Venezuela : le peuple n’en peut plus

0
47

Humberto Márquez, Brecha, 2 octobre 2020 (traduction rédaction A l’Encontre)

 

C’était craint et c’est arrivé: Víctor Rivero, 20 ans, est mort, abattu, dans l’après-midi du 30 septembre à Cariaco, un petit village de pêcheurs dans le nord-est du Venezuela qui fait face à la mer des Caraïbes. C’est alors que la police et les voisins sont entrés «en collision» lorsqu’un camion transportant de la nourriture a été intercepté, peut-être pour le piller, peut-être juste pour exprimer la colère et la lassitude des gens dans le climat de pénurie qui dure depuis des années et qui domine avec le confinement du Covid-19.

Une vague de protestations a balayé l’intérieur du pays depuis le mois d’août 2020 et s’est intensifiée en septembre. Elles étaient au nombre de 76 pour le seul lundi 28 septembre – bien qu’elles ne soient que de 16 pour le mercredi 30 – presque toutes pacifiques. 94% des protestataires se sont plaints de la médiocrité des services, selon l’Observatoire vénézuélien des conflits sociaux (OVCS).

Ces manifestations de rue ont un triple caractère, a déclaré à la presse cette semaine Marco Ponce, coordinateur de l’OVCS. Elles sont motivées par le manque de fournitures essentielles, telles que l’eau, les bouteilles de gaz pour pouvoir cuisiner, l’électricité – après des heures et même des jours de panne –, les sacs de nourriture subventionnée que les familles les plus pauvres attendent. A cela s’ajoute, surtout, l’essence, sans laquelle il est impossible de transporter des passagers, de sortir pour «sauver la journée» ou d’acheminer la nourriture vers les marchés dans un pays sans chemin de fer et où la mobilité repose presque entièrement sur la voiture.

En outre, les mobilisations sont spontanées, de petite taille et la plupart du temps locales. Elles consistent à être à jeun pour convoquer des réunions, pour entraîner ou accompagner politiquement les gens. Elles sont enregistrées en nombre dans les petites villes, les villages, et même dans les régions qui ont été pendant des années des bastions du gouvernement, fidèle au leadership de feu l’ex-président Hugo Chávez (1999-2013) et de son héritier, Nicolás Maduro.

«Le peuple n’en peut plus»

À Santa María de Ipire, une ville perdue dans les plaines centrales de l’Orénoque, une marche des habitants – au cri habituel de «le peuple uni ne sera jamais vaincu» – a forcé les autorités locales à libérer, le 29 septembre, les meneurs de la manifestation. Le mercredi 30 à l’aube, des renforts policiers et militaires sont arrivés pour contrôler les rues et décourager toute manifestation.

A Yaracuy, une région située à quelques heures de route au nord-ouest de Caracas, plusieurs villes ont manifesté pendant quatre jours pour réclamer de l’essence, du gaz et d’autres services. Ils ont brûlé des pneus et la voiture d’un maire et ont jeté des pierres contre la police, ce qui a conduit à l’arrestation de 30 manifestants. Plusieurs d’entre eux seront poursuivis en justice.

Durant les derniers jours de septembre – alors que des renforts de la police et de la Garde nationale militaire ont été envoyés dans les petites villes proches de la capitale, celles ayant une tradition de protestations – les manifestations se sont multipliées dans les villes et même les villages des zones traditionnellement agricoles de l’intérieur.

Marco Ponce soutient que la nouvelle vague de protestations «est due à l’exaspération de la population, qui n’en peut plus, car le confinement imposé par le Covid-19 leur rend difficile de sortir et de résoudre leurs problèmes quotidiens, d’autant plus sans services essentiels et alors que leurs revenus s’effondrent de plus en plus: le salaire minimum au Venezuela équivaut désormais à moins d’un dollar par mois.

Début octobre, le salaire minimum officiel au Venezuela est de 400 000 bolivars par mois, alors que le taux de change officiel est de 436 000 bolivars par dollar. Plusieurs experts économiques estiment que le revenu moyen des travailleurs se situe entre 20 et 30 dollars par mois, soit moins de la moitié de la valeur du panier alimentaire de base.

Les pannes d’électricité couvrent pratiquement tout le pays et ont déjà atteint Caracas, une sorte de bulle en termes de fourniture de services. Dans le quartier populaire de Petare, à l’est de la capitale, il y a des maisons et des soupes populaires qui ont été obligées de cuisiner avec du bois de chauffage, en raison de l’absence de la bouteille de gaz dont dépendent la plupart des ménages. Les sacs de nourriture – principalement de la farine de maïs, du riz et des pâtes – que le gouvernement vend chaque mois aux familles pauvres avec des subventions allant jusqu’à 90%, mettent de plus en plus de temps pour arriver. Le mauvais état du réseau d’eau fait que plus de 80% des communautés, toutes couches sociales confondues, ont des problèmes d’accès à l’eau potable.

Pansements et répression

Cette toile de fond alimente les protestations, environ 6000 jusqu’à présent en 2020, selon l’OVCS. La plupart commencent par des blocages de routes, puis passent à des rassemblements et, à certains endroits, des marches qui sont formellement interdites à cause du confinement, marches parfois violemment dispersées. Les slogans et les banderoles improvisées montrent que dans certains cas, il y a un certain degré d’organisation du quartier, mais, en général, il n’y a pas de présence, et encore moins de leadership, de la part des organisations politiques.

Un chapitre séparé est consacré à la question de la pénurie d’essence, car elle est courante dans un pays qui a été un grand exportateur de pétrole pendant un siècle et qui possède encore ce qui est, peut-être, les plus grandes réserves de pétrole de la planète. Il n’y a pratiquement pas de fabrication de ce carburant dans les raffineries délabrées, et l’embargo contre l’État imposé par Washington, il y a deux ans, laisse l’industrie pétrolière sans intrants ni pièces de rechange. Le gouvernement a à peine réussi à faire venir de l’essence de l’Iran lointain, un de ses alliés.

La pénurie d’essence provoque d’énormes files d’attente qui durent de nombreuses heures et jusqu’à six jours, avec des transporteurs et des utilisateurs privés remplis d’angoisse, de rage et de désespoir. Mais cette situation révèle aussi une facette de la réponse du gouvernement qui dissout les protestations: lorsque le carburant arrive à la station-service et que les véhicules sont ravitaillés, la colère et la protestation se dégonflent. Il en va de même lorsqu’une communauté manque d’un sac de nourriture ou de gaz pour cuisiner: le gouvernement fournit ponctuellement l’approvisionnement et la protestation perd son souffle, remplacée par l’espoir que le service sera peut-être régularisé. Lorsque le gouvernement ne peut satisfaire la demande, la protestation est réprimée par les forces de sécurité et parfois par des groupes civils armés qui soutiennent le gouvernement, appelés «collectifs».

Silence officiel

Le chef officiel de l’opposition, Juan Guaidó, président du Parlement (non reconnu par le reste des pouvoirs publics) et «président légitime du Venezuela», selon les États-Unis et cinquante autres gouvernements, a appelé à une intensification de la protestation. Pendant ce temps, le gouvernement et ses médias, qui dominent le spectre de la radio et de la télévision, ont fait la sourde oreille aux rapports sur les manifestations, leurs motifs et leurs résultats.

En conséquence, la mort d’un manifestant lors d’une altercation dans un village isolé, qui a également blessé un policier, passe inaperçue, même si, selon l’organisation humanitaire Provea, il s’agit à ce jour du cinquième mort lors d’une de ces manifestations cette année. Cela ne semble être qu’une anecdote dans un panorama critique des droits de l’homme: jusqu’à présent en 2020, selon la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, les forces de sécurité ont tué plus de 2000 personnes, ce qui implique une pratique d’exécutions extrajudiciaires.

Pour l’instant, les protestations n’ont pas eu d’impact sur la lutte pour le pouvoir, alors que le gouvernement appelle à l’élection d’un nouveau parlement le 6 décembre 2020. L’opposition, dont la majorité des partis et des dirigeants subissent des interventions gouvernementales pour la mise en place de leur direction ou ont été mis hors la loi, a annoncé qu’elle ne participerait pas, considérant qu’il s’agit d’une «farce» visant à concentrer encore plus de pouvoir dans les mains de Maduro et des forces armées qui le soutiennent. Pendant ce temps, les conditions de vie dans les foyers deviennent chaque jour plus précaires et dans ce vivier, les protestations vont sans doute se poursuivre