La semaine en Haïti du 6 au 12 décembre 2021

0
232

Concernant la crise de gouvernance

Ayant été mis en place sans provision constitutionnelle et légale à cause du fait que le régime PHTK avait anéanti toutes les institutions démocratiques (Cour de cassation, Parlement, mairies), le gouvernement de facto de Ariel Henry peine à soulager les maux de la population. Même son droit à la circulation n’est pas encore restitué. Le bilan de ce gouvernement est systématiquement nul. Le pays est encore en proie aux gangs armés et agonise (sans électricité, sans eaux potables, avec des hôpitaux presque dysfonctionnels), alors que de grands décaissements ont été déjà faits du maigre trésor public. En tant que ministre de la Culture et de la Communication, Ariel Henry aurait octroyé une « subvention » de 2 500 000 gourdes au journal Le Nouvelliste pour la réalisation de la foire annuelle dénommée « Artisanat en fête ».

Parallèlement, l’accord Montana continue son chemin. Le Bureau de suivi a procédé à l’installation des membres du Conseil National de Transition (CNT) le dimanche 12 décembre. « Cette structure prévue dans l’accord de Montana sera chargée de recevoir les déclarations de candidature des personnalités désirant être désignées président et premier ministre du pouvoir de transition » (Extrait de Vant Bèf Info, 9 déc. 2021). Notons en passant que cet accord a été signé le 30 aout 2021 par une quarantaine de partis politiques et plus de 300 organisations de la société civile en vue de parvenir à une solution durable et concertée à la crise qui sévit en Haïti. Étant construit sur une base de consultation et de participation populaires, cet outil jouit d’une grande légitimité au sein de la population haïtienne, sauf chez les partis politiques alliés de Ariel Henry et le Core Group. Entre-temps, les présidents de la République Dominicaine, du Panama et du Costa Rica continuent leur « dialogue » sur la situation d’Haïti en vue de réfléchir sur ses impacts sur l’intégration de la région. En priorisant une tutelle étrangère pour Haïti, ce petit regroupement se montre encore plus radicalement que le Core-Group.

Augmentation des prix des produits pétroliers et contestations au sein de la société civile

Comme il était annoncé depuis plusieurs semaines, le gouvernement de facto a augmenté les prix des produits pétroliers à partir du 10 décembre 2021. Le gallon de gazoline est passé de 201 à 250 Gourdes, le diesel de 169 à 353 Gourdes et le kérosène de 163 à 352 Gourdes. Cette décision renforce la précarité des familles défavorisées, qui subissaient déjà la loi des gangs armés et du chômage. Ainsi, même si le gouvernement avait déclaré que cette mesure n’affecterait pas les tarifs des circuits de transport public, « les prix des différents trajets ont vertigineusement augmenté dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Les conducteurs exigent le double du prix habituel. Une situation qui met déjà à couteaux tirés passagers et conducteurs alors que les autorités n’envisagent pas une fixation à la hausse du prix des courses », rapporte le Nouvelliste (10 décembre 2021).Comme l’explique AlterPresse (8 décembre 2021), « les autorités ont été invitées à prendre, de préférence, des dispositions pour réduire les dépenses de l’État, diminuer la corruption et la contrebande, dans l’objectif de permettre à l’État de trouver des moyens financiers pour fonctionner, sans être obligé d’augmenter les prix du carburant ».

En conséquence, la région métropolitaine de Port-au-Prince a connu une journée un peu tendue le vendredi 10 décembre. En signe de protestation, la population a érigé des pneus enflammés dans certaines artères de la capitale. Sous l’appel de diverses organisations syndicales et sociales, des centaines de personnes ont marché dans les rues de Port-au-Prince ce jour-là pour dénoncer cette mesure perçue comme anti-populaire. Lors d’un mouvement de protestation populaire à Petit-Goâve le samedi 11 décembre, une femme a été touchée par 2 projectiles alors qu’elle se trouvait à son domicile. « Mécontents, les protestataires ont à nouveau regagné les rues pour exprimer leur colère face à cet incident. Ils exigent que le policier fautif soit identifié puis arrêté pour répondre de son acte », rapporte Vant Bèf Info (11 décembre 2021).

Dossier insécurité

La situation sécuritaire du pays se dégrade de jour en jour. Les gangs rivaux continuent de s’affronter à l’entrée sud de la capitale. D’ailleurs, selon le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires de l’hémisphère occidental (Brian Nichols), la guerre des gangs a engendré environ 19 000 réfugiés internes. Après l’attaque contre le bus de transport en commun ayant causé la mort de 3 passagers et une douzaine de blessés le 1er décembre, le commissariat de Martissant a été pris d’assaut le lundi 6 décembre 2021. Des bandits armés ont pillé le bâtiment et y ont mis le feu. Les policiers qui l’occupaient ont dû fuir pour sauver leur peau. Ce même jour, lors d’une nouvelle attaque contre un minibus de transport en commun, un homme a été tué et plusieurs autres personnes en sont sorties blessées. Jusqu’à nos jours, les autorités policières n’ont fait aucune communication officielle concernant ces drames.

Par ailleurs, plusieurs cas d’enlèvement ont été signalés durant la semaine, un musicien du groupe Mass Konpa à Pétionville. Parmi ces cas, celui d’un jeune dentiste (Makindi Guerrier) grièvement blessé par balle lors d’une tentative de kidnapping a provoqué un grand émoi sur les réseaux sociaux. Ce jeune père de famille a succombé de ses blessures dans un hôpital en République Dominicaine le dimanche 12 décembre 2021. D’autres cas d’assassinat ont été signalés à Port-au-Prince. Sans préciser l’origine du drame, le journal Vant Bèf Info rapporte que 2 personnes ont été tuées à Canapé-vert dans la matinée du 12 décembre.

Néanmoins, 3 des 15 otages étrangers restants séquestrés par le gang 400 mawozo depuis le 16 octobre ont été libérés cette semaine.

Sources :

https://haitistandard.com/subvention-2-millions-5-cents-mille-gourdes-accordees-a-le-nouvelliste-pour-lorganisation-de-artisanat-en-fete/