Colombie : la violence paramilitaire contre le soulèvement populaire

0
88

Projet accompagnement solidarité Colombie, 13 juin 2021

Hier, le 12 juin 2021, dans la municipalité de Zulia dans la région du Catatumbo, des paysan.ne.s ont été victimes d’une attaque d’un groupe armé illégal. Mobilisé.e.s dans le cadre de la grève générale qui perdure depuis le 28 avril, les paysan.ne.s s’étaient rassemblé.e.s dans un campement de fortune depuis quelques jours au point mieux connu sous le nom de Agualasal. L’objectif est d’y ériger des barrages routiers, le blocage des voies de circulation constituant désormais le moyen de pression prisé par cette lutte pour faire reculer le gouvernement de droite du président Iván Duque.

La nuit tombée, aux alentours de 20h40, la garde paysanne remarque l’arrivée de six individus à motos. Aussitôt descendus de leurs véhicules, les suspects commencent à ruer de coups les paysans rassemblés au point de blocage, les accusant à tord d’être des membres de la guérilla. Ces derniers se targuent ensuite de faire partie d’une organisation paramilitaire de la région. Le Catatumbo compte à ce jour plus de six groupes armés illégaux d’extrême droite actifs, groupes qui ont notamment été responsables dans le secteur de plus 66 massacres et du déplacement de 120 000 personnes, entre 1980 et 2013, selon l’Indepaz. Si ces divers groupuscules au service de la grande propriété terrienne s’entredisputent ici et là le contrôle du territoire et des ressources, ils n’en demeurent pas moins des alliés stratégiques sur un point essentiel : anéantir le mouvement paysan colombien. Les massacres et l’usage systématique de la violence n’étant ici que le moyen qui justifierait ce triste dessein.

Dès lors, après avoir frappé plusieurs membres de la communauté dont un mineur, les six hommes se sont révélés être équipés d’armes à feu de différents calibres. Ouvrant le feu, deux d’entre eux auraient — selon un témoin direct — déchargé plus de 150 coups de fusil, touchant deux paysans. L’un de ceux-ci a été grièvement blessé.

Une fois la panique installée dans la foule, ces membres d’un groupe armée non identifié en ont profité pour réquisitionner des objets personnels des paysan.ne.s, notamment une quinzaine de cellulaires, de l’argent, des gilets de la garde paysanne (guardia campesina) et des documents d’identification, avant de voler quatre motos.

Les blessés ont été transportés d’urgence au poste de santé de l’Ye Astilleros, avant d’être déplacés vers 23h à l’hôpital de Erasmo Meos de Cúcuta pour recevoir une assistance médicale adéquate. C’est seulement à ce moment qu’ils furent conduits en ambulance, alors que les premiers soins avaient été appelés dès le début des tirs. C’est aussi à ce moment qu’entre en scène la police qui n’avait jusqu’à présent pas jugé bon de se présenter sur les lieux du crime, malgré la gravité de la situation. Elle se présenta donc à l’hôpital afin d’interroger les victimes.

Suite à cette attaque violente, les paysan.ne.s mobilisé.e.s ont décidé de se disperser pour des motifs de sécurité. À l’heure actuelle, encore deux personnes sont portées disparues.

Pourquoi la violence paramilitaire frappe-t-elle le Catatumbo en ce moment de soulèvement populaire ?

Si la violence des groupes paramilitaires s’est fait historiquement ressentir dans la région du Catatumbo, c’est pour au moins trois raisons. D’une part, il s’agit d’une zone géostratégique : départageant une frontière avec le Venezuela et possédant des canaux d’accès privilégiés avec la mer des Caraïbes et le centre du pays. Il s’agit  à ce titre d’une pièce maîtresse de la politique militaire de l’État colombien, et plus particulièrement en ce qui concerne son alliance stratégique avec les États-Unis qui possèdent plusieurs bases militaires dans la région. Ensuite, ce territoire est infiniment riche en ressources minières, pétrolières et agricoles. Il constitue donc un chaînon décisif de la stratégie économique du pays, mais il est aussi convoité par le capital étranger et ces groupuscules qui cherchent à se tailler une part du gâteau de l’extractivisme. La troisième raison, sans doute commandé par la seconde, est la présence d’un mouvement paysan fort, vecteur d’un grand nombre de mobilisations qui se sont historiquement dressées face à l’expropriation des terres, en plus de revendiquer un accès adéquat à la santé et à l’éducation. Or, si le paramilitarisme prétend n’avoir que comme objectif l’éradication de la guérilla, son agenda de répression est beaucoup plus large. Milice informelle de l’oligarchie colombienne, le paramilitarisme s’est aussi fixé au Catatumbo comme bras armé du capital étranger, utilisant les menaces et la violence pour réprimer les paysan.ne.s qui s’opposent à l’éviction de leurs terres.

Dans le contexte actuel, le paramilitarisme constitue une stratégie de sous-traitance de la violence policière. Les événements survenus à Agualasal constituent l’une des plus graves violations du droit à la protestation sociale et n’est rien d’autre que le produit du programme de militarisation du conflit social conçue depuis les plus hautes sphères du pouvoir. Il s’ensuit que le Paro nacional atteint maintenant un seuil historique de répression. L’agression paramilitaire dans la municipalité de Zulia ce 12 juin dernier s’inscrit précisément dans cette logique : comme entité réactionnaire silencieusement alliée des autorités officielles, elle se présente comme une force de frappe pour désarticuler le mouvement social, cherchant à le faire craquer sous le poids de la terreur.