Le Canada ne mérite pas l’appui de l’Afrique à l’ONU

0
49

Yves Engler, extraits d’un texte paru dans Canadian Dimension, 10 juin 2020

 

Dans le cadre de sa candidature à un siège de deux ans au sein de l’organe décisionnel le plus puissant des Nations Unies, le Premier ministre du Canada a appelé les dirigeants du Ghana, du Soudan, de la Namibie, du Libéria, du Botswana, du Mozambique et de l’Ouganda au cours du dernier mois. En février, il a assisté au Sommet de l’Union africaine en Éthiopie et juste avant la pandémie, Trudeau a présenté sa candidature pour la candidature du Canada aux diplomates africains à Ottawa. Mais les actions sont plus éloquentes que les mots, et le gouvernement du Premier ministre a soutenu les sociétés minières controversées, les politiques climatiques douteuses et une guerre qui s’est répandue dans divers pays du continent. Justin Trudeau a également déformé l’héritage de son père en Afrique.

En 2017, Affaires mondiales Canada a jeté son poids diplomatique derrière l’entreprise minière la plus controversée du Canada dans le pays où elle a commis certains de ses pires abus. Entre 2006 et 2016, 65 personnes ont été tuées et des centaines blessées par les forces de sécurité payées par Barrick Gold à sa mine North Mara en Tanzanie. Avec la filiale de Barrick, Acacia Mining, impliquée dans un conflit avec le gouvernement au sujet de centaines de millions de dollars d’impôts et de redevances impayés, le Haut-commissaire du Canada a organisé une réunion entre le président exécutif de Barrick, John Thornton, et le président tanzanien, John Magufuli. Après avoir accompagné la tête de Barrick à la rencontre de Dar es Salaam, Ian Myles, directeur général en charge de l’Afrique australe et orientale à Affaires mondiales Canada, a déclaré à la presse«Le Canada est très fier de s’attendre à ce que toutes ses entreprises respectent les normes les plus élevées, l’équité et le respect des lois et de la responsabilité sociale des entreprises. Nous savons que Barrick est très attaché à ces valeurs. »

Le gouvernement Trudeau a accordé diverses formes de soutien à l’industrie minière, qui a été impliquée dans des dizaines de conflits à travers le continent. Au cours de son voyage au sommet susmentionné de l’Union africaine en Éthiopie, Trudeau a annoncé des négociations sur un accord de promotion et de protection des investissements étrangers (APIEP) en grande partie conçu pour consolider la position des intérêts miniers canadiens. Quelques jours plus tard, le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne a assisté à un événement au Sénégal où Teranga Gold et Barrick Gold ont reçu des licences pour des projets.

Bien qu’il fasse la promotion des intérêts miniers, le gouvernement Trudeau n’a pas tenu sa promesse de freiner le secteur minier international controversé du Canada. Malgré que cinq organismes des Nations Unies aient demandé à Ottawa de tenir les sociétés minières responsables de leurs opérations internationales, les libéraux ont récemment créé un médiateur pour une entreprise responsable sans pouvoir refuser le soutien diplomatique ou à Exportation et développement Canada d’entreprises jugées responsables de violations graves des droits.

De la désertification de la région du Sahel à l’élévation du niveau de la mer dans les zones côtières fortement peuplées d’Afrique de l’Ouest, le changement climatique est une condamnation à mort pour un nombre toujours croissant d’Africains. Dans une profonde injustice, la plupart des personnes les plus touchées par les perturbations climatiques ont émis des niveaux relativement faibles d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Les émissions de GES par habitant dans de nombreux pays africains représentent une infime fraction du taux canadien . Parmi les plus grands émetteurs par habitant au monde, le Canada est en passe d’émettre beaucoup plus de GES qu’il n’en avait convenu dans l’Accord de Paris de 2015 et les accords climatiques précédents. Le gouvernement Trudeau a supervisé une augmentation de 15 millions de tonnes en 2018, puis a décidé d’acheter un énorme pipeline de sables bitumineux. En mars 2017, Trudeaua déclaré à des dirigeants du secteur du pétrole à Houston, « aucun pays ne trouverait 173 milliards de barils de pétrole dans le sol et les laisserait simplement là ». L’extraction de 173 milliards de barils de pétrole des sables bitumineux canadiens à forte intensité de carbone entraînerait un nombre toujours plus grand des plus vulnérables d’Afrique en bordure.

Avant de devenir premier ministre, Trudeau a également soutenu la guerre de 2011 menée par l’ OTAN contre la Libye . L’Union africaine s’est vigoureusement opposée à la campagne de bombardements, arguant qu’elle pourrait déstabiliser les pays voisins. En effet, la violence en Libye s’est rapidement répandue vers le sud jusqu’au Mali et dans une grande partie de la région du Sahel.

Dans son discours aux diplomates africains à Ottawa juste avant la pandémie, le Premier ministre a cité l’héritage de son père sur le continent. Sans surprise, il a ignoré l’indifférence de Pierre Trudeau face à la violence portugaise – alimentée par les armes du programme d’entraide du Canada et de l’OTAN – contre les mouvements de libération en Angola, au Mozambique et en Guinée-Bissau. Plus controversé, il a fallu plus d’une décennie après que Trudeau a été élu premier ministre de son gouvernement pour abroger l’accord commercial Canada-Afrique du Sud. En 1979, Ottawa a mis fin aux taux de droits préférentiels au régime d’apartheid, mais il s’agissait autant d’une décision économique⁠ (la balance commerciale favorisait l’Afrique du Sud) que d’une réprimande pour ses politiques racistes. En octobre 1982, le gouvernement Pierre Trudeau a obtenu 4,91% des voix, ce qui a permis aux puissances occidentales de gagner 51 minces. Majorité de 9% en faveur de la demande de l’Afrique du Sud d’un crédit du Fonds monétaire international d’un milliard de dollars. 68 membres du FMI se sont opposés au prêt, tout comme 121 pays lors d’un vote non contraignant à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Lors d’une réunion du Commonwealth en 1977, Pierre Trudeau a esquivé les questions de la presse sur l’Afrique du Sud post-Soweto, suggérant que le régime brutal d’Idi Amin en Ouganda devrait être discuté avec l’Afrique australe. Mais, six ans plus tôt, le gouvernement Trudeau soutenait passivement le putsch soutenu par Amin contre le chef de l’indépendance Milton Obote, qui avait nationalisé certaines entreprises canadiennes. Le gouvernement a répondu aux demandes de renseignements des députés de l’opposition au Parlement sur l’évolution de la situation en Ouganda et si le Canada accorderait la reconnaissance diplomatique au nouveau régime militaire. Moins d’une semaine après la destitution d’Obote, le ministre des Affaires extérieures, Mitchell Sharp, et le premier ministre Trudeau ont laissé passer ces occasions de dénoncer l’usurpation du pouvoir par Amin.