Accueil Amérique latine Brésil Brésil : tous et toutes contre Bolsonaro

Brésil : tous et toutes contre Bolsonaro

0
234

Bolsonaro a fait une grande démonstration de force le 7 septembre. S’appuyant sur un large soutien des secteurs d’activité qui soutiennent le gouvernement, en particulier l’agroalimentaire, l’extrême droite a fait descendre ses partisans dans les rues de Brasilia, São Paulo et Rio de Janeiro, à une échelle de centaines de milliers. Ses objectifs étaient ouvertement et explicitement des putschistes : la fermeture de la Cour suprême et du Congrès national, en plus des appels habituels à une intervention militaire.

Bolsonaro a donné le ton avant et pendant le 7, déclarant qu’il ne laisserait le gouvernement seulement s’il était emprisonné ou mort. Dans les semaines qui ont précédé les manifestations du coup d’État, un climat d’appréhension a balayé le pays face aux preuves que l’armée et la police – un secteur dans lequel Bolsonaro bénéficie d’un large soutien – participeraient aux manifestations. Dans la nuit du 6, ses partisans à Brasilia ont tenté, dans un premier temps sans grande résistance de la part des forces de sécurité, de retirer les clôtures qui les séparaient du siège de la Cour suprême. Dans les jours qui ont suivi, des camionneurs ont bloqué les routes en soutien au gouvernement – affectant même l’approvisionnement dans plusieurs villes du pays – et une partie de l’activisme bolsonariste a tenté, sans succès, d’occuper deux ministères à Brasilia.

Le 7, il n’y a pas eu de coup d’État. Mais cela ne veut pas dire que la mobilisation a été une défaite pour le gouvernement : Bolsonaro voulait une démonstration de force, qu’il a certainement réussi. Il a conservé un soutien important d’une base minoritaire mais massive, partiellement et potentiellement armée et fermement mobilisée, et ce malgré la situation économique, pandémique, politique, sociale, environnementale et énergétique catastrophique dans laquelle il a placé le Brésil.

Les réactions de la droite

Au cours des derniers  mois, on a pu observer entre les factions des classes dirigeantes le développement de divergences par rapport au gouvernement. Bien qu’il y ait un consensus sur le projet économique de Bolsonaro, des secteurs de la droite brésilienne cherchent, superficiellement, à se distancer du projet autoritaire de Bolsonaro. Plus récemment, il est devenu clair que l’instabilité permanente et les conflits promus par le gouvernement rendent difficile l’application de l’ultra-libéralisme mené par Paulo Guedes.

Si les secteurs restés fidèles à Bolsonaro se radicalisent, ceux qui prennent désormais leurs distances son hésitants. Les partis de la droite historique (désormais appelé « centre » dans la presse) et même le PSD, qui participe au gouvernement fédéral avec le ministre des Communications ont considérer à la possibilité de se joindre au mouvement pour la destitution. Le PSDB, le parti traditionnel du néolibéralisme, a continué à s’opposer au gouvernement, mais n’a pas décidé de destituer le président.

Le combat de Bolsonaro pour le pouvoir

Bolsonaro montre pourtant au quotidien qu’il ne se laissera pas contenir par l’assaut institutionnel. Il est à la tête d’un mouvement néo-fasciste, qui gouverne par la mobilisation permanente d’une partie de la petite bourgeoisie – et des secteurs populaires entraînés par elle – et d’organisations proto ou paramilitaires, avec les soutien de secteurs importants de la bourgeoisie, des officiers et des soldats.

Que la mobilisation de Bolsonaro ait ciblé en priorité le pouvoir judiciaire réaffirme que son objectif – si souvent déclaré et presque si souvent sous-estimé – n’est pas forcément la réélection : c’est la subversion réactionnaire de la Nouvelle République, en crise depuis au moins le coup d’État de 2016, et son remplacement par un régime autoritaire. Et le 7 septembre, il a montré qu’il possède au moins une bonne partie des outils sociaux, économiques, politiques et militaires dont il a besoin pour le faire.

L’unité de la gauche et les divisions de la classe dirigeante

Si, d’une part, la droite brésilienne a réitéré son incapacité historique à s’engager contre l’autoritarisme, d’autre part, dans la dernière période, la gauche a pris des mesures importantes pour faire face au néofascisme. Nous avons organisé, à partir de l’espace unitaire de la campagne nationale Fora Bolsonaro – dans laquelle convergent les fronts Povo Sem Medo, Brasil Popular et Coalizão Negra Por Direitos – d’importantes mobilisations de masse entre les mois de mai et juillet dans tout le pays, qui sont revenues à l’ordre du jour  après des mois de pandémie d’absence de contrôle et de catastrophe sociale et économique. Le 7, nous avons organisé de petites mobilisations, à l’opposé des actes néo-fascistes, mais qui remplissaient le rôle important de démontrer le courage et la volonté de lutter et de résistance de notre côté.

Des secteurs minoritaires de la droite, en général d’anciens partisans de Bolsonaro, ont appelé à manifester pour le 12e, cherchant à se présenter comme une « troisième voie » entre la gauche et le néofascisme, et en faveur de la destitution. Après le 7, un débat s’est ouvert sur la participation ou non de la gauche à ces mobilisations. La position qui a prévalu dans la campagne Out Bolsonaro, et qui s’est avérée juste, était de ne pas participer le 12, et de construire une nouvelle mobilisation le 2 octobre. Avec une base sociale réduite et démoralisée pour mener le combat contre Bolsonaro, l’acte de la « troisième voie » a été un échec : aujourd’hui, qui a l’autorité politique pour diriger l’opposition, c’est la gauche.

Dans ce scénario, si nous voulons vaincre définitivement le gouvernement, il est essentiel que la gauche parvienne à exploiter et à influencer les divisions de la classe dirigeante, en encourageant le développement de ses tensions et en attirant ses factions dissidentes pour construire dans les rues l’unité la plus large. d’une éventuelle action contre Bolsonaro et le Bolsonarisme. Comme on dit, contre le danger d’un coup d’État néo-fasciste, même l’unité avec le diable est correcte. Il s’agit d’une bataille aux conséquences historiques de grande envergure pour l’avenir des exploités et des opprimés du pays, dont les impacts affecteront sans aucun doute également les rapports de forces dans toute l’Amérique latine. Notre tâche est de vaincre Bolsonaro, de toutes les manières nécessaires.