La crise diplomatique entre l’Arabie saoudite et le Canada va durer

Jillian Kestler-D’Amours, Al Jazeera, 9 août 2018

La décision de l’Arabie saoudite d’expulser l’ambassadeur du Canada, de rappeler des milliers d’étudiants qui étudient dans le pays d’Amérique du Nord et de suspendre les échanges commerciaux avec Ottawa a pris de court cette semaine.

Les autorités saoudiennes ont évoqué une série de tweets, dans lesquels le ministère des Affaires étrangères du Canada avait appelé à la libération des militants des droits de l’homme saoudiens emprisonnés, en raison de la flambée diplomatique en cours.

Mais les experts disent que la réponse saoudienne concerne moins les déclarations du Canada que la volonté de de Riyadh d’avertir les autres pays des conséquences de s’exprimer contre sur dossier des droits de l’homme du royaume.

« Il est clair que [le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman ] utilise le Canada pour envoyer un message au reste du monde selon lequel si vous voulez commercer avec l’Arabie saoudite, vous devez vous taire sur les droits humains », a déclaré Nader Hashemi. Directeur du Centre d’études sur le Moyen-Orient de l’Université de Denver.

Hashemi a déclaré que la cause première de la crise diplomatique avec le Canada était Ben Salman lui-même.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, MBS a cherché à se faire passer pour un réformiste dans son pays, tout en instaurant des politiques plus agressives à l’étranger.

Il a été accusé d’être « l’architecte » de la guerre dévastatrice au Yémen qui a conduit à une crise humanitaire, imposé un blocus au Qatar , arrêté des dizaines de membres de la famille royale saoudienne et contraint le Premier ministre libanais Saad Hariri à démissionner .

Le conflit avec le Canada est la manière dont Ben Salman établit de nouvelles règles sur la manière dont les pays traitent avec l’ Arabie saoudite , a déclaré Hashemi. « MBS a tracé une ligne dans le sable. »

L’étincelle

Lundi, l’Arabie saoudite a accusé le Canada « d’ingérence flagrante » dans les affaires du pays, après que Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada, a appelé à « la libération immédiate » du défenseur des droits humains saoudien Samar Badawi.  Le frère de Badawi, le blogueur Raif Badawi, est également emprisonné en Arabie saoudite. Sa femme et ses enfants vivent dans la province canadienne du Québec et ont récemment obtenu la citoyenneté canadienne.

« C’est un affront majeur et inacceptable aux lois et au processus judiciaire du Royaume, ainsi qu’une violation de la souveraineté du Royaume », a déclaré le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué .

« Le Royaume considère la position du Canada comme un affront au Royaume qui nécessite une réponse énergique pour empêcher toute partie de tenter de se mêler de la souveraineté saoudienne. »

Cependant, les commentaires du Canada n’étaient pas particulièrement inhabituels, a déclaré Thomas Juneau, professeur adjoint à l’Université d’Ottawa qui se spécialise dans la politique au Moyen-Orient. Au lieu de cela, les tweets devraient être vus comme « l’étincelle qui a allumé le feu » sur la frustration saoudienne déjà à maturité avec le Canada, a déclaré Juneau à Al Jazeera.

Cela est dû en grande partie au débat sur un accord de 11 milliards de dollars (15 milliards de dollars canadiens) avec les Saoudiens, qui, bien que conçu et approuvé par son prédécesseur, a été signé par le gouvernement du premier ministre canadien Justin Trudeau en 2016.

Trudeau a été contraint de défendre l’accord depuis lors, alors que des groupes canadiens de défense des droits de la personne et des médias ont posé des questions incessantes sur la façon dont les autorités saoudiennes prévoient utiliser les véhicules blindés légers (VBL) que le Canada fournira.

Pour les Saoudiens, cette couverture a provoqué « une frustration et une irritation » au cours des deux dernières années, a déclaré Juneau. « Ils espéraient que le gouvernement canadien adopterait une approche beaucoup plus proactive pour défendre et promouvoir les relations avec l’Arabie saoudite, ce qui ne s’est absolument pas produit », a-t-il déclaré.

Les Saoudiens rejettent la médiation

L’Arabie saoudite a donné un mois aux étudiants saoudiens qui étudient au Canada pour quitter le pays, promettant de les placer dans d’autres écoles à l’étranger ou en Arabie saoudite.

En 2015, 11 650 étudiants saoudiens étaient inscrits à des programmes d’études à long terme au Canada, selon un rapport préparé pour le ministère des Affaires étrangères du Canada. 5 622 autres étudiants saoudiens à court terme étaient au Canada la même année.

L’Arabie saoudite a rappelé son propre représentant à Ottawa, a suspendu tout commerce avec le Canada, et les autorités saoudiennes ont également annoncé leur intention de transférer tous les patients saoudiens dans les hôpitaux canadiens vers d’autres établissements médicaux à l’extérieur du pays.

Le gouvernement saoudien a également mis en place des « salles d’opération » à Ottawa et à Riyad pour soutenir ses citoyens au Canada, a-t-il ajouté.

L’agence de presse Reuters a indiqué que le Canada cherchait à obtenir une médiation par l’intermédiaire des Émirats arabes unis et du Royaume-Uni, mais le ministre des Affaires étrangères d’Arabie saoudite, Adel al-Jubeir, a publiquement rejeté ces efforts.

« Il n’y a rien à négocier. Une erreur a été commise et une erreur doit être corrigée », a déclaré al-Jubeir à la presse à Riyad.

La crise ne devrait pas se terminer bientôt

Mercredi également, l’ambassade saoudienne au Canada a  tweeté que le gouvernement «envisage de mettre en œuvre des mesures supplémentaires contre le Canada», mais cela n’a pas été plus détaillé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here