Venezuela : un virage de tous les dangers

Rebecca Hanson et Tim Gill. NACLA, 24 janvier 2019

En 2002, des officiers militaires dissidents appuyés par des médias privés, des politiciens de l’opposition et la police métropolitaine ont limogé Hugo Chávez de ses fonctions pendant 48 heures, pendant que Pedro Carmona, président de la Fédération des chambres de commerce du Venezuela, se déclarait président par intérim. Pourtant, mis à part l’administration de George W. Bush, l’hémisphère a fermement condamné ces efforts.

Le 23 janvier dernier, jour de l’anniversaire du renversement du dernier dictateur du Venezuela, le général Marcos Pérez Jiménez – Juan Guaidó, comme Carmona il y a près de 17 ans, a déclaré le gouvernement de Nicolás Maduro illégitime et s’est lui-même proclamé président par intérim. Guaidó est l’actuel président de l’Assemblée nationale, elle-même une institution politique contestée dans le pays.

Cependant, beaucoup de choses ont changé depuis le coup d’Etat d’avril 2002, lorsque, en réaction, les pauvres vénézuéliens sont descendus « des barrios » pour défendre le président Chávez et la révolution bolivarienne. En effet, à cette époque, il ne faisait guère de doute que Chavez commandait le soutien de la population vénézuélienne. Et tandis que l’opposition pensait avoir déjoué son président progressiste, elle a été contrainte de renvoyer Chávez au palais de Miraflores de peur que le pays ne sombre dans la guerre civile.

Près de deux décennies plus tard, le président vénézuélien Maduro est confronté à un scénario bien différent.

Des manifestations contre Maduro et des affrontements avec la police ont été recensés dans de nombreux quartiers populaires, notamment à Catia, fief chaviste depuis près de deux décennies, en plus de des secteurs comme La Vega, El Valle, Petare et San Agustín. Les marches contre Maduro ont largement surpassé en nombre celles qui le soutiennent. Certaines sources ont même déclaré qu’il était interdit aux participants des événements chavistes de prendre des photos et des vidéos en raison du faible taux de participation.

Dans un sondage récent, 63% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles soutiendraient un règlement négocié visant à démettre Maduro de ses fonctions. Maduro a également été continuellement accusé d’avoir fraudé ses élections. Bien que peu d’éléments prouvent que les urnes ont été explicitement remplies, les critiques soulignent en grande partie les conditions électorales inéquitables qui ont empêché les principaux candidats de l’opposition de se présenter, ce qui a fait pencher la balance en faveur de Maduro. En réponse, le bloc d’opposition a mené un boycott à grande échelle lors de la dernière élection présidentielle et a refusé de soutenir Henri Falcón, qui se présentait contre Maduro. Malgré tout, l’opposition a remporté les dernières élections législatives en 2015 et conserve une majorité au sein de l’ Assemblée nationale, reconnue au niveau international, mais isolée sur le plan intérieur .

Le soutien international à Guaidó semble également très différent de celui à Carmona après la tentative de coup d’État de 2002. Trump a annoncé hier que le gouvernement américain avait reconnu Guaidó comme président du Venezuela. Mais cette fois, d’autres chefs d’État, notamment le Canada et la plupart des pays d’Amérique latine, notamment le président équatorien, Lenin Moreno, ancien allié du gouvernement vénézuélien, ont emboîté le pas.

Où on s’en va ?

Les chefs d’Etat américains exhortent actuellement Maduro à se retirer de la présidence. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a appelé Maduro à « se retirer en faveur d’un dirigeant légitime reflétant la volonté du peuple vénézuélien ». De plus, il semblerait que les dirigeants américains offrent un départ sûr à Maduro s’il accepte de démissionner rapidement.

Madur, cependant, ne prévoit pas de renoncer au contrôle de la présidence vénézuélienne ni de quitter le pays de manière discrète dans un avenir proche. Au lieu de cela, Maduro a ordonné à tous les diplomates américains de quitter le pays dans les 72 heures, et il a promis de lutter contre l’impérialisme américain. Apparemment, Maduro et ses alliés ne sont pas incités à se retirer. Plusieurs pays ont déjà adopté des restrictions de voyage et des sanctions financières à l’encontre de membres de haut rang du gouvernement, notamment les États-Unis, Panama et la Suisse. Dans l’ensemble, les coûts de sortie semblent élevés, ce qui incite le gouvernement à tenter de surmonter la crise le plus longtemps possible.

Et ainsi, il n’est pas tout à fait clair que les négociations restent une option pour le moment. Suite à la reconnaissance de Guaidó en tant que président par intérim du Venezuela, l’Uruguay et le Mexique ont proposé d’aider les deux parties à négocier une « solution pacifique et démocratique » à la crise. Une grande partie de l’hémisphère ayant explicitement demandé à Maduro de se retirer, il est toutefois possible que l’opposition maintienne une position similaire, rejetant toute autre solution en dehors du départ de Maduro.

Il n’est pas inconcevable que des manifestations puissent éventuellement conduire à la démission de Maduro. Bien sûr, il est difficile de savoir qui pourrait réunir suffisamment de soutien pour remplacer Maduro en tant que président s’il était disposé à démissionner et à être remplacé par un membre de son propre parti. Comme ce fut le cas à la mort de Chávez, il y a peu de politiciens chavistes qui recueillent un large soutien. Les mobilisations précédentes n’ont pas conduit à des négociations productives ; au lieu de cela, ces dernières années, ils ont été confrontés à une répression croissante. Depuis le 22 janvier, les forces tactiques spéciales de la police nationale ont tout fait pour réprimer les manifestants. Quinze personnes ont déjà été tuées dans les 24 heures suivant l’annonce de Guaidó. Contrairement aux manifestations de 2014, où des affrontements entre forces de sécurité de l’État et manifestants ont eu lieu dans les quartiers des classes moyennes et supérieures comme Altamira et El Cafetal, des affrontements sont survenues dans des secteurs tels que Catia et La Cotiza.

Comme en 2002, la police pourrait participer à une tentative de coup d’État. Mais il est peu probable que la police nationale, la plus grande force de police du pays, se retourne contre le gouvernement de la même manière que la police métropolitaine l’a fait en avril.

Un coup militaire ne peut pas non plus être exclu, et il ne fait aucun doute que si l’armée faisait appel à Maduro, elle mettrait facilement fin à ses fonctions de président. Bien que le ministre de la Défense, Vladimir Padrino Lopez, soutienne Maduro, le Washington Post a annoncé en décembre qu’il avait suggéré à Maduro de se retirer. Le 21 janvier également, un groupe de membres de la Garce nationale a appelé à un coup d’état. Néanmoins, Maduro a passé ces dernières années à renforcer son soutien au sein de l’armée. À l’instar des membres du gouvernement, il semble probable que les militaires de rang élevé craignent d’être poursuivis par un gouvernement dirigé par l’opposition, nombre d’entre eux restant également soumis à des restrictions de voyage et à des sanctions financières imposées par un certain nombre de pays à travers le monde.

L’éléphant dans la pièce

Le plus gros éléphant dans la pièce est bien sûr la perspective d’une intervention militaire américaine. À quelques exceptions près, les chefs d’État américains ont déjà exprimé leur soutien inconditionnel à l’opposition et à son nouveau chef, ce qui a poussé Maduro à annoncer que le Venezuela romprait ses relations avec les États-Unis et exigerait que des diplomates américains quittent le pays. Étant donné qu’ils ne reconnaissent plus Maduro comme président, les États-Unis ont déclaré qu’ils entretenaient désormais uniquement des relations avec Guaidó et l’Assemblée nationale, et que ses diplomates resteraient dans le pays.

Ce faisant, les États-Unis semblent inciter Maduro à adopter une démarche à courte vue qui pourrait potentiellement servir à justifier une intervention américaine. En effet, les deux dernières interventions américaines dans les Amériques visant à retirer un gouvernement du pouvoir ont eu lieu à la Grenade en 1983 et au Panama en 1989 et, dans les deux cas, les États-Unis ont justifié leur intervention en ce qui concerne le maintien de la sécurité de citoyens américains dans ces deux endroits. Comme Trump a déjà exprimé son soutien à l’invasion du Venezuela par les États-Unis, ce scénario est loin d’être improbable.

Bien que les dirigeants américains, y compris Trump, semblent penser qu’une invasion militaire américaine ou un coup d’Etat militaire vénézuélien générera de manière transparente une transition démocratique, cette possibilité est loin d’être la seule. Comme l’historien Greg Grandin l’a expliqué dans le cas du Honduras, les États-Unis ont permis la consolidation du coup d’État de l’ancien président Manuel Zelaya et, depuis lors, la réalité hondurienne est devenue de moins en moins démocratique. Les récentes élections au Honduras ont été caractérisées par de graves irrégularités et la criminalité et la corruption généralisées ont continué à pousser les citoyens à quitter le pays.

Si Maduro cherche délibérément à maintenir les forces américaines hors du Venezuela, les États-Unis pourraient toujours appliquer des sanctions pétrolières. Une interdiction à part entière des importations de pétrole par le Venezuela aurait sans aucun doute pour effet de détruire encore plus l’économie vénézuélienne (contrairement à la Chine, les États-Unis paient le pétrole du Venezuela en dollars). Il est possible que l’économie vénézuélienne ralentisse de manière similaire au Zimbabwe sous Mugabe, conduisant à un scénario de stagnation de l’économie et d’hyperinflation. Sans ces recettes d’exportation, il est fort probable que les avantages économiques actuellement utilisés pour assouvir des militaires haut gradés pourraient disparaître, ce qui rendrait probablement un coup d’État militaire. Bien qu’elles ne soient pas militaires, les sanctions américaines contre le pétrole représentent une intervention importante qui exacerbe la crise politique et économique, ainsi que la crise régionale des migrations massives en provenance du Venezuela.

Enfin, nous devons faire attention à ne pas confondre les manifestations contre Maduro avec le soutien à l’opposition, un tour de passe-passe que l’opposition a déjà fait. La diminution du soutien des pauvres et de la classe ouvrière à Maduro ne se traduit pas nécessairement par une acceptation de Guaidó. Les secteurs populaires restent sceptiques vis-à-vis de l’opposition, avec raison.

Comme cela a longtemps été une faiblesse au sein de l’opposition, Guaidó n’a pas présenté de plan cohérent allant bien au-delà du retrait de Maduro. L’opposition a joué avec l’idée de la convergence d’institutions parallèles, comme une Cour suprême en exil, mais elle n’avait fait aucune avancée au cours de la dernière décennie, aussi monumentale que sa plus récente tentative d’entrave au pouvoir de Maduro. Guaidó a pour sa part déclaré qu’il ne tenterait pas de diriger un gouvernement parallèle.

Bien qu’ils aient initialement présenté des candidats, l’opposition a finalement refusé de participer aux dernières élections présidentielles. C’est une erreur que l’opposition a répétée maintes et maintes fois. Bien que deux de ses principaux dirigeants, Leopoldo López et Henrique Capriles, aient été empêchés de se présenter aux élections présidentielles de 2018, l’opposition criait à la fraude dès 2006, bien avant que des groupes de responsabilité extérieurs ne remettent en question les élections. Pour certains, leur refus de participer à une institution démocratique importante, même si elle est déficiente, fait que la revendication de démocratie de l’opposition semble au mieux discutable, au pire hypocrite.

Considérant que Leopoldo López – le visage radical de l’opposition – est l’un des mentors de Guaidó, il n’est pas impossible que l’opposition prenne un tournant non démocratique si elle prend le pouvoir. Le soutien à des moyens non démocratiques pour destituer d’abord Chávez et maintenant Maduro est une source de conflit entre les partis d’opposition depuis des années. Il est important de garder à l’esprit cette fracture au sein de l’opposition au cours des prochaines semaines.

Si des négociations de transition ont lieu, il est important que les chavistes participent à celles-ci et aux élections suivantes. Et les dirigeants de l’opposition doivent être déterminés à reconnaître les résultats des prochaines élections, même si celles-ci ne leur sont pas favorables. Tout espoir de résolution pacifique au Venezuela repose en définitive sur au moins un certain niveau d’accord entre le gouvernement et l’opposition. À mesure que la situation se dégrade et que les enjeux montent, des actions désespérées pourraient conduire à une violence généralisée ou, pire, à une guerre civile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici