Le post-capitalisme est-il déjà là?

0
44
Yanis Varoufakis, Nueva Sociedad, septembre 2020

La pandémie a renforcé ce qui sape les fondements du capitalisme depuis 2008: le lien entre profits et accumulation de capital. La crise actuelle a révélé une économie post-capitaliste dans laquelle les marchés des biens et services réels ne coordonnent plus la prise de décision économique, la technostructure actuelle (qui comprend la Big Tech et Wall Street) manipule le comportement à l’échelle industrielle et le demos est exclu de nos démocraties.

 

Le 12 août, quelque chose d’extraordinaire s’est produit. La nouvelle a éclaté que, au cours des sept premiers mois de 2020, l’économie britannique avait subi sa plus forte contraction de l’histoire (une baisse du revenu national de plus de 20%). La Bourse de Londres a réagi avec une hausse du FTSE 100 (son principal indice boursier) de plus de 2%. Le même jour, alors que les États-Unis commençaient à ressembler à un État en faillite, et pas seulement à une économie en difficulté, l’indice S&P 500 a atteint un sommet sans précédent.

Certes, les marchés financiers récompensent depuis longtemps les résultats qui augmentent la misère. Les mauvaises nouvelles pour les travailleurs d’une entreprise – les licenciements planifiés, par exemple – sont souvent de bonnes nouvelles pour ses actionnaires. Mais lorsque de mauvaises nouvelles ont frappé simultanément la plupart des travailleurs, les marchés boursiers ont toujours chuté, en raison de l’attente raisonnable que, lorsque la population s’est repliée, tous les revenus, et donc les gains moyens et les dividendes, ils seraient compressés. La logique du capitalisme n’était pas jolie, mais elle était compréhensible.

Pas plus. Il n’y a pas de logique capitaliste pour les événements qui ont culminé le 12 août. Pour la première fois, une attente généralisée de baisse des revenus et de rentabilité a conduit à une frénésie d’achat soutenue à Londres et à New York – ou du moins ne l’a pas empêchée. Et ce n’est pas parce que les spéculateurs parient que les économies du Royaume-Uni et des États-Unis ont atteint un creux, ce qui en fait le moment idéal pour acheter des actions. Non, pour la première fois dans l’histoire, les financiers ne se soucient pas du tout de l’économie réelle. Ils voient que COVID-19 a placé le capitalisme en animation suspendue. Ils voient les marges bénéficiaires disparaître. Ils voient le tsunami de la pauvreté et ses effets à long terme sur la demande globale.

Les spéculateurs voient tout cela, mais le considèrent comme non pertinent. Et ils n’ont pas tort. Depuis que le COVID-19 est entré en collision avec l’énorme bulle que les gouvernements utilisent pour relancer le secteur financier depuis 2008, l’explosion des marchés boursiers est devenue compatible avec une implosion économique massive. Ce fut un moment historiquement significatif, marquant une transition subtile mais perceptible du capitalisme à un type particulier de post-capitalisme.

Mais commençons par le début.

Avant le capitalisme, la dette apparaissait à la fin du cycle économique. Dans la féodalité, la production venait en premier. Les paysans travaillaient les champs des seigneurs et la distribution venait après la récolte, lorsque le shérif récupérait la partie qui correspondait au seigneur. Une partie de ces frais a ensuite été monétisée lorsque le seigneur l’a vendue. Ce n’est qu’alors que la dette est née, lorsque le seigneur a prêté de l’argent aux emprunteurs (souvent même au roi).

Le capitalisme a renversé l’ordre. Une fois le travail et la terre commercialisés, la dette était nécessaire avant même que la production ne commence. Les capitalistes sans terre ont dû s’endetter pour louer des terres, des travailleurs et des machines. Les conditions de ces baux déterminent la distribution des revenus. Ce n’est qu’alors que la production peut commencer, générant des revenus dont le résidu est le profit des capitalistes. Par conséquent, la dette a alimenté la promesse précoce du capitalisme. Mais ce n’est qu’au cours de la deuxième révolution industrielle que le capitalisme a pu remodeler le monde à son image.

L’électromagnétisme a donné naissance aux premières sociétés de réseau, qui ont tout produit, des centrales électriques et du réseau électrique aux ampoules pour chaque pièce. Les besoins de financement colossaux de ces entreprises ont engendré la mégabanque, ainsi qu’une capacité considérable à créer de l’argent à partir de rien. L’agglomération des méga-firmes et des méga-banques a créé une technostructure qui a usurpé les marchés, les institutions démocratiques et les médias, conduisant d’abord aux «folles années 1920», puis à la crise de 1929.

De 1933 à 1971, le capitalisme mondial a été planifié de manière centralisée sous différentes reproductions du cadre de gouvernance du New Deal, y compris l’économie en guerre et le système de Bretton Woods. Ce cadre ayant été détruit au milieu des années 70, la technostructure, déguisée en néolibéralisme, a retrouvé ses pouvoirs. Puis vint un barrage d ‘«exubérance irrationnelle» à la manière des années 1920, culminant avec la crise financière mondiale de 2008.

Pour renflouer le système financier, les banques centrales ont canalisé des vagues de liquidités très bon marché dans le secteur financier, en échange d’une austérité budgétaire universelle qui limitait les dépenses des ménages à revenu faible ou intermédiaire. Incapables de bénéficier de consommateurs frappés par l’austérité, les investisseurs sont devenus dépendants des injections constantes de liquidités des banques centrales, une dépendance aux effets secondaires graves pour le capitalisme lui-même.

Considérez la réaction en chaîne suivante: la Banque centrale européenne donne à la Deutsche Bank de nouvelles liquidités à un taux d’intérêt presque nul. Pour en profiter, la Deutsche Bank doit prêter cet argent, mais pas aux «pauvres» dont la détérioration de la situation a affaibli leur capacité de payer. Il le prête donc, par exemple, à Volkswagen, qui regorge déjà d’économies car ses dirigeants, craignant une demande insuffisante de voitures électriques neuves de haute qualité, ont reporté des investissements cruciaux dans les nouvelles technologies et des emplois bien rémunérés. Bien que les patrons de Volkswagen n’aient pas besoin de cet argent supplémentaire, la Deutsche Bank leur offre un taux d’intérêt si bas qu’ils le prennent et l’utilisent immédiatement pour acheter des actions Volkswagen. Naturellement, le cours de l’action monte en flèche, et avec lui,

De 2009 à 2020, ces pratiques ont aidé à dissocier les cours des actions de l’économie réelle, entraînant une «zombification» généralisée des entreprises. C’est ainsi qu’était le capitalisme lorsque Covid-19 est arrivé. En affectant à la fois la consommation et la production, la pandémie a contraint les gouvernements à remplacer les revenus à un moment où l’économie réelle était la moins à même d’investir dans la création de richesses non financières. En conséquence, les banques centrales ont été invitées à stimuler davantage la bulle de la dette qui avait déjà «zombifié» les entreprises.

La pandémie a renforcé ce qui sape les fondements du capitalisme depuis 2008: le lien entre profits et accumulation de capital. La crise actuelle a révélé une économie post-capitaliste dans laquelle les marchés des biens et services réels ne coordonnent plus la prise de décision économique, la technostructure actuelle (qui comprend la Big Tech et Wall Street) manipule le comportement à l’échelle industrielle et le demos est exclu de nos démocraties.