La COVID en Amérique latine : sortir de la dépendance

0
118

Extrait d’un texte du Groupe de travail CLACSO (Conseil latino-américain des sciences sociales

Les 20 premiers laboratoires connus sous le nom de Big Pharma, principalement de l’Union européenne et des États-Unis, représentent plus de 60 pour cent (%) des ventes totales de l’industrie pharmaceutique dans le monde. Parmi eux figurent Pfizer, Astrazeneca, Novartis, Sanofi, Johnson & Johnson, GlaxoSmithKline, Janssen, Roche, Bayer-Monsanto, entre autres. C’est-à-dire une géopolitique clairement Nord-Sud ou du Centre à la Périphérie où la recherche, les innovations et les nouveaux médicaments émanent vers les pays du Sud.

Les Accords sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (APDIC ou ADPIC) de 1995 restent le principal mécanisme par lequel un organe multilatéral mondial tel que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) impose les intérêts du complexe pharmaceutique aux États, les sociétés et les systèmes de santé, en particulier dans les pays qui dépendent des importations de produits pharmaceutiques du Sud. Ces droits de brevet et de licence sur les produits, les vaccins et les médicaments imposaient de facto le commerce et le profit des sociétés pharmaceutiques multinationales et nationales sur la santé collective.

Ce qui s’est passé au niveau international et régional implique de montrer que l’autorité médicale internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est colonisée par les intérêts de l’industrie pharmaceutique elle-même, grâce à un processus accéléré de privatisation qui la prive de tout rôle dans santé publique.

Près de 90% du programme pharmaceutique de l’OMS est financé directement par la Fondation Bill et Melinda Gates. 80% du budget de l’OMS dépend de dons publics ou privés (pas de la contribution des États), mais volontaires, « qui sont concentrés dans différents pays, à la Fondation Bill et Melinda Gates et dans l’industrie pharmaceutique». Dans le cas de GAVI (Alianza para las Vacunas – fonds public / privé -), 60% de son financement provient de l’industrie pharmaceutique elle-même et de donateurs de ces mêmes pays centraux qui défendent leurs sociétés pharmaceutiques. Lorsqu’un donateur donne de l’argent, par exemple à l’industrie pharmaceutique, ses représentants demandent à être présents dans les comités d’experts des différents programmes [de l’OMS] ou même dans les comités d’experts de nos pays. L’examen des comités d’experts du Covid-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes permettrait de cartographier cette réalité. La pandémie a une fois de plus mis en évidence ce conflit d’intérêts et la reproduction accélérée du capital. Cela s’était déjà produit avec l’épidémie de H1N1, où des fabricants potentiels de vaccins et de médicaments, comme Tamiflu,

Ces cadres sont ceux qui sont actuellement reproduits et régissent le Fonds d’accès mondial aux vaccins Covid-19 connu sous le nom de mécanisme OMS COVAX, ainsi que l’alliance GAVI et CEPI, ils représentent un cadre où les droits de «brevets» des vaccins sont garantis Dans la logique du marché et ne s’engager à donner qu’une « infime » partie qui implique plus un sens de  » charité et charité mondiale  » avec le Sud qu’un droit collectif au besoin de vaccination de 7 milliards de personnes. En d’autres termes, mettre les intérêts des sociétés pharmaceutiques et des acteurs du Nord dans le gouvernement des vaccins.

Ce n’est donc pas par hasard que plus de 90% des vaccins disponibles ont déjà été absorbés par les États-Unis, l’Europe occidentale, le Japon et l’Australie. Même dans ces régions, les communautés d’immigrants et d’autres populations sont laissées de côté.

C’est-à-dire que cette géopolitique des brevets et de la colonisation de la santé est celle qui régit aujourd’hui la vaccination contre le SRAS-CoV-2 et retient les «prisonniers» comme acheteurs périphériques dépendants des gouvernements et des ministères de la santé publique d’Amérique latine et des Caraïbes avec plus ou moins de succès dans la couverture de la population mais tous piégés dans la même dynamique.

Partout dans le monde et dans la région, les États dépendent de leur capacité à acheter et à stocker des produits de grande valeur auprès de Big Pharma. L’un des plus grands fournisseurs géants, Pfizer, s’attend à un chiffre d’affaires de plus de 15 milliards de dollars d’ici 2021. Le coût de cette «approche de marché» de la crise du COVID-19 confirme la puissance du complexe médical pharmaceutique financier mondial et la nécessité de repositionner un horizon de souveraineté sanitaire pour le Sud global.

Quelques propositions pour s’en sortir :

  1. Déclarer les vaccins comme un bien public mondial et une question de souveraineté sanitaire régionale. Considérant également que seuls les vaccins sont une réponse limitée et insuffisante à la crise multidimensionnelle du SRAS-CoV-2. Faire face à cette situation implique un ensemble complet de réponses, dont le vaccin est l’une d’entre elles.
  2. Une solution évidente et relativement rapide devrait être de délivrer des brevets et de permettre aux consortiums de pays du sud comme l’Inde, l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Argentine, le Mexique et d’autres, de produire massivement des équivalents de vaccins pour les régions du capitalisme périphérique mondial. Big Pharma s’est opposée et s’oppose vigoureusement à ce qu’elle perçoit comme une violation de ses « droits de propriété » en matière de brevets, comptant sur le soutien des États-Unis et de l’Union européenne, et suivant les « règles » imposées au commerce mondial, y compris le commerce. -Aspects connexes des droits de propriété intellectuelle (ADPIC). En fait, c’est pourquoi l’initiative de l’Inde et de l’Afrique du Sud et de plus de 90 pays à cet égard au sein même de l’OMS a été rejetée. La sauvegarde de l’accord OMS COVAX implique à nouveau la colonisation et la gouvernance de l’accès aux vaccins par GAVI et CEPI. Autrement dit, par les mêmes États donateurs du Nord et les sociétés du complexe médico-pharmaceutique.  Il est également possible d’utiliser les flexibilités de l’Accord sur les ADPIC pour déclarer des licences obligatoires en cas d’urgence sanitaire, ce qui constitue une solution temporaire, qui pourrait être considérée comme une alternative et conjointement par plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes avec les pays du Sud. .
  3. Remettre au centre de l’agenda latino-américain et caribéen la reconstruction d’une intégration régionale de la santé basée sur des tissus publics d’autonomie, de souveraineté sanitaire et des principes de santé internationale Sud-Sud. Cela ne concerne pas seulement et dépend exclusivement des relations intergouvernementales des «Etats et Gouvernements», mais la souveraineté sanitaire régionale est un processus stratégique qui s’inscrit dans les réseaux de territoires, de territorialités et d’acteurs de la construction de la Santé du Sud .