Une femme autochtone pour renouveler la gauche au Brésil

Sônia Guajajara, extraits d’une entrevue dans  JACOBIN, 2 mai 2018

 

Il y a 518 ans, le territoire maintenant connu sous le nom de Brésil a été envahi par une flotte portugaise et colonisée. Beaucoup de peuples autochtones qui habitaient la terre sont morts de maladies, ont été tués ou réduits en esclavage. La population indigène a été réduite à moins d’un million, et leurs terres ont été enlevées et exploitées. Ces saisies de terres n’ont pas seulement causé des dommages insurmontables à l’écosystème indigène; ils ont aussi, en concentrant la propriété entre les mains de quelques-uns, écrit l’inégalité dans les fondements du Brésil moderne. Plus de cinq siècles plus tard, Sônia Guajajara, une femme indigène guajajara de la région d’Arariboia au nord-est du Brésil, affirme que sa pré-candidature à la présidence des élections de cette année représente un changement de paradigme. La population indigène du Brésil peut compter moins d’un million sur une population de plus de deux cents millions, mais leur lutte politique a atteint une force et une visibilité ces dernières années. En 2016 seulement, 118 indigènes ont été assassinés. Ces assassinats ont tendance à être liés aux tentatives continues de l’agro-industrie d’envahir les terres indigènes dans des pratiques enracinées dans le racisme. Guajajara est membre du Parti socialisme et liberté (PSOL) et se présentera officiellement comme la candidate à la vice-présidente aux côtés de Guilherme Boulos du Mouvement des travailleurs sans-abri (MTST). Spécialiste en linguistique, mère de trois enfants, et leader autochtone la plus connue au pays et à l’étranger, elle fait partie de la coordination de l’organisation autochtone la plus remarquable du Brésil, l’Articulation nationale des peuples autochtones du Brésil (APIB).

Aujourd’hui, un élément central de la lutte des indigènes au Brésil concerne les droits fonciers. Vous placez souvent cette lutte dans le contexte de la lutte contre le racisme et dans le cadre d’une lutte vieille de plusieurs siècles pour le droit à l’existence des peuples autochtones. 

Oui, nous combattons également le racisme, en particulier le racisme institutionnel. Au cours des dernières années, il a proliféré et est devenu plus visible. Si nous avons nos terres, nous aurons une vie épanouie, car c’est à travers la terre que vous pouvez exercer votre citoyenneté en tant que peuple autochtone. Pouvoir vivre ensemble avec notre peuple et avec la nature elle-même garantit notre culture, nos traditions, nos rituels. La violence est née des conflits sur la terre. Les secteurs de l’agro-industrie, l’élevage, la spéculation foncière et immobilière veulent accéder aux territoires autochtones, ce qui entraîne beaucoup de conflits et de meurtres. Et il y a le racisme, lié aux discours des personnalités publiques, des parlementaires conservateurs, des fascistes.

Le discours raciste s’est aggravé au cours de la période récente?

Cela a beaucoup empiré. Nous avons toujours ressenti une certaine indifférence chez les Brésiliens envers les peuples autochtones. Mais c’était une question de nous ignorer. C’est une minorité de la société qui connaît l’existence des peuples autochtones dans notre pays. Ils savent qu’à l’origine, il y avait des indigènes au Brésil, mais ils ne connaissent pas notre existence contemporaine. Aujourd’hui, il y a des attaques à travers les médias sociaux. L’année dernière, il y a eu beaucoup de morts. Au sud, Victor Kaingang a été décapité dans les bras de sa mère. Cette année, il y avait un professeur de Xocleng à Santa Catarina. Il y avait un Guarani à Rio de Janeiro, un Tapirapé au Mato Grosso et un Tremembé à Fortaleza. Ces quatre meurtres ont eu lieu au premier mois de l’année. Ce racisme est devenu très évident, d’une manière très brutale. Ce n’est plus seulement une conversation, ils nous tuent.

La gauche a-t-elle oublié le peuple indigène pendant un certain temps?

C’est vrai, c’est totalement fait. On nous appelait pour aller à certains endroits, ça avait l’air bien, nous prenions des photos, ils pouvaient dire qu’ils nous soutenaient. Mais c’était très isolé. Je pense que l’un des moyens que nous avons trouvé pour percer cela était de nous rapprocher des artistes et des célébrités. Ils ont un public différent, parfois partagé avec le notre, mais c’est beaucoup plus large. Plusieurs artistes ont compris notre cause l’importance des territoires, de la forêt, des écosystèmes. La discussion à l’échelle mondiale sur le changement climatique est également importante car elle est liée à des choses que nous, les peuples autochtones, disons depuis le début.

 

Vous êtes actuellement un pré-candidat à la présidence du Brésil via le PSOL, avec Guilherme Boulos. Cela signifie-t-il une transformation du PSOL ?

Le monde entier cherche des solutions, et dans ce contexte, il n’y a aucun moyen de nier les peuples autochtones. Si vous comparez notre mode de vie à un autre, le nôtre est celui qui préserve le plus, qui prend le plus soin de la nature. Il n’y a donc aucun moyen d’ignorer les connaissances anciennes et le mode de vie traditionnel autochtone. Cela a aidé à pousser les gens, et le parti lui-même, à comprendre qu’en tant que peuples autochtones, nous ne nous battons pas seulement pour nous-mêmes, mais nous pouvons aussi contribuer beaucoup. L’Accord de Paris a contribué à promouvoir cette idée que nous devons valoriser les connaissances scientifiques, mais aussi inclure les connaissances traditionnelles des Premières nations et des peuples autochtones. Cependant, nous devons nous battre pour définir comment cette reconnaissance devrait se produire dans la pratique. Nous ne voulons pas que cette reconnaissance signifie la marchandisation des endroits où nous vivons et défendons.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here