la mobilisation et de la pression par le bas. De haut en bas, tout dépendra de la volonté d’inclure les secteurs qui ont amené le candidat Lopez Obrador. Les grands enjeux pourraient être les suivants :

  • Tout d’abord, l’inclusion des femmes. Selon ces informations préliminaires du PREP, la parité hommes-femmes au congrès a été presque atteinte lors de ces élections. La Chambre des députés sera composée de 243 femmes (48,6%) et 256 hommes (51,2%) et du Sénat de 63 femmes (49,22%) et de 65 hommes (50,78%). C’est le fruit du travail de nombreuses organisations féministes qui ont dû lutter durement, d’abord pour obtenir des lois qui favorisent la parité et ensuite pour combler les lacunes que les parties avaient l’habitude de contourner ces lois. Cependant, il ne suffit pas de promouvoir des positions politiques pour les individus qui s’identifient comme des femmes. Tout projet de transformation doit inclure un programme proactif pour promouvoir l’égalité des femmes et l’éradication de la violence à l’égard des femmes. Le patriarcat est le fondement des nombreuses formes d’oppression et d’inégalité dans la société et, génération après génération, il transmet un message selon lequel le contrôle physique et économique domine sur les droits et les relations. C’est le pire ennemi de la paix et de la démocratie.
  • Deuxièmement, l’inclusion de la campagne, abandonnée par le néolibéralisme au cours des dernières décennies. Des organisations de petits agriculteurs indépendants se sont associées pour soutenir MORENA, malgré certaines contradictions, notamment la nomination de Víctor Villalobos, défenseur de Monsanto au poste de nouveau secrétaire à l’agriculture. Dans la campagne, Lopez Obrador adhère au plan de développement des organisations rurales qui comprend des incitations à la production et à l’emploi, la souveraineté alimentaire, la promotion de l’agroécologie et l’élimination de la production et de la consommation de base de l’accord de libre-échange comme secteur stratégique pour la sécurité nationale et le développement. Maintenant, ils se préparent pour leur prochain congrès où ils prendront des décisions pour définir et défendre davantage leur programme sous le nouveau gouvernement.
  • Troisièmement, les droits et l’autonomie des autochtones. Les peuples autochtones du Mexique continueront à construire la démocratie par le bas et à résister aux mégaprojets qui les déplacent de leurs terres. La tâche du nouveau gouvernement est de défendre ses droits et son autonomie, de lutter contre la discrimination et, maintenant, avec un nouveau Congrès, de leur fournir le cadre constitutionnel minimum qu’ils méritent en tant que peuples originaux de cette grande nation: les accords de San Andrés.

Pour que le 1er juillet soit le début et non la fin du réveil démocratique du Mexique, les organisations de base doivent continuer à chercher des moyens d’utiliser les nouvelles fissures du système pour croître en taille, en force et en vision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici