Colombie : entre extermination et émancipation

0
101
 
La grève nationale de la Colombie dure depuis un mois maintenant. La mobilisation de masse atteint des proportions historiques pour la nation et pour l’Amérique latine. Les manifestations anti-gouvernementales ne cessent jamais. Cette phase de résistance a commencé par un cri de protestation contre une nouvelle politique qui prélèverait des taxes sur les produits et services de base, augmentant le coût de la vie dans un pays où le chômage, la pauvreté et les inégalités sont à des niveaux sans précédent. C’est maintenant devenu une lutte entre extermination et émancipation.

Même après que le gouvernement d’Iván Duque eut abandonné sa proposition de taxer le « panier familial de base », les manifestations se sont rapidement étendues pour inclure les revendications du peuple concernant une multitude de griefs, notamment le manque d’éducation, d’emploi et de services de santé ; la violence constante, qu’elle soit gouvernementale, paramilitaire, criminelle, patriarcale ou raciste ; le sabotage du processus de paix par le gouvernement; les exécutions en cours de défenseurs des droits et de dirigeants sociaux ; l’occupation militaire des territoires auchtones; et, plus récemment, la répression des manifestants. Des millions de personnes risquent leur vie en participant aux manifestations, notamment des jeunes, car, comme l’a dit un groupe de jeunes manifestants de la ville de Cali à la journaliste Angélica Peñuela : « La faim nous a amenés ici ; nous n’avons plus rien à perdre.

Jhoe Sauca, de l’Autorité traditionnelle du peuple Kokonuco et du Conseil régional indigène du Cauca, explique que la réforme fiscale était inacceptable pour le peuple et est devenue le facteur aggravant qui a finalement mobilisé des millions de personnes. « Nous n’en pouvons plus », dit-il. «Avec la pandémie, nous avons enduré la faim et nos entreprises ont fait faillite, tandis que le gouvernement soutient les banques et les grandes entreprises.» Il dit que les peuples colombiens se battent depuis 50 ans sous le principe de l’unité, et que la réforme « a fait pencher la balance en faveur du message que nous transmettons à la société colombienne – que nous devons lutter pour les droits ».

Il ajoute : « Je pense que dans ce cadre, nous pouvons élever la capacité d’organisation au niveau d’un mouvement autochtone, mais aussi au niveau de la société. Il note qu’en 2017, la Minga Sociale et Communautaire en Défense de la Vie, du Territoire, de la Démocratie, de la Justice et de la Paix a été organisée. En se mobilisant sur leurs territoires, les Minga ont amené des contingents importants aux manifestations, notamment à Cali.

Vilma Almendra Quiguanás, du peuple Nasa-Misak et membre de  Pueblos en Camino , souligne le caractère historique de l’unité qui s’est réalisée : « Beaucoup de gens des territoires ruraux sont dans le mouvement. Selon les données de l’Indepaz, sur les 1 123 communes du pays, 800 se sont mobilisées. Nous sommes 15 millions dans un mouvement sans précédent. « Elle voit la protestation comme le point culminant de 529 ans de colonisation et de résistance, de millénaires de patriarcat et des fausses promesses et attentes qui ont découlé de l’Accord de paix.

Elle poursuit : « Près de cinq ans après la signature de l’Accord de paix, eh bien oui, le développement dans les ‘zones inhospitalières’ est garanti. Mais qu’est-ce que le « développement ? Ce sont les concessions minières, les concessions pétrolières, l’extension des frontières agricoles, les monocultures, les concessions d’eau – des projets de mort qui dépossèdent, tuent et criminalisent la paysannerie et les mouvements populaires. Ils nous ont trompés qu’il y aurait la paix. Ils nous ont trompés qu’il y aurait de l’argent. Il n’y a ni paix ni argent.

Pour le gouvernement colombien, le peuple est l’ennemi. L’Institut pour le développement et la paix (Indepaz) documente 71 personnes tuées depuis le début de la grève jusqu’au 31 mai, presque toutes aux mains des forces de sécurité et des forces alliées. Environ 65% des décès ont eu lieu à Cali, « le centre de la résistance ». Le 30 mai, un dimanche, le président a ordonné « un déploiement maximal de l’assistance militaire à la police » à Cali et Popayán. Les négociations avec le Comité de grève ne mènent nulle part, car le gouvernement insiste pour que les blocus soient démantelés comme condition préalable, sans s’engager dans une quelconque mesure de démilitarisation. L’échec du dialogue n’est pas le problème – les négociations n’ont même pas officiellement commencé – mais plutôt le manque de volonté politique de la part du gouvernement.

L’aile droite est de plus en plus ouverte sur sa préférence pour la guerre comme stratégie pour justifier le contrôle autoritaire et l’extermination de l’opposition et d’une grande partie de la population. Fernando Londoño, un ancien ministre, l’a présenté sous la forme d’un défi au président Duque : « … si vous n’êtes pas en mesure de déployer la force légitime de l’État pour débloquer le port de Buenaventura pour le meilleur ou pour le pire, vous n’avez pas le choix. mais de démissionner. Ce n’est pas une simple posture politique ; les forces de droite d’Álvaro Uribe, l’ancien président qui est le pouvoir derrière le trône, sont des experts pour faire les choses « pour le pire ». De nos jours, les pratiques vicieuses, telles que l’utilisation de faux positifs pour exécuter ou criminaliser des individus en les qualifiant de terroristes, la réactivation de paramilitaires qui ne se sont jamais réellement démobilisés et les massacres sélectifs, sont de retour. Les preuves de paramilitaires et d’agents infiltrés tirant de sang-froid sur des manifestants abondent sur Internet. L’utilisation de groupes paramilitaires et d’opérations secrètes par les forces de sécurité pour réprimer les manifestations est une violation directe de la Constitution.

Manuel Rozental, médecin colombien et également membre de Pueblos en Camino , prévient : « Si ce processus de soulèvement populaire permet à l’État colombien d’exterminer massivement les gens, il le fera. La question est de savoir si ceux qui disent que « les affaires sont les affaires » deviendront des complices même s’ils prétendent que cela leur cause de la douleur. »

La réponse internationale à la crise des droits humains en Colombie sera un facteur déterminant. « Tant que Joe Biden et le gouvernement américain ne se prononcent pas en faveur de la suspension de l’aide militaire au gouvernement génocidaire de Colombie, ils ne sont pas seulement des complices mais bien plus que cela », a déclaré Rozental. « Il n’y a pas de balle de la police, pas de gaz lancé, pas de politique de répression qui n’ait été financée, promue et soutenue par les Etats-Unis. »

Il convient de noter que Biden a été le principal architecte et promoteur du Plan Colombie et continue de le louer comme un grand succès de la politique américaine en Amérique latine. Rozental souligne que les causes structurelles du conflit vont bien au-delà de l’affrontement actuel entre l’insurrection et les autorités. Au contraire, dit-il, le stade du capitalisme a été atteint dans lequel le peuple lui-même est un obstacle à l’État et à une grande partie de la communauté des affaires : il y a eu exploration par eux, puis ce qui leur est utile est exploité, puis ce qui reste sur le territoire du peuple est exclu. Ils finissent par s’engager dans l’extermination parce que lorsque la cupidité est sacrée, voler et tuer est une loi. » Il explique qu’il y a un excédent de population en Colombie qui rend impératif la capture de ressources rares.

Que les gens soient considérés comme une nuisance s’exprime dans les actions du gouvernement. Les autorités de l’Etat se sentent gênées par les jeunes, réprimés à coups de balles pour avoir protesté contre le manque d’opportunités dans un pays qui se classe parmi les plus inégalitaires au monde, avec un taux de chômage officiel de plus de 15%. Ils se sentent gênés par les défenseurs des droits humains que le peuple réclame. L’Institut pour le développement et la paix, Indepaz, rapporte que jusqu’à présent cette année seulement, ils ont tué 67 défenseurs des droits humains qui ont signé l’Accord de paix, faisant de la Colombie le premier pays au monde pour les meurtres de défenseurs. Ils se sentent gênés par les peuples autochtones qui cherchent à protéger les ressources naturelles qui les soutiennent et la planète, ainsi qu’à se protéger de la dépossession par les grandes entreprises et l’élite politique. Ils se sentent gênés par les femmes qui revendiquent leurs droits, qui sont en forte baisse sous le gouvernement conservateur et la réaffirmation brutale du patriarcat. L’idée de paix semble également les déranger — 25 anciens combattants des FARC qui ont signé l’Accord de paix ont été assassinés ou ont disparu cette année, envoyant un message clair que la paix n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement. Il y a eu, en fait, 41 massacres jusqu’à présent cette année,

Le peuple colombien risque tout dans sa lutte contre le système néolibéral de mort dans son pays. C’est une responsabilité générale de ne pas les laisser seuls. Un mur médiatique bloque l’information sur ce qui se passe dans cette mobilisation historique, tandis que le discours du gouvernement tente de détourner l’attention sur les blocus et le vandalisme, loin de la vie humaine et des revendications légitimes du peuple. En raison du manque de mobilité, peu de journalistes ont pu couvrir la région pour la presse internationale et il y a eu des attaques de la police contre ceux qui essayaient. De plus, les médias commerciaux ont tendance à faire écho aux versions officielles. Pourtant, des campagnes de solidarité massives sont menées sur les réseaux sociaux par la gauche, les féministes, les jeunes et d’autres secteurs dans toutes les régions du monde.