États-Unis : la guerre prolongée contre Cuba

0
239

Rosa Miriam, Counterpunch, 7 février 2021

Nous sommes à l’ère des coups d’État doux. Les coups d’État et les invasions à l’ancienne font l’objet d’une mauvaise presse. Les images des troupes américaines envahissant la République dominicaine en 1965 ou marchant à travers El Chorrillo au Panama en 1989, par exemple, ont produit du ressentiment et de la colère. Au fil des ans, les interventions militaires américaines en Amérique latine sont tombées en discrédit et se sont démodées.

Un coup d’État en douceur, en revanche, se produit lorsqu’un groupe de personnes appartenant à la minorité se fait passer pour la majorité, crée des controverses et des confrontations et use la majorité jusqu’à ce que tout le monde cède à son immense pression. Des exemples en sont visibles au Honduras en 2009 et au Brésil en 2016, ainsi qu’en Bolivie en 2019, où un coup d’État a été annulé par l’annonce des résultats de l’élection présidentielle d’ octobre 2020. Cuba et le Venezuela ont jusqu’à présent résisté à la force d’un coup d’État en douceur, mais la pression est implacable.

Les coups d’État doux sont plus complexes à comprendre que les coups d’État durs ou les interventions des Marines américains. En effet, les coups d’État doux comportent souvent des guerres de l’information, dans lesquelles les États-Unis utilisent des archétypes de dictateurs et de combattants de la liberté pour définir les relations internationales. Une épopée remasterisée est également façonnée par de faux discours d’héroïsme des protagonistes sélectionnés par les États-Unis.

Cuba n’est pas étrangère à la pression américaine, avec des invasions , des tentatives d’assassinat et un blocus qui façonnent la vie des Cubains. Au fil des ans, il y a eu plusieurs tentatives pour mener un coup d’État en douceur contre la révolution cubaine. En novembre 2020, un petit groupe de personnes qui pensent être des combattants de la liberté se sont barricadés dans une maison du quartier de San Isidro dans la Vieille Havane. Des questions légitimes ont été entraînées dans ce qui semblait être une autre tentative de coup d’État en douceur : un dialogue entre les artistes et les institutions culturelles, l’opportunisme politique, la pandémie et une crise économique de plus en plus aggravée par la nouvelle série de mesures unilatérales imposées. par l’administration Trump sortante (qui incluent les envois de fonds bloqués, davantage de sanctions financières et la persécution des pétroliers).

Punition économique

Cuba est confrontée à des sanctions économiques depuis 1960, un an seulement après le triomphe de la révolution cubaine. Mais, depuis 2017, l’île a subi une escalade des efforts de sabotage économique dirigés par les États-Unis, qui ont augmenté pendant la pandémie COVID-19. Le soi-disant Mouvement San-Isidro (MSI), largement couvert par les médias, a un lien indéniable avec ce processus de coup d’État en douceur. Denis Solis, rappeur et dirigeant du MSI, a admis avoir reçu de l’argent de particuliers aux États-Unis. Cela semble être un autre effort de Trump pour attiser les tensions et compliquer la transition vers l’administration Biden (qui a l’intention d’essayer de rétablir un certain équilibre aux relations bilatérales après quatre ans d’efforts illusoires de Trump pour renverser la révolution cubaine).

Les Cubains subissent les effets des châtiments économiques collectifs. La répression des voyages et des envois de fonds en provenance des États-Unis – notamment en forçant la fermeture de plus de 400 succursales de Western Union à Cuba – a épuisé la principale source de revenus de nombreux artistes, petits entrepreneurs privés et des centaines de milliers de Cubains. La souffrance est palpable; cela se traduit par de longues files d’attente pour accéder à la nourriture, aux médicaments et au carburant, et augmente la difficulté de gérer de petits restaurants et des hôtels familiaux. Cela signifie que les Cubains ne sont pas en mesure d’embrasser des êtres chers qui vivent aux États-Unis.

Fabriqué aux États-Unis

Malgré les tentatives de déstabilisation de la vie à Cuba, les réseaux collectifs et l’État cubain ont réussi à fournir des services et à conserver un niveau élevé de cohésion sociale. Il n’a pas fallu longtemps pour que la feinte de San Isidro s’effondre sans causer de dégâts ni blesser personne.

Mais le gouvernement des États-Unis ne pouvait pas laisser passer ce fracas sans en faire un film épique sur le bien et le mal. Le chargé d’affaires de l’ambassade des États-Unis à La Havane, Timothy Zúñiga-Brown, a transporté certains des protagonistes du MSI dans sa voiture, tandis que des hauts fonctionnaires du département d’État américain ont qualifié ces protagonistes du coup d’État doux de «collègues». Certains de ces protagonistes ont ouvertement proclamé leurs sympathies pour Donald Trump – en fait, Solis a publiquement reconnu Trump comme son président; les membres du MSI ont également mentionné avoir reçu des fonds des États-Unis pour « promouvoir la démocratie ».

Tracey Eaton, journaliste basée en Floride, a documenté que le gouvernement américain a dépensé entre 20 et 45 millions de dollars par an depuis 1996, lorsqu’il a commencé à soutenir financièrement des groupes pour provoquer un « changement de régime à Cuba »; cet argent – plus de 500 millions de dollars – a été fourni en vertu de l’article 109 de la loi Helms-Burton de 1996. Il n’y a aucune information publique sur le montant dépensé pour des opérations secrètes, ou spécifiquement sur le complot de San Isidro.

Les efforts pour confirmer le contenu de ces programmes de «promotion de la démocratie» ne sont pas faciles à suivre; le manque de transparence de ces programmes montre leur hypocrisie. Eaton a eu un certain succès grâce à la loi sur la liberté de l’information (FOIA), mais il y a beaucoup de choses qui sont inconnues à propos de ces opérations. Pendant les années Obama, les demandes d’informations sur le «changement de régime» ont été rejetées. Beaucoup de ces opérations violent les lois cubaines et américaines. Un article rédigé par le comité de rédaction du New York Times en 2014 a fait la lumière sur cette question. Alan Gross, un contractant de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), a été arrêté en 2009 à Cuba dans le cadre d’une «mission clandestine de l’USAID visant à étendre l’accès à Internet en utilisant une technologie sensible que seuls les gouvernements utilisent», selon un article dans Politico. Peu de temps après, le gouvernement américain a mis en œuvre un programme qui a conduit au développement d’un système anti-gouvernemental de type Twitter par Creative Associates International (basé à Washington, DC) appelé ZunZuneo. L’objet de cette plate – forme, selon le New York Times, était de « fournir les Cubains une plateforme pour partager avec un public de masse.

Les informations sur ces programmes sont rares, car le gouvernement américain les considère comme hautement classifiées. Même ceux qui sont censés les surveiller ne les connaissent pas. Les informations ne fuient que lorsque les programmes échouent, ce qui se produit fréquemment.

À l’époque Trump, le gouvernement américain a créé un réseau de centaines de médias numériques, dont le siège principal est principalement à Miami, pour répandre de la désinformation sur Cuba. L’objectif de ce web est de fournir une chambre d’écho, d’amplifier les informations toxiques sur les événements sur l’île et de projeter l’objectif du gouvernement américain comme quelque chose qui émerge des Cubains eux-mêmes. Cela fait partie de la guerre de quatrième génération, guerre non conventionnelle ou guerre hybride, qui est la forme de guerre sophistiquée utilisée par le gouvernement américain pour créer un chaos psychologique et culturel et propulser le programme de Washington dans un paysage politique de terre brûlée.

Ed Augustin du Guardian a interviewé Esteban Rodríguez, l’une des personnes impliquées dans l’épisode de San Isidro et correspondant d’ADN Cuba; cette société de médias, basée en Floride, a reçu une subvention de 410710 dollars en septembre 2020 de l’USAID, selon l’article du Guardian. Rodríguez a en outre qualifié les restrictions de la Maison Blanche sur les envois de fonds de «parfaites»; cependant, Augustin a écrit que le correspondant d’ADN «prétendait à tort que la majeure partie de l’argent envoyé finit dans les coffres de l’État». Rodríguez a ajouté dans l’article: «Si j’étais aux États-Unis, j’aurais voté Trump.» Il s’agit d’un soi-disant journaliste impartial qui était chargé d’alimenter l’incendie de San Isidro.

Le but du coup d’État en douceur est de provoquer une réponse violente du gouvernement cubain, qui serait enflammée par des gens comme Rodríguez et servirait de prétexte à la déstabilisation du pays.

Les think tanks aux États-Unis qui, autrement, oeuvrent sur ce genre d’incidents et d’épisodes savent néanmoins qu’ils ont peu d’impact sur l’île. Le 22 décembre 2020, le Dialogue interaméricain, tout en se référant au MSI, a déclaré que «le gouvernement cubain n’est pas près de« s’effondrer »et de« tomber », et ce serait une grave erreur de sous-estimer sa capacité à se mobiliser pour faire face la crise. » Face à ces événements, le gouvernement a réagi comme une instance compacte, sans montrer de fissures publiques. Il a également recommandé à Biden de rester à l’écart des tactiques de Trump et a noté que le gouvernement cubain n’engagerait pas de «dialogue avec une arme à feu dans la tête».

Les événements de San Isidro fournissent un autre exemple de la tentative du gouvernement américain de créer un coup d’État en douceur. Pendant ce temps, à l’intérieur de Cuba, il y a une autre réalité, une réalité que le monde ne voit pas. C’est une réalité qui dit que Cuba ne succombera pas à cette pression et qui ne permettra pas à la haine de Washington de réussir; il échouera toujours.