Canada : peut-on sortir du jeu hypocrite ?

Matthew Behrens, extraits d’un texte paru dans Rabble, 19 mars 2019

 

Comme dans toute guerre, les atrocités sont la norme et non l’aberration. Dans la guerre de terreur menée par les soi-disant démocraties occidentales depuis des décennies – bien avant le 11 septembre -, les gouvernements et les forces armées, leurs partenaires médiatiques, le soi-disant secteur du divertissement et bien d’autres ont joué le rôle des initiateurs, des complices et des accélérateurs d’une haine ardente contre tout ce qui est perçu comme musulman.

De temps en temps, il y a un choc et de la peine devant les massacres à grande échelle tels que Christchurch, les images de corps torturés à Abou Ghraib ou la photo de première page d’un enfant réfugié syrien échoué sur une plage. Mais notre attention tourne trop souvent ailleurs, car notre statu quo se définit par notre indifférence face aux souffrances quotidiennes infligées à de grands groupes de personnes sans privilège de peau blanche qui sont directement visées – ou qui sont trop facilement licenciées en tant que « dommages collatéraux » indirects – car ils sont perçus comme n’ayant aucune valeur humaine.

Normaliser la haine

La plupart du temps, des atrocités à la Christchurch, dans lesquelles l’humanité des victimes est réduite à une simple statistique, ne font guère la une des nouvelles ou ne suscitent que de la condamnation. Lorsque de telles atrocités font les manchettes, les dirigeants de pays construits sur le racisme et le génocide tentent de calmer nos coeurs en affirmant que «ce n’est pas ce que nous sommes», alors même que la politique de leur régime contribue à de tels actes indicibles.

Justin Trudeau et Donald Trump ont publié des tweets sur Christchurch, mais la politique de leur gouvernement contribue aux massacres à la Christchurch tous les jours, que ce soit par bombardement aérien, par des sanctions économiques ou par l’approbation de leurs services de sécurité d’état menace prétendument posée par les musulmans. Notamment, ni Trump ni Trudeau ne se sont sentis capables de tweeter l’été dernier quand le même nombre de personnes tuées à Christchurch ont été assassinées lors d’une frappe aérienne saoudienne contre un autobus scolaire yéménite, faisant 40 victimes et 79 blessés. Lockheed Martin, l’entrepreneur militaire que le Canada a choisi de diriger son contrat de 105 milliards de dollars, a vendu la bombe utilisée lors de l’attaque. C’est la même coalition saoudienne qui reçoit toujours 15 milliards de dollars d’armes canadiennes avec l’approbation complète de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland et Trudeau, renforçant encore le régime de massacres et de sanctions qui tue un enfant yéménite toutes les 10 minutes.

Rejeter des vies musulmanes comme politique de l’État

En Afghanistan, les frappes aériennes de l’OTAN – dans lesquelles le renseignement et le soutien logistique canadiens ont joué un rôle – ont durement frappé des mariages, des marchés et d’autres sites civils. Ainsi, le bombardement de la fête de mariage Haska Meyna dans la province de Nangarhar en juillet 2008, qui a tué 47 civils, principalement des enfants et des femmes. En novembre 2008, une autre attaque contre un mariage à Wech Baghtu a entraîné la mort de 63 personnes par une frappe aérienne de l’OTAN. En mai 2009, un bombardier américain B1 a massacré au moins 140 civils au cœur du village de Granai.

L’Irak, l’Afghanistan, la Somalie, le Pakistan, la Libye et bien trop d’autres pays sont considérés par le Pentagone et ses forces militaires alliées comme des environnements « riches en objectifs » dans lesquels le massacre illégal par drone ou par d’autres moyens est le droit présumé de ceux qui menez cette croisade suprémaciste blanche du XXIe siècle (rappelant bien sûr l’ affirmation de George W. Bush selon laquelle « cette croisade, cette guerre contre le terrorisme va prendre un certain temps »). Ce n’est pas un hasard si le terroriste de Christchurch a utilisé exactement le même langage – « cible riche » – pour décrire les fidèles de la Nouvelle-Zélande qu’il avait l’intention d’effacer.

« Plus de 6 000 manifestants non armés ont été abattus par des tireurs d’élite militaires, semaine après semaine, sur les lieux de la manifestation près de la barrière de séparation », a conclu la Commission d’enquête indépendante sur les manifestations de 2018 à Gaza dans son rapport du 28 février, qui ne portait pas une seule bannière. La commission a ensuite rapporté que «  189 Palestiniens ont été tués lors des manifestations à l’intérieur de cette période. La Commission a constaté que les forces de sécurité israéliennes avaient tué 183 de ces manifestants avec des balles réelles. Trente-cinq de ces décès étaient des enfants, trois des ambulanciers paramédicaux clairement identifiés et deux des journalistes clairement identifiés Selon l’analyse des données de la Commission, les forces de sécurité israéliennes ont blessé 6106 Palestiniens avec des balles réelles sur les lieux de la manifestation au cours de cette période.

Ce que Trudeau devrait faire

 

  • Pour commencer, il pourrait annuler l’arrêté de déportation qui pèse sur le réfugié d’Ottawa Mohamed Harkat depuis des années. S’il est renvoyé en Algérie, Harkat s’expose à la torture. Une ordonnance similaire en attente contre Mohammad Mahjoub, de Toronto, devrait également être annulée, et tous ceux qui ont passé des années en détention sous le « certificat de sécurité » islamophobe devraient être indemnisés pour la perte de leurs vies et de leur réputation.
  • De même, le gouvernement Trudeau doit cesser de lutter contre Abousfian Abdelrazik, deMontréal, et lui fournir des excuses et une indemnisation pour la torture subie au Soudan avec la complicité du SCRS.
  • Trudeau pourrait également ordonner une enquête publique sur le rôle de son ministre de la guerre, Harjit Sajjan dans participation à des activités pouvant être considérées comme des crimes de guerre. Alors que les États-Unis ont refusé l’entrée aux enquêteurs de la Cour pénale internationale (CPI), Trudeau et Sajjan ont passé toute leur mandat à balayer sous le tapis l’héritage sanglant du Canada en Afghanistan, où des centaines de personnes ont été sciemment transférées à la torture. L’ancien député Craig Scott a adressé une volumineuse pétitionà la CPI et attend d’être informé sur le suivi éventuel. Trudeau pourrait accélérer ce processus en exigeant la transparence et une divulgation complète.
  • Trudeau et Freeland pourraient tenir leur parole pour respecter l’état de droit et un ordre international fondé sur des règles en demandant la fermeture immédiate du camp de concentration de Guantanamo Bay et en indemnisant également ceux qui y ont été victimes, tels que Mohamedou Slahiet Djamel Ameziane .
  • Trudeau doit abroger C-51 (la loi antiterroriste Harper qu’il appuyait dans l’opposition) ainsi que C-59, la prolongation du projet de loi C-51 actuellement au Sénat qui continue de libérer davantage les agences de sécurité de l’État dont les mandats sont racistes.
  • Trudeau devrait dénoncer les violations brutales des droits de l’homme du régime égyptien d’ Abdel Fattah el-Sisi, qui a emprisonné plus de 100 000 prisonniers politiques, et exiger la libération immédiate du Canadien récemment détenu, Yasser Ahmed Albaz.
  • Trudeau et le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, pourraient émettre des directives très strictes pour mettre fin au profilage racial dans les mosquées et les aéroports, mettre fin à la pratique dangereuse du SCRS consistant à surveiller les bureaux, mosquées et visites à domicile de personnes de confession musulmane, à mettre fin au rôle des informateurs de la GRC et du SCRS pour créer de sinistres complots conçus pour piéger des musulmans vulnérables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici