Égypte : l’autoritarisme néolibéral

0
151
Yanis Iqbal, extrait d’un texte paru dans Socialist Project, 11 février 2021
Le coup d’État militaire a marqué en 2013 le début d’une vague grotesque de contre-révolution menée par le président Abdel Fattah Al-Sissi, où l’opposition a été légalement écrasée et la sphère publique militarisée. La politique égyptienne après 2013 a été marquée par une violence étatique capricieuse, des élections insignifiantes et une économie politique affaiblie inondée de prêts et d’aide comportant de multiples obligations, une dépendance accrue à l’égard des États de la région tels que l’Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats arabes unis, ainsi que l’étranglement financier par le Fonds monétaire international.
Problèmes économiques
Al-Sissi n’a laissé aucun doute sur sa position économique, à savoir le néolibéralisme sans fioritures. Sa position économique s’est cristallisée dans l’organisation de la Conférence d’investissement de Sharm El-Sheikh 2015, annoncée aux investisseurs étrangers et aux institutions financières internationales à l’occasion du lancement du nouveau programme de politique économique de l’Égypte. L’administration d’Al-Sissi a alors adopté des réformes fiscales néolibérales et déréglementées en matière d’investissement.
En novembre 2016, le régime militaire a contracté un prêt de 12 milliards de dollars auprès du FMI. Depuis lors, il met en œuvre des mesures d’austérité, intensifie les atteintes aux droits des travailleurs, émet des avis de licenciement à de nombreux employés et élimine les subventions alors même qu’il fait face à une résistance .
Dans le cadre du programme de prêts, le FMI a également recommandé des réductions de dépenses et l’introduction d’une taxe sur la valeur ajoutée; en juin 2017, cela s’est traduit par une hausse de l’inflation sous-jacente de 32%. Les Egyptiens ont vu le prix du pain et du gaz de cuisine augmenter de près de 60%.
Le chômage des jeunes est passé de 16% en 2010 à 42% en 2014. La grande majorité des 97 millions d’Égyptiens lutte pour joindre les deux bouts dans une économie qu’aucun dirigeant ne souhaite réformer et qui est redevenue soumise aux diktats des institutions impérialistes. Tout le monde absorbe constamment les chocs de la détérioration perpétuelle des conditions politiques, économiques et sociales.
Autoritarisme
Vivant dans un ordre hautement injuste, les Egyptiens se sentent inévitablement en colère contre leurs dictateurs corrompus. Cette colère se manifeste sous forme de dissidence. Le régime militaire a réuni tout un État policier pour faire taire cette opposition. Human Rights Watch décrit les postes de police et les prisons égyptiennes comme ayant «une chaîne de montage» de torture.
En 2015, selon le Centre al-Nadim pour la réadaptation des victimes de violence, désormais fermé, près de 500 personnes sont mortes en détention et 676 autres ont été torturées. Les disparitions forcées montent également en flèche.  Le centre al-Nadim a documenté 464 cas de disparition forcée aux mains de l’État.
Les techniques d’incarcération de masse ont été rapidement développées par l’administration Al-Sissi. Le Réseau arabe pour l’information sur les droits de l’homme déclare dans son rapport de 2016: «Les nouvelles prisons égyptiennes sont malheureusement apparues non pas en raison de l’augmentation de la population, mais plutôt en raison d’une politique d’arrestations aléatoires, de procès inéquitables et de lois injustes adoptées après juillet. 3, 2013, comme la loi anti-protestations et la décision d’augmenter les périodes de détention provisoire, ainsi que les politiques généralisées d’impunité.
On estime qu’environ 60 000 prisonniers en Égypte sont détenus pour des raisons politiques et des actions plutôt que des activités criminelles. Ce chiffre représente près de 56% de toutes les personnes entreposées dans les prisons du pays.
État fragile
L’État égyptien actuel est extrêmement fragile. En février 2016, Al-Sissi a mis en garde ses détracteurs: «S’il vous plaît, n’écoutez personne d’autre que moi. Je suis très sérieux. Faites attention. Personne ne devrait essayer ma patience ou exploiter mes bonnes manières pour tenter de démolir l’État. Je jure devant Dieu que quiconque s’approche de l’état, je l’enlèverai de la surface de la terre. Je vous dis cela alors que toute l’Égypte écoute.  Al-Sisi a de bonnes raisons d’être effrayé et inquiet. En moyenne , il y a eu cinq fois plus d’actions collectives de travail et autres manifestations par jour sous al-Sissi qu’au cours de la période 2008-2010. Le pays est dans une situation désespérée. Tôt ou tard, il y aura forcément une autre révolte pour un ordre social plus humain.