Ottawa, Trudeau et les « amis » israéliens

Ramzy Baroud, ramzybaroud.net, 26 décembre 2018

 

Comment expliquer la politique étrangère contradictoire du Canada vis-à-vis de la Palestine et d’Israël? Le 4 décembre, le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saeb Erekat, a loué l’engagement du Canada de ne pas suivre les traces de l’administration américaine Donald Trump en transférant son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.

Mais est-ce là un fait significatif ? Respecter le statut internationalement reconnu de Jérusalem est un engagement juridiquement contraignant au droit international. Le fait que les États-Unis aient choisi de violer la loi ne rend guère l’acte opposé héroïque en soi.

Cinq jours plus tôt seulement, le 30 novembre, le Canada s’est joint à une infime minorité d’États, dont Israël, les États-Unis, l’Australie et les Îles Marshall, pour voter « non » contre une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies intitulée «Un règlement pacifique du conflit». Question de Palestine.  » Le gouvernement canadien, a voté contre une résolution qui appelle «à un effort accru des parties… pour conclure un accord de paix final».

Rien n’illustre la politique de duplicité de Trudeau que son horrible bilan sur la Palestine. Et avant que le fan-club Trudeau ne réagisse impulsivement à l’affirmation ci-dessus, émerveillez-vous devant ce fait: au cours des 18 premiers mois de son mandat, Trudeau a voté contre 16 résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies qui critiquaient Israël.

Duplicité

Lorsque Trudeau a vaincu Harper, beaucoup ont poussé un soupir de soulagement, notamment à cause du soutien aveugle de ce dernier à Israël. Alors, Trudeau est-il vraiment différent, mérite-t-il tant d’affection au point d’adorer?

La page du site Web du gouvernement Trudeau intitulée «La politique canadienne sur les principaux enjeux du conflit israélo-palestinien» est presque une réplique exacte de celle Harper , à une exception notable près. Sur la page de Trudeau, son gouvernement reconnaît «l’expérience de réfugiés juifs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord déplacés après 1948».

Ce qui précède est une version mal interprétée de l’histoire qui a été injectée par les sionistes chaque fois que sont évoqués les droits des réfugiés palestiniens – déplacés par des militants juifs lors du nettoyage ethnique de la Palestine de 1948 -.

La toute première «question clé» pour le gouvernement Trudeau est « le soutien à Israël et à sa sécurité ». Trudeau affirme que l’évaluation des résolutions de l’ONU par son gouvernement est guidée par «sa cohérence avec les principes (canadiens)».

En plus de maintenir la même attitude anti-palestinienne à l’ONU, le 24 novembre 2015, le gouvernement Trudeau a voté contre la résolution 70/15 de l’Assemblée générale des Nations unies , qui réaffirmait «l’illégalité des colonies israéliennes dans le territoire palestinien occupé depuis 1967, notamment: Jérusalem Est. »

Un tel vote va même à l’encontre de la position déclarée du Canada sur les colonies juives illégales. Cela ne devrait cependant pas surprendre. L’hypocrisie et le double langage sont devenus un élément important de la politique étrangère du Canada. Prenez la position d’Ottawa sur le terrorisme, par exemple. Dans ses «questions clés» concernant Israël et la Palestine, le gouvernement canadien «condamne tous les actes de terrorisme», mais il précise plus tard ce que cela signifie en réalité.

«Le Canada a classé le Hamas, le Jihad Islamique Palestinien, le Hezbollah, les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa et d’autres groupes parmi les organisations terroristes», a-t-il précisé. Non seulement il n’a pas réussi à associer un groupe juif en tant que terroriste ou, du moins, à souligner la nécessité de poursuivre les criminels de guerre (en l’occurrence, les dirigeants israéliens), mais il a lié les Palestiniens et les Arabes uniquement à des actes de terrorisme. Selon cette logique, seuls les Arabes semblent capables de commettre des actes de terreur.

La campagne BDS

Mais que se passe-t-il si les Palestiniens décident d’utiliser des moyens populaires, non violents et démocratiques pour faire preuve de résistance? Ils l’ont fait et ont toujours été condamnés pour cela.

En 2016, avec un enthousiasme personnel de la part de Trudeau lui-même, le Parlement canadien a massivement voté en faveur d’une motion condamnant le mouvement palestinien de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

Depuis lors, Trudeau a intégré sa politique anti-BDS dans l’attitude de son gouvernement à l’égard des Palestiniens. Récemment, il est tombé à son point le plus bas encore quand, dans un discours pour s’excuser de l’acte immoral de rejet par le Canada des réfugiés juifs fuyant les atrocités nazies en 1939, il a directement lié BDS à l’antisémitisme.

« L’antisémitisme est beaucoup trop présent », a-t-il déclaré, « les étudiants juifs se sentant encore mal accueillis et mal à l’aise dans certains de nos collèges et campus universitaires en raison de l’intimidation liée au BDS. »

Lier le BDS à l’antisémitisme scandaleux de son pays contre les réfugiés il y a plusieurs décennies aurait pu être un coup de maître de la part de ses rédacteurs de discours pro-israéliens. Cependant, échanger la haine historique envers les Juifs et la haine moderne envers les Palestiniens montre que le Canada n’a rien appris de son passé sordide.

Trudeau et son gouvernement seront certainement jugés par les générations futures, comme ses prédécesseurs ont été jugés pour leurs péchés passés, pour avoir choisi, malgré le passage du temps, de se tenir du mauvais côté de l’histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici