Haïti : rien de moins qu’une révolution

 

Extrait du Manifeste du assemblement des révolutionnaires ayisyens (RARA)

Le pays vit une crise profonde pouvant être comprise en trois composantes: historique, structurelle et conjoncturelle dont l’articulation menace l’intégrité physique du pays et qui fait craindre par plus d’un sa disparition en tant qu’espace vivable au fil de son évolution actuelle.

Dans cette phase historique précise, nous pensons qu’un autre Haïti est possible et qu’il y a une autre façon de faire de la politique. Nous pensons aussi que la question nationale doit être repensée dans le cadre d’un projet plus global de société.

L’avenir de toute nation est tributaire de sa capacité à définir ses objectifs, à prendre conscience de ses manques et à se donner des moyens pour atteindre les premiers et satisfaire les seconds. Il est nécessaire donc de doter la nation d’un projet pays. Un projet large et inclusif mais qui s’attaquera à la dépendance sous toutes ses formes dont l’objectif ultime est la suppression de toutes les aliénations. Un projet forcement anti impérialiste et anti oligarchique qui rentre dans un processus de plus long terme.

Dans la phase actuelle, les grands axes stratégiques de ce projet de reconstruction nationale passe forcément, pour nous, par :

  • La souveraineté nationale ;
  • La reconstruction de l’économie nationale ;
  • L’épanouissement de la personne humaine (le relèvement des classes populaires et des classes moyennes) ;
  • La régénération et la protection de l’environnement ;
  • La mise en place d’un processus pour sortir des affres du sous-développement et donc de la domination, de la dépendance et de l’exploitation sous toutes leurs formes.

Plus spécifiquement, nous voulons :

  • Changer la forme d’État en éliminant le mode de production féodal, changer la configuration actuelle du bloc au pouvoir et casser l’alliance de classes actuelle.
  • Entreprendre une réforme en profondeur au niveau des trois pouvoirs de l’État et en faisant des outils de changement placer au service des populations et de l’intérêt national.
  • Élargir l’espace démocratique et le protéger jusqu’à une véritable révolution démocratique car il faut absolument changer la nature autoritaire des régimes et faciliter la participation accrue des populations. Cette participation revêt une importance particulière notamment en tant que processus fondamental dans le cadre du combat contre les types et formes de domination, de dépendance et d’exploitation.
  • Créer l’espace et les conditions nécessaires pour une transformation économique, sociale et politique permettant la construction des forces objectives pour élargir les bases de la gauche et la construction d’une société alternative.
  • Supprimer les vestiges du mode de production esclavagiste et le mode de production féodal.
  • Relancer la base de la production agricole dans la paysannerie. Réorganiser la production par l’appropriation des terres de façon telle que les paysans puissent vivre vraiment de la terre.
  • Faire la promotion de l’économie sociale et solidaire (entendue comme type de propriété et de distribution de la richesse produite mais aussi par la mise en place de rapports de production et d’association de coopération et non d’exploitation et de domination d’individus ou de groupes voire classes par rapport à d’autres) et développer les modes de production de contre-pouvoir élaborés et construits.
  • Créer les conditions pour une meilleure intégration des ressources de la diaspora.
  • Sortir de la logique de l’exclusion notamment par la démocratisation et la déconcentration et permettre à chaque haïtien de bénéficier de services de santé, d’éducation, de logement et d’avoir l’accès réel à la nourriture;

Pour ne pas conclure

Cette phase dite de démocratie (démocratie populaire ou pouvoir populaire) ne peut être que la résultante d’un processus révolutionnaire. Ce qui renvoie tant théoriquement que concrètement á des modalités de prise de pouvoir associées á un mouvement social fort .

Pour permettre la réalisation de ces objectifs et programmes, afin de répondre à l’urgence du moment et après de mures réflexions et des périodes d’incertitudes, nous avons décidé de créer ce parti comme lieu de réflexion sur la réalité haïtienne, régionale et mondiale mais aussi comme outil politique de combat pour la prise du pouvoir (i.e. la transformation des rapports de pouvoir et de propriété) et pour le changement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici