Nous devons rompre avec la mondialisation capitaliste et le néolibéralisme

0
129

Déclaration du Réseau de solidarité des peuples d’Afrique australe (SAPSN)

La pandémie de COVID-19 représente un grand danger pour la région de la Communauté de développement de l’Afrique australe (Southern African Development Community SADC). Si la propagation du virus n’est pas arrêtée de toute urgence et se propage dans des zones de haute densité, des bidonvilles, des camps de réfugiés et autres concentrations de pauvreté, l’Afrique australe sera confrontée à une catastrophe sanitaire, économique et sociale d’une ampleur jamais connue auparavant. Le monde développé est submergé par la pandémie et leurs économies entraînées dans la récession. Les chances de l’Afrique australe de s’adapter, sont donc lointaines, car la plupart des économies de la région sont déjà dans un état désespéré.

Logo SAPSN

Il est essentiel de comprendre que le coronavirus n’est pas une « catastrophe naturelle » comme on l’a souvent prétendu. C’est le résultat d’actions humaines qui ont créé un système d’agriculture qui subordonne le bien-être animal et humain au profit. La pandémie de Covid-19 nous rappelle que notre système alimentaire actuel est dangereux, injuste et non durable. Il est dangereux car il implique une perturbation massive de l’écosystème qui provoque des pandémies et de nouveaux agents pathogènes.

L’exemple le plus évident d’une telle perturbation est la destruction des habitats pour la monoculture. Les scientifiques ont établi que la destruction excessive de l’habitat (en particulier la déforestation) entraîne une extinction massive dans laquelle les trois quarts des différentes espèces de vie disparaîtront. En outre, il est clair que le changement climatique entraîné par la production humaine de combustibles fossiles rend les pandémies plus probables.

La mondialisation capitaliste implantée dans l’héritage du colonialisme, du néocolonialisme et du copinage conduit par l’élite a enfermé l’Afrique australe dans une crise économique, sociale et écologique multidimensionnelle et a rendu la région mûre pour une autre catastrophe sociale. La pandémie de COVID-19 est la catastrophe annoncée depuis longtemps. L’impact de cela sur les femmes, car les dispensateurs de soins primaires doivent être mis en évidence et les femmes rurales en particulier.

Des motifs de préoccupation

Le Réseau de solidarité des peuples d’Afrique australe (Southern African People’s Solidarity Network – SAPSN) est très préoccupé par l’état désastreux du système de santé de la région. Bien qu’inégaux dans la région, les systèmes de santé publique ne peuvent pas faire face au fardeau actuel de la maladie. Les coffres de l’État dans la plupart des régions de l’Afrique australe sont en crise profonde avec des budgets gouvernementaux incapables de relever les défis existants et totalement dépendants de l’aide des donateurs. Nous avons déjà vu l’échec de la lutte contre plusieurs épidémies de choléra, Ebola, qui a frappé la République démocratique du Congo et d’autres pays d’Afrique centrale, montrant l’incapacité des gouvernements à faire face à des crises d’une telle ampleur.

Le système de santé publique, dont la majorité dépend, est à genoux. Le Zimbabwe ne compte que 20 ventilateurs combinés dans les secteurs de la santé tant privé que public. Le Malawi compte environ 25 lits de soins intensifs pour une population de 17 millions de personnes. En 2001, au Mozambique, il n’y avait que 2,4 médecins et 20,5 infirmières pour 100 000 habitants. Le Swaziland n’a pas de laboratoire pour traiter les tests de COVID-19. Et en Afrique du Sud, alors qu’un médecin voit 2 457 personnes dans les établissements de santé publics, le ratio estimé des médecins aux personnes en santé privée est de 1 à 429.

L’état de santé en Afrique australe est ancré dans l’histoire du sous-développement et de la domination de la région. Les programmes d’ajustement structurel imposés par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale ont érodé les gains initiaux post-indépendance dans la construction d’un système de santé publique répondant aux besoins de la majorité. Face aux conditions économiques difficiles, les budgets de santé et les budgets critiques pour les déterminants sociaux de la santé ont été réduits, les gouvernements ayant adopté des programmes néolibéraux d’austérité.

L’état de santé précaire de l’Afrique australe, comme la plupart des régions d’Afrique, est également enraciné dans le système du patriarcat qui a donné naissance à un système de soins extensif et informel pesant sur les épaules des femmes. Cela se manifeste sous différentes formes, notamment les soins de santé fournis aux femmes, aux personnes âgées et aux enfants à domicile; travail de santé communautaire non rémunéré et, dans certains cas, les femmes praticiens de la santé travaillent pour des salaires très bas sans avantages décents. Ces femmes seront en première ligne face à la pandémie et à l’intensification de l’aggravation des conditions de reproduction sociale et de violence sexiste.

Le SAPSN est fermement convaincu que la réunion extraordinaire des ministres de la santé de la SADC, qui a eu lieu le 9 mars 2020, est une réponse totalement inadéquate pour faire face à la crise actuelle, car elle n’a pas mis en place de mesures pratiques pour garantir que chaque pays peut également intensifier les tests. comme garantissant que la région dispose d’équipements de santé, de médicaments, de vêtements de protection et de matériel de désinfection adéquats.

Que faut-il faire ?

L’impact de la pandémie COVID-19 a provoqué une nouvelle récession mondiale qui plonge les économies du monde entier dans la crise. Pour une Afrique australe exportatrice, lourdement endettée et dépendante de l’aide, la crise imminente détruira les moyens de subsistance et paralysera davantage les économies de la SADC déjà en difficulté. Les dimensions économiques de cette crise nécessitent une réponse d’urgence globale de la SADC. Nous avons besoin, maintenant plus que jamais, d’une réponse régionale par opposition àies répondent isolément car le virus ne connaît pas de frontière et ses implications sont de nature transfrontalière.

La menace posée par COVID-19 ne peut pas être traitée uniquement comme un risque pour la santé mais doit être considérée comme une menace pour le développement global de l’Afrique australe.

À cet égard, nous appelons les gouvernements de la SADC à mettre en œuvre un moratoire sur la dette et à détourner les ressources destinées au remboursement de la dette vers la reconstruction du système de santé publique et à investir dans les secteurs essentiels des services sociaux, y compris l’énergie, l’eau, l’assainissement et les infrastructures de logement pour renforcer la résilience des populations de la SADC pour résister à l’impact de la crise.

La SADC, comme de nombreuses sociétés, doit déclarer la force majeure, c’est-à-dire l’existence de circonstances imprévisibles qui rendent impossible le respect des termes de l’échange et des accords d’investissement qui entravent la production locale d’équipements de santé vitaux, de médicaments et d’autres intrants nécessaires pour faire face à la pandémie. La SADC ne peut pas continuer d’être liée par les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce et les mesures d’investissement liées au commerce incorporés dans divers régimes commerciaux tels que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et les accords de partenariat économique.

Alors que SAPSN convient que tous les efforts doivent être dirigés vers l’aplatissement de la courbe de propagation de COVID-19, principalement par le biais de la distanciation sociale, de l’exercice de l’hygiène personnelle, nous croyons fermement que l’imposition de restrictions sans aborder le bien-être social des travailleurs et des citoyens est désastreuse. En outre, la distanciation sociale (physique) pendant le verrouillage est difficile à exercer dans les banlieues densément peuplées de la région. Encore une fois, la mise en œuvre de mesures de verrouillage sans sensibilisation vigoureuse des citoyens est susceptible de provoquer des affrontements violents entre les citoyens et les forces de sécurité. En tout état de cause, les blocages ne doivent pas être militarisés et doivent être entrepris avec le soutien des citoyens ordinaires.

Le SAPSN appelle la SADC à mettre en place de toute urgence un fonds régional d’urgence pour l’aide sociale et à assurer la fourniture d’équipements médicaux, de médicaments et de vêtements de protection pour les responsables de la santé et à prendre soin des travailleurs touchés par les blocages grâce à la mise en œuvre d’une allocation de revenu régionale.

La SADC doit augmenter de toute urgence les subventions et le soutien aux petits agriculteurs qui produisent des cultures vivrières. Les petits producteurs doivent être intégrés dans les principales chaînes d’approvisionnement alimentaire pour garantir la sécurité alimentaire régionale.

Le SAPSN appelle les peuples d’Afrique australe, notamment les organisations confessionnelles, les syndicats, les formations paysannes, les mouvements de femmes, les mouvements pour les droits fonciers, les mouvements sociaux et les ONG progressistes à s’unir et à se montrer solidaires face à la nouvelle menace à laquelle nous sommes confrontés Pandémie de covid19.

Nous devons être en première ligne pour faire prendre conscience des menaces posées par la pandémie de COVID-19 et de ce qui peut être fait pour minimiser le risque de contracter le virus. Nous devons aller vers le peuple, par tous les moyens possibles pour apporter un soulagement. Nous devons rejeter toutes les formes de discrimination et de stigmatisation. Nous devons redoubler d’efforts pour lutter contre le racisme, la xénophobie et le sexisme.

Et, plus important encore, nous devons reconstruire nos mouvements pour lutter pour une Afrique australe sans inégalité, maladie, faim et sans-abri.

Le 5 avril 2020

  • Secrétariat du Southern African Development Community – SADC
  • C / O Zimbabwe Coalition on Debt and Development (ZIMCODD)
  • No 9 Bargate Road, Mount Pleasant, Harare, Zimbabwe
  • Tél: +263 242 776 830-1
  • Site Web: www.sapsn.org
  • Courriel: sapsn@zimcodd.co.zw
  • Suivez-nous: @ SAPSN2003