Bref retour sur les théories classiques de l’impérialisme

Michel Husson

Le terme d’impérialisme, qui n’apparaît pas chez Marx, est mis sur la table par l’économiste libéral anglais John Hobson en 1902[1]. A partir de là est amorcé un nouveau débat, pas tellement sur l’exploitation des pays du tiers monde, mais sur les contradictions des pays capitalistes, d’où émerge une théorie de l’économie mondiale dont les éléments constitutifs se trouvent d’ailleurs déjà chez Marx (voir le texte de R. Desai dans ce numéro).

Dès le Manifeste du Parti Communiste, Marx souligne que « par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation »[2]. Dans Le Capital, il affirme clairement que « la base du mode de production capitaliste est constituée par le marché mondial lui-même[3] ». Dans les analyses du Capital, la fonction du commerce international réside principalement dans la contre-tendance qu’il fournit à la baisse du taux de profit : « des capitaux investis dans le commerce extérieur sont en mesure de donner un taux de profit plus élevé parce que d’abord on entre ici en concurrence avec des pays dont les facilités de production marchande sont moindres »[4]. Marx souligne qu’il y a transfert de valeur : « Le pays favorisé reçoit en retour plus de travail qu’il n’en a donné en échange, bien que cette différence, ce surplus, comme dans l’échange entre le capital et le travail, soit empoché par une classe particulière »[5].

Plus tard, pour Lénine, Boukharine et Luxemburg, il ne s’agit pas au départ d’analyser ce que l’on appellerait aujourd’hui les relations Nord-Sud : la question théorique porte sur les conditions internes de fonctionnement du capitalisme. Après la « grande dépression » (1873-1895), le capitalisme renoue en effet avec une croissance plus dynamique, en même temps qu’il connaît des transformations substantielles. Des théoriciens dont Bernstein et ceux que Lénine appellera les marxistes légaux vont proposer une interprétation des schémas de reproduction démontrant la possibilité d’un développement indéfini du capitalisme sur la seule base du marché intérieur. La question qui se pose est de bien comprendre le mode de fonctionnement du capitalisme à un stade particulier de son histoire. C’est par rapport à cette problématique que le concept d’impérialisme va être introduit et que les pays coloniaux ou semi-coloniaux vont jouer un rôle spécifique dans l’analyse théorique.

Les intuitions et ambiguïtés de Rosa Luxemburg

Aux pronostics optimistes d’un Bernstein sur la dynamique du capitalisme, Rosa Luxemburg oppose une lecture différente. L’argument peut être résumé de manière assez simple. Avec l’accumulation du capital, la composition organique tend à augmenter, alors même que le capitalisme cherche à contenir la croissance des salaires. Dans ces conditions, si l’on maintient l’hypothèse attribuée à Marx, selon laquelle « les capitalistes et les ouvriers sont les seuls consommateurs », la reproduction du capital devient impossible. Luxemburg récuse en effet les thèses de Tougan-Baranovsky qui cherchait à montrer que l’expansion capitaliste était possible sur la base d’un auto-développement sans fin de la section des moyens de production. Elle retrouve une intuition fondamentale de Marx selon laquelle « la production de capital constant ne se fait jamais pour elle-même, mais uniquement parce qu’il s’en utilise davantage dans les sphères de production qui produisent pour la consommation individuelle[6] ». Pour Luxemburg, la reproduction du capital nécessite donc « comme première condition un cercle d’acheteurs qui se situent en dehors de la société capitaliste[7] ».

Cette idée est déjà présente chez Marx, qui signalait dans Le Manifeste que « poussée par le besoin de débouchés toujours plus larges pour ses produits, la bourgeoisie envahit toute la surface du globe ». Cette conception, qui implique que la réalisation de la plus-value nécessite en permanence l’ouverture de marchés extérieurs, rend bien compte de la période d’expansion impérialiste, où les pays dépendants jouent un rôle croissant du point de vue des débouchés offerts. Son fond théorique ne saurait cependant être systématisé : que, dans certaines conditions historiques particulières, l’expansion impérialiste soit un élément important, voire décisif, de l’accumulation du capital, c’est une chose. Faire de ce constat une loi absolue, comme Luxemburg pour qui « la plus-value ne peut être réalisée ni par les salariés, ni par les capitalistes, mais seulement par des couches sociales ou des sociétés à mode de production précapitaliste », est un pas que l’on ne saurait toutefois franchir.

De Lénine à Boukharine et Trotski

Pour Lénine, les choses sont relativement simples : « si l’on devait définir l’impérialisme aussi brièvement que possible, il faudrait dire qu’il est le stade monopoliste du capitalisme[8] ». Son point de départ est le mode de fonctionnement des pays capitalistes les plus développés. Son propos est double : d’une part, rendre compte des transformations intervenues dans ce fonctionnement, d’autre part, expliquer comment les rivalités inter-impérialistes ont conduit à la Première Guerre mondiale.

L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916) prend à Hobson et Hilferding leurs analyses classiques du capitalisme financier, mais il élargit la définition à ces cinq « caractères fondamentaux suivants : 1) concentration de la production et du capital parvenue à un degré de développement si élevé qu’elle a créé les monopoles, dont le rôle est décisif dans la vie économique ; 2) fusion du capital bancaire et du capital industriel, et création, sur la base de ce « capital financier », d’une oligarchie financière ; 3) l’exportation des capitaux, à la différence de l’exportation des marchandises, prend une importance toute particulière ; 4) formation d’unions internationales monopolistes de capitalistes se partageant le monde et,  5) fin du partage territorial du globe entre les plus grandes puissances capitalistes du monde[9] ».

Boukharine[10] propose une présentation de l’économie mondiale plus systématique que celle de Lénine, en insistant sur la contradiction entre l’internationalisation des forces productives et l’appropriation de la plus-value qui continue à se dérouler à l’échelle nationale. Il formule une critique de la théorie de l’ultra-impérialisme de Kautsky, selon laquelle la concentration du capital pourrait déboucher sur un fonctionnement harmonieux de l’économie mondiale. Cependant, sa théorisation repose en fin de compte sur un modèle adapté à la période, mais aujourd’hui dépassé : chaque capitalisme national résoudrait ses difficultés par la formation d’une sorte de capitalisme État, et les contradictions du capitalisme seraient reportées au plan mondial, ne se manifestant plus que sous forme de rivalités inter-impérialistes.

Trotski quant à lui esquisse une « loi du développement inégal et combiné » qui revient à affirmer que si le capitalisme tend à s’étendre au monde entier, il ne le fait pas de manière linéaire et harmonieuse. Cette approche permet d’éviter deux simplifications abusives. La première consisterait à présenter le capitalisme, malgré la violence de ses méthodes, comme un agent du progrès historique présentant en somme un bilan globalement positif. Cependant, la formulation de la loi se distingue également d’une thèse que l’on pourrait qualifier de tiers-mondiste, selon laquelle le capitalisme serait radicalement incapable de soutenir un quelconque développement dans les pays dominés.

Plus tard, lorsque la contre-révolution s’impose en Union soviétique, ces acquis peu à peu accumulés par les classiques du marxisme vont être dilapidés. Pour des raisons de convenance politique de la bureaucratie soviétique, la théorie marxiste va se trouver réduite à une vision schématique cherchant à affirmer le rôle progressiste des bourgeoisies nationales à l’égard d’un impérialisme intéressé au seul maintien des structures locales qualifiées de féodales.

Les théories de la dépendance

Après la Deuxième Guerre mondiale, dans le contexte de l’essor des luttes anti-impérialistes, le débat rebondit. Surgissent alors ce qu’on finit par appeler les théories de la dépendance, qui prennent plusieurs formes et qui renouent avec les théories classiques de l’impérialisme. La nouveauté importante consiste à raisonner du point de vue des pays dominés et à insister sur les déformations impliquées par le développement capitaliste mondial. Malgré la floraison d’approches très diversifiées, on peut cependant considérer qu’il existe un noyau commun que l’on pourrait résumer par cette définition de la dépendance, due à Dos Santos : « Par dépendance nous entendons une situation dans laquelle l’économie de certains pays est conditionnée par le développement et l’expansion d’une autre économie à laquelle elle est subordonnée. La relation d’interdépendance entre deux économies ou plus, entre celles-ci et le commerce mondial, prend la forme de la dépendance quand certains pays (les pays dominants) connaissent l’expansion et l’autosuffisance, tandis que d’autres (les pays dépendants) ne peuvent espérer y parvenir que comme sous-produit de cette expansion (…). Nous voyons que les relations mises en place par ce marché mondial sont inégales et combinées »[11].

L’écho des formules de Trotski est un peu plus qu’une coïncidence et marque le retour aux théorisations de l’économie mondiale prise dans sa globalité. Ce retour est toutefois tiré vers le « tiers-mondisme » tendant à survaloriser certains traits de la structure de l’économie-monde.

Les thèses d’André Gunder Frank[12] sont un bon exemple de cette tendance au passage à la limite. Le point de départ est le constat correct de la polarisation de l’économie mondiale : le développement du capitalisme n’est pas homogène, il existe ce que Frank et Samir Amin[13] appellent le Centre et la Périphérie. La volonté de se dégager du schématisme stalinien conduit Frank à pousser jusqu’au bout sa logique alternative en ce qui concerne l’Amérique latine. Puisqu’il s’agit de refuser des thèses « dualistes » sommaires opposant un secteur « féodal » et un secteur capitaliste, Frank insiste sur la prédominance du capitalisme, en affirmant que l’Amérique latine est capitaliste, dès les premières années de la conquête.

Cette tendance à sauter d’un schéma extrême à l’autre se retrouve de manière encore plus marquée dans une approche qui domine dans les années soixante et que l’on pourrait ainsi résumer sommairement. Le capitalisme pille le Tiers monde[14], il rapatrie l’intégralité de ses profits, il est donc incapable d’assurer le développement industriel des pays dominés. Il n’existe donc aucune différence de nature entre révolution anti-impérialiste et révolution socialiste. Que cette conclusion soit cohérente avec la théorie de la révolution permanente va de soi. Ce qui est moins convaincant rétrospectivement, c’est le caractère unilatéral de l’analyse économique, fondée notamment sur la notion d’échange inégal.

La figure du pillage dans ce schéma trouve son modèle théorique dans le livre d’Arghiri Emmanuel[15], qui a le mérite de la simplicité : les pays de la périphérie sont caractérisés par des salaires et des niveaux de productivité inférieurs. Un marché mondial existe cependant, sur lequel se forme, par péréquation des taux de profit, un prix unique. Cette unicité de prix, rapportée aux différences de productivité, conduit à des transferts de valeur, autrement dit à une exploitation de la périphérie par le centre. L’erreur de ce modèle consiste à confondre pays et capitaux, d’où une vision paradoxale d’une solidarité d’intérêts entre classe ouvrière et bourgeoisie des pays impérialistes, qui, pour ainsi dire, co-exploiteraient les salariés des pays dépendants. Rien d’étonnant à ce que l’on ait pu à l’époque parler de « nations prolétaires », ce qui conduit à un glissement étonnant, puisque le radicalisme de la théorie de l’échange inégal tend à retrouver l’idée de nationalisme anti-impérialiste.

Ce panorama rapide effleure la richesse et le foisonnement des débats. La critique principale que l’on peut adresser aux versions radicalisées des théories de la dépendance est d’avoir fait obstacle à la compréhension des processus d’industrialisation qui se développent dans les années soixante. En effet, dans plusieurs pays capitalistes dépendants, comme le Mexique, l’Argentine ou le Brésil en Amérique latine, la Corée ou l’Inde en Asie, l’Algérie ou la Côte d’Ivoire en Afrique, des processus d’industrialisation ont lieu jusqu’au début des années 1970. Pendant cette période, les taux de croissance atteints en moyenne dans les pays du Sud sont équivalents, voire supérieurs, à ceux des pays impérialistes.

Les versions extrêmes des théories de la dépendance ne permettent donc pas de comprendre correctement la réalité d’un développement local fondé sur la croissance des industries de substitution remplaçant progressivement les biens importés. Cette vision unilatérale des choses renvoie à un rôle excessif accordé à la sphère de la circulation et popularise l’image de pays dont la richesse est continuellement pompée de l’extérieur, avec une tendance symétrique à exagérer l’importance de ces transferts pour les pays impérialistes.

[1] John Hobson, Imperialism (1902). En ligne, < http://goo.gl/umKMvL

[2] Marx et Engels, Le manifeste du Parti communiste (1847), < http://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000.htm >

[3] Le Capital, Editions Sociales, Livre III, tome VI, p.341.

[4] idem, p.250.

[5] idem, p.251.

[6] Le Capital, Livre III, tome VI, p.314.

[7] L’accumulation du capital (1913), Petite Collection Maspero, Oeuvres IV, p.25.

[8] L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, Editions de Moscou, p.113.

[9] Idem, p.114.

[10] voir L’économie mondiale et l’impérialisme, Anthropos 1967.

[11] Theotonio Dos Santos, « The structure of dependence », American Economic Review, mai 1970, http://goo.gl/hw6ftY

[12] Andre Gunder Frank, Capitalisme et sous-développement en Amérique latine, Maspero, 1968.

[13] Samir Amin, L’accumulation à l’échelle mondiale, Anthropos Paris/IFAN Dakar, 1970,

14] Pierre Jalée, Le Pillage du Tiers monde, Maspero, 1965 ; Le Tiers Monde dans l’économie mondiale, Maspero 1968 ; traduction anglaise : The Third World in World Economy, Monthly Review Press, 1969, http://goo.gl/QuL8Pc

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici