L’impérialisme à l’ère de l’anthropocène

John Bellamy Foster, Hannah Holleman et Brett Clark, extrait d’un texte paru dans Monthly Review, 1er juillet 2019

L’Anthropocène – terme qu’on dit « inventé » par Paul Crutzen et Eugene Stoermer en 2000, représente une rupture quantitative et qualitative avec toutes les époques géologiques précédentes. Des changements qui se sont déjà produits depuis des millions d’années, se produisent maintenant au cours de décennies, voire au maximum de siècles, du fait de l’action humaine. À cet égard, l’Anthropocène constitue une rupture marquée par rapport à la période relativement stable de l’Holocène des 11 000 à 12 000 dernières années, à la fin de la dernière période glaciaire. Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que la force principale derrière l’urgence planétaire est la croissance exponentielle de l’économie mondiale capitaliste. Le capitalisme, ou système d’accumulation de capital basé sur l’exploitation de classe et conforme aux lois du mouvement imposées par la concurrence du marché, ne reconnaît aucune limite à sa propre expansion. Dans ce système, l’environnement planétaire n’est pas considéré comme un lieu avec des limites inhérentes à la vie humaine, ainsi que pour les autres espèces de la Terre, mais plutôt comme un domaine à exploiter dans un processus de croissance économique croissante dans l’intérêt d’une appropriation privée sans milite.
L’impérialisme tardif et l’anthropocène
Selon Samir Amin, les profits extra-élevés tirés de la rente impérialiste tirée de la périphérie ou du Sud au cours de la production marchande ont toujours pris deux formes: (1) les transferts de valeur d’échange et (2) les transferts de valeur d’usage . Ces derniers peuvent être vus comme un processus d’impérialisme écologique dans lequel l’extraction de ressources a souvent dévasté les pays pauvres confrontés à l’expropriation (appropriation sans équivalent ni réciprocité) des « dons gratuits de la nature au capital ». sur leurs territoires. Selon la Banque du Ghana, sur les 5,2 milliards de dollars d’or exportés par des intérêts miniers appartenant à des intérêts étrangers du Ghana [de 1990 à 2002], le gouvernement n’a reçu que 68,6 millions de dollars de paiements de redevances. En d’autres termes, le gouvernement a reçu moins de 1,7% des rendements mondiaux de son propre or. Bien que l’or soit un exemple particulièrement spectaculaire, ce pillage est un phénomène général présent à divers degrés dans la quasi-totalité des ressources naturelles. Le résultat est d’imposer d’énormes pertes écologiques et économiques aux pays pauvres et dépendants. Dans sa phase la plus récente depuis les années 1970, le système impérialiste a pris la forme de la domination croissante du capital financier monopoliste, qui représente un niveau élevé de mondialisation de la production sous la forme de chaînes mondiales de produits de base.
Ces chaînes mondiales de produits sont intégrées à un transfert accéléré des ressources physiques en matières premières des pays pauvres aux pays riches. 40% de l’extraction totale mondiale de matières premières a pour but de permettre le commerce dans d’autres pays.
Les changements climatiques anthropiques induits principalement par les émissions cumulatives de dioxyde de carbone depuis la révolution industrielle ont obligé la communauté mondiale à adopter un budget climatique implicite basé sur des limites d’émissions de carbone, déterminées par les niveaux maximum acceptables de concentration de carbone dans l’atmosphère. Cela signifie qu’il faut trouver un moyen de revenir à 350 parties par million (ppm) de la concentration actuelle de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, tout en restant à tout prix au-dessous de 450 ppm. L’objectif est de limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale par rapport aux niveaux préindustriels à 1,5 ºC. Conformément à ces paramètres, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a récemment appelé à des émissions nettes de carbone zéro d’ici 2050, ce qui donnerait au moins 50% de chances de limiter l’augmentation des températures moyennes mondiales à 1,5 ºC .
À l’heure actuelle, plus de 60% du carbone autorisé dans le cadre de ce budget – si le monde veut simplement rester en deçà d’une augmentation de la température moyenne mondiale de moins de 2 ° C (équivalant à 450 ppm) – a été projeté dans l’atmosphère. Les États-Unis, le Canada, l’Europe (et l’Eurasie), le Japon et l’Australie sont responsables de 61% de ces émissions, contre 13% pour la Chine et l’Inde.
La complexité des conditions climatiques et la multiplicité des dangers liés aux changements climatiques abrupts suggèrent que, si les pays pauvres du Sud connaîtront des effets catastrophiques, les menaces qui pèsent sur les pays du Nord ne sont nullement négligeables. Néanmoins, le facteur le plus important dans la détermination des résultats différentiels est sans aucun doute le facteur social, lié à l’augmentation de la richesse et, partant, à l’accès aux ressources du Nord.
Pour l’impérialisme, la principale préoccupation est liée au fait que les vulnérabilités dans le Sud peuvent créer de nouveaux problèmes de sécurité globale. Dans le cas des États-Unis, la nouvelle stratégie globale de l’administration Donald Trump consiste à « dominer » l’énergie à travers l’expansion de la production de combustibles fossiles et son utilisation pour accroître son pouvoir géopolitique et géoéconomique. Ce repositionnement stratégique de l’impérialisme à l’ère de l’anthropocène se traduit par une course au contrôle des ressources naturelles, notamment dans deux domaines : les combustibles fossiles et l’eau.
Impérialisme énergétique
L’approche générale dans la communauté militaire et stratégique des États-Unis est de considérer le changement climatique comme un « multiplicateur de menaces », associé à des faits tels que l’instabilité politique, les effets négatifs sur les prix et la disponibilité des denrées alimentaires, les pénuries d’eau et d’énergie, la propagation de maladies, les migrations massives, la perturbation du transport maritime, l’effondrement économique dans les pays vulnérables et des menaces accrues pour les chaînes d’approvisionnement mondiales économiques, en particulier pour les matériaux stratégiques.
À cet égard, l’armée, l’État impérial et l’économie des États-Unis restent étroitement liés aux grandes entreprises américaines de combustibles fossiles. La prééminence américaine dans le contrôle de l’énergie mondiale et un engagement en faveur de l’extraction maximale de combustibles fossiles ont été placés au centre des objectifs de sécurité nationale actuels. L’administration Trump cherche à supprimer les restrictions réglementaires limitant l’expansion de l’industrie des combustibles fossiles. Cela s’est traduit par une vaste expansion de la production de combustibles fossiles et de l’infrastructure, les États-Unis devenant le premier producteur de combustibles fossiles à la fois du pétrole et du gaz naturel dans le monde. Les projets d’expansion des gazoducs et gazoducs (préconstruction et construction) en Amérique du Nord s’élèvent actuellement à 232 milliards de dollars.
Le boom des pipelines américains vise les exportations car l’expansion de l’extraction de
L’infrastructure du pipeline crée une dépendance vis-à-vis de la voie, garantissant l’investissement et le soutien à la combustion de combustibles fossiles, raccourcissant l’horizon climatique associé au trillion de tonne de carbone.
Comme Trump l’a déclaré en juin 2017: « Nous serons dominants. Nous allons exporter de l’énergie américaine dans le monde entier, dans le monde entier ». L’industrie des combustibles fossiles va sauver la « souveraineté » américaine.
L’impérialisme de l’eau
Selon Richard A. Kerr « les zones humides deviennent de plus en plus humides tandis que les zones sèches s’assèchent ». Des tempêtes plus violentes et des précipitations excessives sous la forme d’inondations augmentent les risques pour l’agriculture dans les régions humides. La menace croissante de sécheresse extrême à long terme dans de nombreuses autres régions du monde, le fait que la majorité des terres agricoles de la planète subissent des niveaux élevés de dégradation et de perte des sols et le déplacement de populations dû à de telles catastrophes écologiques anthropiques révélateur d’une nouvelle expansion de la cuvette à poussière à un rythme et à une échelle sans précédent.
Si la déforestation est un facteur bien connu du changement climatique, elle a également des effets directs sur le cycle hydrologique mondial. Les forêts sont des composantes essentielles du cycle de l’eau dans le monde. du sol via des systèmes racinaires complexes.
Dans le contexte économique impérial actuel, l’accélération et la perturbation du cycle mondial de l’eau sur la disponibilité en eau et la production alimentaire sont suffisamment graves pour que les niveaux de famine augmentent à nouveau, en particulier en Amérique latine et dans la plus grande partie de l’Afrique. Plus de 66 % de la population mondiale (4,0 milliards de personnes) vit dans une grave pénurie d’eau.
Reconnaissant le potentiel de rendement que représente le contrôle des ressources de plus en plus vitales qui diminuent, les sociétés et les investisseurs des pays riches achètent des terres agricoles étrangères et les avantages de l’eau douce qui en découlent. Au cours des dernières décennies, environ 66% de ces achats ont été effectués dans des pays fortement touchés par la faim.
Le contrôle des tours d’eau ou des glaciers de montagne et des sources d’amont, qui représentent plus de la moitié de l’eau douce de la planète, est une source de préoccupation particulière. Ces ressources en eau sont critiques sur les plans écologique, social et économique. Le contrôle de la Chine sur le plateau tibétain et le conflit potentiel avec l’Inde au sujet de projets d’infrastructure qui détournent l’eau sont particulièrement préoccupants.
Alors que la pénurie d’eau augmente et que le recul et la disparition des glaciers s’accélère sous l’effet du changement climatique, l’enjeu deviendra plus important. Plus de 1,4 milliard de personnes dépendent de l’eau des fleuves Gange, Indus, Brahmaputra, Yangtze et Jaune,
L’importance accordée à l’eau en tant qu’ « opportunité» est un thème majeur de la Stratégie mondiale de l’eau de 2017 publiée par l’administration Trump, qui souligne que «l’eau est une opportunité lucrative pour le secteur privé et un moyen d’encourager les institutions et organisations mondiales à promouvoir les meilleures politiques et approches conformes aux intérêts des États-Unis».
Extinction Rébellions
L’incapacité de placer la question de l’impérialisme dans la probl`matique de l’anthropocène au centre de l’analyse est une faiblesse du mouvement écologique occidental. On reconnaît certes que les effets du changement climatique et le franchissement des frontières planétaires en général ont les plus grands effets sur le Sud, où des millions de personnes souffrent déjà du changement climatique. Néanmoins, on semble moins comprendre que l’impérialisme, qui représente le clivage global inhérent au système capitaliste mondial, est une force active organisée contre la transition écologique,
Certes, toute tentative réaliste pour faire face à la crise de l’Anthropocène doit commencer par une critique générale du capitalisme en tant que système mettant avant tout l’accumulation de capital. Cependant, si la critique du capitalisme est le point de départ, cel ne peut pas être le point d’arrivée. Il faut reconnaître que le capitalisme dans sa forme la plus concrète, la plus intense et la plus meurtrière est le système mondial impérialiste. Il s’ensuit qu’il ne peut y avoir de transition écologique sans une confrontation avec cet impérialisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici