Brésil : Contre Bolsonaro dans les rues et dans les urnes

Claudio Katz, ALAI, 10/05/2018

Si les deux candidats qui arriveront au scrutin sont confirmés, presque toute la gauche du Brésil soutiendra Hadad contre Bolsonaro. Les raisons de cette décision sont évidentes pour tout militant démocrate ou social. Mais cette définition a donné lieu en Argentine à certaines déclarations suggérant une abstention [1] .

Les arguments sont similaires à ceux exposés lors d’autres élections en Amérique latine, où les différences entre les présidents potentiels étaient plus floues. La dénonciation de ces similitudes et le rejet de la démission devant le « moindre mal » ont provoqué le vote blanc. Maintenant, la même position est répétée, sans se rendre compte de ce que Bolsonaro implique.

L’ancien capitaine manifeste publiquement sa défense des dictateurs, des tortionnaires et des assassins de prisonniers politiques. Il exige l’élimination des droits des travailleurs et des expositions sans honte de leurs attitudes machistes, homophobes et péjoratives à l’égard des Noirs et des peuples autochtones. Reprenez les fantômes de l’anticommunisme pour soutenir la main dure contre les opposants. Despotrica contre les syndicats, demande l’annulation de la prime et applaudit la flexibilisation du travail.

Tout indique qu’il ne restera pas dans les mots. Anticipant sur son ignorance d’un verdict défavorable lors des scrutins et ses proches proposant l’intervention de l’armée si Haddad accède à la présidence. Il est soutenu dans la formule par un général à la retraite qui prétend que la tutelle militaire perpétue le coup d’État institutionnel.

Bolsonaro s’accorde avec le déploiement de troupes dans les favelas et avec la déclaration de l’état de siège contre la grève des camionneurs. Ses discours sont en accord avec le climat entourant l’assassinat de Marielle Franco et la fusillade des militants accompagnant Lula.

La figure la plus réactionnaire des dernières décennies encourage également la déréglementation de la possession d’armes, afin de légitimer l’accaparement des terres sous la menace des armes. Cela exige plus de coercition dans le pays qui abrite la troisième population carcérale du monde et qui subit en moyenne 175 meurtres par jour.

Pouvez-vous mettre ce fan de droite avec le candidat PT dans le même avion? La victoire de Bolsonaro aurait-elle les mêmes conséquences que le triomphe de Haddad? Les partisans de la comparaison évitent de répondre à ces questions.

Le danger en vue

Les auteurs du vote blanc estiment que Bolsonaro est « considéré comme un aventurier fasciste et un provocateur du grand capital » [2] . Mais ils ne clarifient pas s’ils partagent cette évaluation. Ils ne définissent pas non plus si cette description tempère la menace posée par la conversion du capitaine en chef exécutif. S’il est accepté que cet individu puisse glisser vers une forme de fascisme, le vote blanc est un suicide.

Le danger que Bolsonaro implique est reconnu dans tous les appels à le combattre par des mobilisations unitaires. Ces appels seraient redondants s’il était équivalent à Haddad. Comme il est évident que les deux candidats se situent dans des pôles opposés, aucun sympathisant de gauche ne doute de la localisation.

Quel est l’intérêt de mener une bataille dans les rues, quelle que soit la pièce sombre? Doit-on répudier le répresseur en premier et proclamer l’indifférence dans le second? Les mobilisations ne cherchent pas précisément à empêcher sa victoire aux élections?

Le principal argument contre le vote de Haddad est le programme et la trajectoire procapitaliste du PT. On estime que cela va répéter (ou accentuer) la politique économique régressive mise en œuvre par Dilma. Tenant compte de ce contexte, certaines organisations de gauche présentent leurs propres candidats au premier tour. Mais ce qui est discuté maintenant n’est pas cette différenciation, mais la position devant le bulletin de vote.

Les sponsors potentiels de l’abstention énumèrent les capitulations du PT contre la droite. Rappelez-vous, par exemple, qu’avant le coup, Temer avait secondé Dilma. Mais l’incohérence contre le fascisme n’est pas la même chose que l’incarnation de ce malheur. Il est très différent d’hésiter, de se réconcilier ou de craindre devant l’ennemi que de partager son rôle. Ignorer les différences entre Haddad et Bolsonaro peut mener à une horreur du non-retour.

Une autre justification pour refuser le vote au PT est ce qui s’est passé lors de diverses élections en Amérique latine. En particulier, les cas de Macri-Scioli ou de Moreno-Lasso ont provoqué de grandes divergences [3] . Mais vous n’avez pas à comparer les poires aux pommes. Chaque élection nécessite une évaluation spécifique. L’absence de règle générale est corroborée par la trajectoire même des critiques actuels du PT, qui ont voté pour Lula lors de ses premières présentations.

Le scrutin avec Bolsonaro montre certaines similitudes avec la récente élection du dauphin d’Uribe en Colombie. Ce résultat a renforcé la campagne d’assassinats de militants, que les paramilitaires consomment avec la protection de l’État. Depuis la signature des accords de paix avec les FARC, 385 dirigeants sociaux ont été assassinés. Il y a peu de choses qui se jouent dans ce type d’élections.

Bolsonaro n’est pas un néolibéral par rapport aux nombreux essaims d’Amérique latine. Encouragez une variante extrême de ce modèle. Son ministre de l’économie serait un banquier célèbre (Paulo Guedes), qui avait déjà annoncé l’approfondissement des réformes du marché du travail et des retraites initiées par Temer. Il aspire à consolider le pouvoir des 10% de privilégiés qui concentrent 43% de la richesse nationale.

Le gendarme troglodyte a déjà aligné toutes les formations du conservatisme traditionnel et se nourrit des secteurs intermédiaires qui ont soutenu le coup d’État contre Dilma. Son ascension électorale illustre la radicalisation réactionnaire de ce segment, furieux des réformes chaleureuses suggérées par le PT. Non seulement ils favorisent une grande revanche contre les syndicats. Ils attaquent les pauvres qui ont osé relever la tête, dans un pays marqué par des règles de soumission développées au cours du passé esclavagiste.

Bolsonaro encourage la criminalisation des sans-abri. Alors que la fin de la dictature avait été négociée au Brésil sans imposer de pénalité à l’armée, celle-ci a ouvert la voie aux éloges des gendarmes.

Leur rhétorique affreuse devrait aboutir à définir un vote pour le PT dans le bulletin de vote. Ce choix n’implique pas l’approbation des positions de Haddad, mais le rejet de l’arrivée de Bolsonaro. Ce n’est pas la même chose d’évaluer les potentialités fascistes de cet homme des cavernes dans la plaine que de s’occuper de ses abus depuis la présidence.

Après tant d’expériences, il est inadmissible d’associer les deux options qui contesteraient le deuxième tour. Il serait désastreux de répéter l’erreur commise par les communistes allemands, qui ont sous-estimé le nazisme et assimilé les opposants sociaux-démocrates au principal ennemi (les « social-fascistes »). La catastrophe qui a suivi a été mesurée dans des bains de sang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici