Venezuela : l’impact dévastateur des sanctions américaines

0
136

Steve Ellner, extrait d’un texte paru dans Jacobin

Pendant des années, la droite a cherché à déstabiliser le Venezuela, et a même proclamé son propre «président» rival, Juan Guaidó. Mais les Vénézuéliens moyens comprennent que les sanctions américaines leur font mal – et qu’il faut résister.

Le centriste vénézuélien Claudio Fermín était un protégé du président néolibéral Carlos Andrés Pérez au début des années 90 – et, au début, un ferme opposant à Hugo Chávez. Mais comme d’autres dans le même camp politique, il a changé ces dernières années de cap. Surtout depuis que Donald Trump a imposé des sanctions au Venezuela, Fermín s’est ouvertement opposé avec véhémence à l’interventionnisme américain et à la droite radicale de sa propre nation. Ancien maire de Caracas et candidat à la présidentielle, Fermín n’est pas le seul parmi les politiciens centristes à contrecarrer la politique de l’administration Trump. Pour lui, « les sanctions sont une négation de la souveraineté nationale ».

Alors que l’administration Trump intensifie les sanctions et les menaces d’action militaire, les Vénézuéliens les rejettent de plus en plus. La firme d’opinion publique Hinterlaces a publié un sondage en novembre 2017 indiquant que 72% des Vénézuéliens s’opposent aux sanctions, et un autre en août 2020 montrant que ce chiffre était passé à 81%. Selon cette dernière enquête, 80% des Vénézuéliens disent que « le rôle des États-Unis a été négatif ».

Au moment où le coronavirus s’étend partout, l’administration Trump a ordonné à quatre sociétés de services pétroliers de fermer leurs opérations au Venezuela. Il annule également des « autorisation s» spéciales similaires qui avaient été accordées à l’espagnol Repsol, à l’italien Eni et à l’Indienne Reliance Industries pour s’engager dans des accords de troc impliquant du pétrole,. La résiliation de ces accords de troc privera le Venezuela du carburant diesel utilisé pour transporter la nourriture et produire de l’électricité.

Les sanctions contre les Vénézuéliens ont également pris une tournure inquiétante ces derniers mois. Auparavant, les cibles étaient des politiciens vénézuéliens, des bureaucrates et d’autres personnes associées au gouvernement qui étaient accusés de se livrer à des actes illicites tels que la corruption, la répression et le trafic de drogue. Mais maintenant, même plusieurs autres personnes sont dans la ligne de mire de l’administration Trump. En janvier, le Département du Trésor a sanctionné sept membres dissidents des principaux partis politiques de l’opposition – Acción Democrática (AD), COPEI, Primero Justicia et Voluntad Popular – qui avaient commencé à remettre en question le soutien inconditionnel de leurs organisations à Guaidó. Washington veut également punir les partis qui acceptent de participer à l’élection de décembre prochain, en espérant que l’abstentionnisme va discréditer l’exercice électoral et donc le gouvernement Maduro.