À la mémoire d’Alain Philoctète

0
310

Recueil préparé par Chantal Ismé, Guillaume Hébert, Alain Saint-Victor et Pierre Beaudet, juin 2020

À propos de l’exil, l’éminent intellectuel palestinien Édward Said écrit : « L’exil est étrangement une réalité qui nous contraint à penser mais en même temps terrible à vivre. C’est le fossé incurable entre un être humain et un lieu natal, entre le soi et son vrai foyer : sa tristesse essentielle ne peut jamais être surmontée ».
Cette pensée résume à peu près le vécu existentiel d’Alain Philoctète pendant ses douze années passées à l’extérieur de son pays. En lui s’est développé doublement ce désir de penser, d’abord la réalité de sa nation, c’est-à-dire avant tout les conditions de son peuple, l’épouvante situation sociale dans laquelle chaque lueur d’espoir se confond à des lumières blafardes de luciole, sitôt disparues. En lui, cette pensée devient contraignante car elle incarne une réflexion sur les raisons de l’exil, sur les raisons de son existence « à l’extérieur », extérieur de sa terre, extérieur de soi, de ses racines, d’une mémoire renouvelée du terroir.

Extrait de la postface Blessures d’exil et luttes d’émancipation d’Alain Saint Victor.

Cliquez ici pour télécharger le document produit par les Nouveaux cahiers du socialisme

À la mémoire d'Alain Philoctète