Cuba : comment on a vaincu la pandémie

0
360

John M. Kirk, extrait d’un texte paru dans le blogue du Groupe McLeod, 29 octobre 2020

 

À Cuba, le taux de mortalité (en proportion) est d’environ le quart de de ce qui prévaut au Canada. Les Canadiens sont dix fois plus susceptibles d’être infectés par le virus que les Cubains.

Comment ont-ils réussi à faire ça? Y a-t-il quelque chose que nous pouvons apprendre d’eux?

Cuba a réussi à contrôler la situation là-bas, avec moins de 7 000 personnes infectées et 128 morts. Il a également freiné une deuxième vague d’infections. Les Cubains sont également 40 fois moins susceptibles de contracter le virus que les Américains. Les pays de taille similaire à Cuba offrent des données intéressantes en termes de décès. Au 25 octobre, Cuba avait connu 128 décès, contre 10 737 en Belgique, 2 081 en Suisse, 2 297 au Portugal, 5 933 en Suède et 1 390 en Hongrie.

Cuba a la chance d’être un petit pays, avec 11,2 millions d’habitants sur une île environ deux fois la superficie de la Nouvelle-Écosse. Il dispose également d’un excellent système de santé, avec trois fois plus de médecins par habitant que le Canada – le taux le plus élevé au monde. Son système met l’accent sur la médecine préventive, par opposition à l’approche curative utilisée ici. Les Cubains ont rapidement agi pour limiter le COVID-19, à cause d’un système bien réglé pour répondre aux catastrophes naturelles.

Lorsque COVID est arrivé sur l’île en mars, amené par des touristes italiens, le gouvernement a décidé de renoncer aux fonds provenant de l’industrie du tourisme et fermé l’île aux touristes. La santé pour tous a été jugée plus importante que la croissance économique.

L’une des premières étapes lorsque le virus a été détecté a été de mobiliser les étudiants en médecine et en sciences infirmières, chargés de faire du porte-à-porte dans toute l’île, demandant aux gens s’ils présentaient l’un des symptômes du virus. En tout, quelque 28 000 étudiants ont participé, présentant leurs résultats aux médecins de famille locaux, qui ont ensuite rendu visite à leurs patients.

Les Cubains qui présentaient des symptômes ont été transférés dans des centres d’isolement désignés où ils sont restés 14 jours, jusqu’à ce qu’ils soient testés négatifs. En tout, plus de 115 000 Cubains – à la fois ceux qui avaient été testés positifs pour le virus et leurs contacts – ont été isolés et testés quotidiennement. Moins de 5% de ces établissements d’isolement ont été testés positifs pour le virus, mais l’approche cubaine était de protéger la population dans son ensemble, quels que soient les coûts encourus.

À la mi-octobre, alors que le nombre de Cubains infectés diminuait, le gouvernement a décidé que les patients pouvaient désormais rester chez eux. Des strictes lignes directrices ont été établies et les médecins de famille – dont la plupart vivent dans la communauté qu’ils servent – ont reçu pour instruction de maintenir un contact quotidien avec les patients jusqu’à ce qu’ils soient testés négatifs.

Le gouvernement a également utilisé d’autres stratégies. Il a infligé des amendes à tous ceux qui refusaient d’obéir aux instructions sanitaires concernant la taille des rassemblements ou la nécessité de porter des masques en public et de maintenir la distance dans les espaces communs. Des épidémiologistes cubains et des représentants de la santé ont présenté des rapports quotidiens dans tous les médias nationaux. Les écoles ont été fermées jusqu’à ce que les conditions se soient améliorées et tous les événements sportifs et culturels publics ont été suspendus. Les entreprises ont été fermées et les voyages non essentiels interdits. Cuba a également développé son propre vaccin , Soberana 01, actuellement en essai clinique.

En résumé, Cuba a fait de la santé de la société dans son ensemble sa priorité. Il a utilisé des mesures de contrôle strictes pour tester et retracer les personnes soupçonnées d’avoir le virus ou d’être en contact avec des sujets infectés. Il a mis l’accent sur les soins de santé préventifs et l’isolement des patients. Et, lorsque le virus a refait surface, il a utilisé des mesures de verrouillage strictes – garantissant que les gens restent chez eux, tout en fournissant des services alimentaires, sociaux et médicaux à la population.

John M. Kirk est professeur d’études latino-américaines à l’Université Dalhousie.