Colombie : l’armée, les paysans et l’environnement

0
105

Justin Podur, extrait d’un texte paru dans Globetrotter, 26 mai 2021

Dans le contexte du soulèvement en Colombie se trouve la question de la terre. Une guerre civile de plusieurs décennies a conduit à l’expulsion de millions de paysans de leurs terres, qui se sont retrouvées entre les mains de grands propriétaires terriens ou ont été utilisées pour des mégaprojets d’entreprise. Dans l’accaparement des terres en cours en Colombie depuis quelques années, il y a une arme nouvelle et effrayante: la militarisation de la conservation de l’environnement. Au cours d’une série d’opérations militaires dans tout le pays commençant en février, impliquant un grand nombre de soldats et de policiers, l’armée a capturé 40 personnes, que le procureur général a accusées de déforestation et d’exploitation minière illégale, dans six endroits différents du pays. Dans une opération antérieure, l’armée a capturé quatre personnes pour crimes contre l’environnement, qui ont été qualifiées de «dissidents de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC)».  Selon l’armée colombienne, huit opérations ont été menées en 2020, au cours desquelles elle avait «récupéré plus de 9 000 hectares de forêt», tout en capturant 68 personnes, dont 20 mineures.

Avec autant de défense militaire de la forêt en cours, plusieurs questions se posent: la déforestation est-elle un problème qui peut être résolu avec l’utilisation d’armes? La forêt peut-elle être sauvée grâce à des arrestations massives? Peut-on faire confiance aux mêmes militaires qui ont tué des milliers d’innocents, y compris des paysans, dans une tentative de gonfler leurs statistiques sur le nombre de corps, pour protéger l’environnement?

L’Amazonie menacée

L’ Amazonie colombienne comprend environ 42 % de la superficie terrestre de la Colombie et 6 % de la superficie totale de l’Amazonie.

En Colombie, la déforestation a eu lieu rapidement, à un rythme compris entre 100 000 et 200 000 hectares par an en 2018. Les principaux moteurs de la déforestation sont l’élevage, le brûlage, la culture de la coca et du pavot, et l’expansion des routes et des mines. L’Amazonie est protégée par la constitution colombienne, tout comme les droits territoriaux des peuples autochtones. Parmi ces droits figure le droit au consentement libre, préalable et éclairé en cas de projet de développement. Il existe un certain nombre de forums à travers lesquels les peuples autochtones peuvent théoriquement exercer ces droits. Il s’agit notamment de la mesa permanente, de la comisión nacional et de la Mesa Regional Amazónica. Une partie très importante de l’Amazonie colombienne – plus de la moitié – est, de par la loi, sous juridiction autochtone.

Des terres convoitées

Le plus puissant outil de l’accaparement des terres de l’ entreprise n’est pas la prétention de protéger l’environnement: il est le cadre de « libre-échange » , inscrit dans les accords internationaux. Mais ce cadre est toujours remis en question par les peuples autochtones et par les tribunaux qui ont même un minimum d’indépendance.

Il existe de nombreux exemples de cas où les peuples autochtones ont intenté une action en justice pour faire valoir leurs droits sur leurs terres. Lorsque la société minière canadienne Cosigo Resources Ltd. a fait l’objet d’une enquête de la Cour constitutionnelle colombienne, la société . a affirmé que les protections constitutionnelles colombiennes dans le parc naturel national de Yaigojé-Apaporis violent les obligations de la Colombie de protéger les droits des investisseurs en vertu de l’Accord de promotion du commerce entre les États-Unis et la Colombie. Cette bataille est en cours.

Une autre société minière canadienne, Auxico Resources, tente d’extraire l’or et le coltan en l’Amazonie. Auxico Resources a signé un protocole d’accord avec le gouverneur de Guainía, Javier Zapata, pour la «production de minéraux», selon Minería Pan-Americana. En 2018, Zapata a annoncé que 80% des terres avaient été concédées à Auxico Resources. Zapata est maintenant en prison pour corruption. Mais Auxico travaille toujours dans la région. En 2019, le président Duque a annoncé la création de la nouvelle municipalité de Barrancominas à Guainía, anticipant une initiative des communautés autochtones ( 85% des habitants de Guainía sont autochtones) dans la région pour établir leurs droits fonciers.

Bulles environnementales déployées contre les paysans

Parallèlement à l’opération Artemis, la Colombie a déployé une stratégie de « bulles environnementales », qui a débuté en 2016. En 2017, l’armée colombienne a participé à une série d’exercices militaires en Amazonie appelée « opération United America », conjointement avec les gouvernements du Pérou, du Brésil, du Canada, du Panama, de l’Argentine et, bien sûr, des États-Unis.

Les bulles environnementales sont des opérations surprises, qui sont rendues publiques après que l’armée a mené une opération pour protéger une zone contre des activités illégales. Chaque État (département) en Colombie dispose d’ une «force de réaction rapide pour effectuer des tâches de suivi, de prévention, de contrôle et de surveillance contre les causes de la déforestation».

En 2018, des organisations de paysans ont témoigné devant le sur ce que les autorités leur ont fait au nom de la conservation. Dans le parc naturel national de La Paya, un délégué paysan de l’Association des travailleurs paysans de Leguízamo, faisant état des «abus présumés commis contre la population civile par les autorités de la région», a déclaré:  «Nous, les paysans, ne sommes pas la cause de la déforestation. Le grand propriétaire foncier, qui s’est emparé de mille hectares du parc, se promène librement sans problème. Quatre autres opérations militaires du même type ont été menées tout au long de 2018-2019.

L’environnementalisme doit être démilitarisé

L’autorité des parcs naturels nationaux de Colombie étant utilisée pour déplacer les paysans, l’une des propositions de percée dans ce conflit est le concept de « Parques con Campesinos » (parcs avec paysans) – qui ferait des paysans des partenaires de conservation, plutôt que de les mettre en place. en tant qu’ennemis de l’environnement.

Pour lutter contre la déforestation, il faut donner aux paysans la sécurité foncière et reprendre les pratiques durables qui ont préservé la vaste Amazonie. Le plan de développement national actuel de l’opération Artemis censé servir des objectifs de « conservation » le réduirait à un ensemble d’aires protégées déconnectées, coupées par des routes, entourées de blocs pétroliers, de barrages hydroélectriques, de zones fumigées et de mines.