Suède : la crise de la social-démocratie

THERBORN Göran, extraits du texte publié dans New Left Review, 11 décembre 2018

 

De 1932-1976, les gouvernements issus de la social-démocratie en Europe ont eu un succès éminent en tant que gouvernements de réforme sociale: prudents, progressifs, bien préparés. Ils pouvaient citer le plein emploi, une économie ouverte prospère et compétitive sur les marchés mondiaux, un État providence généreux et une société égalitaire qui, en 1980, affichait les taux de revenus et d’inégalité entre les sexes les plus bas du monde. La proposition des «syndicats de salariés» dirigée par le Parti social-démocrate (SAP) en 1976 était peut-être la mesure concrète la plus ambitieuse jamais proposée par les sociaux-démocrates pour une économie socialiste.

 Contre-Réforme

Ce sont les dirigeants du SAP eux-mêmes qui ont lancé la Contre-réforme socio-économique au début des années 1980. Le tournant néolibéral a commencé comme une sorte de gestion de crise. L’industrie de l’exportation devenait de moins en moins concurrentielle. Les producteurs de textiles et de vêtements restants ont été éliminés, les entreprises coréennes et japonaises ont finalement été dépassées par la construction navale suédoise et les secteurs de la sidérurgie et de la sylviculture ont été contraints de réduire leurs effectifs. La rentabilité était faible, de même que l’investissement. La balance des paiements était dans le rouge pour 1978-1981 et la part des bénéfices dans la valeur ajoutée est passée de 30% dans les années 60 et du début des années 70 à 24% en 1978. Cette situation a été présentée comme une menace pour l’emploi, bien que l’emploi niveaux maintenus pendant la crise internationale. Les économistes de la fédération syndicale suédoise, LO, ainsi que le SAP a convenu que les salaires devraient être maintenus et les profits gonflés. Le principal outil pour y parvenir était une dévaluation de 16% de la monnaie dès le retour du SAP au gouvernement en 1982.

Les années 1980 ont été marquées par la percée internationale de l’économie néolibérale. Un groupe de économistes de SAP a formé un séminaire pour se familiariser avec les nouvelles idées de Chicago et a réussi à se faire entendre du ministre des Finances, Kjell-Olof Feldt, et du gouverneur de la Banque centrale. La marchandisation et le contrôle de l’inflation sont devenus les nouvelles priorités de la politique social-démocrate. En 1985, cette cabale a poussé à la déréglementation des marchés suédois du crédit et des capitaux. Ces décisions, conjuguées à la réorganisation de la Stockholm Stock Exchange, longtemps somnolente, ont ouvert la voie au capital financier spéculatif, tant étranger que national. Cela a à son tour provoqué une crise financière locale en 1991, qui a mis fin au plein emploi en Suède, a réduit le PIB de 4% et a coûté aux contribuables 4% supplémentaires du PIB pour renflouer les banques.

Le SAP a eu de la chance qu’une coalition « bourgeoise » – dirigée par le guerrier froid du parti modéré, Carl Bildt – soit au pouvoir de 1991 à 1994, pour faire face aux retombées de cette bulle financière. Cette tâche a été très mal exécutée, ouvrant la voie au retour au pouvoir du SAP en 1994, avec 45% des suffrages. Les sociaux-démocrates ont réussi à stabiliser l’économie et à libérer le pays de sa dépendance à l’égard des banquiers de New York. Cependant, il s’agissait d’une réalisation à court terme, assortie de mesures d’austérité strictes, qui ne comportait aucune réflexion sur la privatisation, la commercialisation ou la «nouvelle gestion publique» – l’insertion de pratiques d’entreprise dans les services publics – sans parler de préoccupations égalitaires. Au lieu de cela, les coalitions bourgeoises et dirigées par le SAP qui ont alterné au pouvoir depuis 1991 ont joué un rôle de relais dans la promotion de l’inégalité et des profits excessifs. Ensemble, ils ont réduit à zéro les impôts sur les successions, la fortune et les biens résidentiels, rendu les revenus du capital moins imposables que les revenus du travail et resserré l’ampleur des prestations sociales, tout en les rendant plus difficiles d’accès. Les inégalités économiques ont monté en flèche. Le taux de revenu disponible a augmenté de 60% depuis 1980 – passant de 0,20 à 0,32 pour un indice de Gini à 0,32 en 2013 – ce qui ramène la répartition du revenu du pays dans les années 1940. Les deux tiers de cette augmentation peuvent être attribués à des décisions politiques en matière d’impôts et de transferts sociaux, et un tiers seulement à une répartition plus inégalitaire des revenus du marché. En 2002, les 1% les plus riches de Suède détenaient 18% du patrimoine total des ménages; en 2017, il était passé à 42%.

 Les facteurs

Comment cette situation a-t-elle pu se transformer en inégalités de plus en plus profondes, détruisant plus d’un demi-siècle de péréquation progressive? Le capitalisme postindustriel, globalisé et financiarisé a une tendance intrinsèque à aggraver l’inégalité économique en affaiblissant la position du travail, en fragmentant la classe ouvrière et en compensant une partie de celle-ci par l’évolution de la demande de travail – sans parler de l’ouverture de nouvelles perspectives pour le capital – la délocalisation vers des sites à bas salaires à l’étranger et l’augmentation des possibilités d’extraction de la rente financière. Cependant, on aurait pu s’attendre à ce que la Suède social-démocrate soit parmi les pays les mieux placés pour résister et contenir de telles tendances. Au contraire, les inégalités suédoises ont augmenté davantage que dans la plupart des États d’Europe occidentale. Il semble y avoir trois raisons principales aux développements surprenants des trois dernières décennies.

Le facteur le plus important a peut-être été le changement d’orientation de la direction du SAP, qui a laissé de côté toute préoccupation significative liée aux inégalités et à la justice sociale. Un exemple éloquent est l’accord sur les retraites, négocié en secret entre le gouvernement et les partis bourgeois dans les années 90, adopté par le Parlement en 1998. L’idée principale est de faire dépendre les avantages des changements du PIB et des tendances démographiques. Quinze ans plus tard, le système a généré un degré de pauvreté relative plus élevé que la moyenne de l’UE. En 2004, le parti a aboli toutes les taxes sur les successions et les dons. La gestion des crises et la promotion de la croissance ont fait ressortir d’autres préoccupations économiques.

Selon le récit prédominant, la Suède est devenue une société menacée par l’immigration. Dans cette version des événements, les immigrés constituent le principal problème du pays, rappelant ainsi l’auto-perception allemande généralisée de l’entre-deux-guerres, Die Juden sind unser Unglück. Selon le dirigeant du parti à la tête de l’Alliance bourgeoise quadripartite, « l’intégration » est le facteur qui relie « la plupart des problèmes que nous avons en Suède ». Ce thème de campagne persistant – « La question du destin » – est une reconnaissance tacite du fait que le programme néolibéral de réduction des impôts et de nouvelles privatisations, toujours à l’agenda de l’Alliance, n’a plus d’attrait en masse.

À l’hiver et au printemps 2018, le SAP et quatre partis bourgeois ont convergé pour considérer les immigrés et leur «intégration» comme le principal problème politique auquel le pays était confronté, se faisant concurrence pour être le mieux placé pour le combattre. Cette approche impliquait de jouer sur le terrain des démocrates suédois xénophobes et anti-immigrés, qui ont grimpé en flèche dans les sondages.

Après la guerre, et en particulier depuis les années 1960, la Suède était ouverte à une immigration importante de main-d’œuvre, la majorité venant de Finlande mais quelques-uns venant du sud de l’Europe. Dans les années 1970, il accueillait des réfugiés politiques d’Amérique latine et, dans l’ensemble, ils étaient très bien accueillis. Une nouvelle vague d’immigrants est arrivée avec l’éclatement de la Yougoslavie au début des années 90, qui a coïncidé avec la profonde récession qui a suivi la crise financière de 1991. En Suède d’après-guerre, la conception de soi qui prévalait était à la fois internationaliste et social-démocrate. L’ONU et l’aide au développement ont bénéficié d’un large soutien. Le leader du SAP, Olof Palme, a mené son gouvernement et son parti contre la guerre américaine au Vietnam. Au début des années 2000, la Suède a accueilli de nombreux réfugiés de la guerre destructrice menée par les États-Unis en Irak, ainsi que des conflits dans la Corne de l’Afrique et (plus récemment) en Afghanistan. Il n’est donc pas étonnant que la Suède, avec l’Allemagne, ait été l’unique destinataire volontaire de la vague de réfugiés syriens et afghans en 2015, qui a accueilli plus de 160 000 réfugiés, soit l’équivalent de près d’un million de réfugiés britanniques au Royaume-Uni. En 2017, près de 19% des habitants de la Suède étaient nés à l’étranger, dont 11% d’Asie ou d’Afrique.

Alors que la Suède opposait une politique raciste et xénophobe à la politique des réfugiés en matière d’ouverture, elle jouissait d’un large soutien de la part du public. Selon l’Enquête sociale européenne, les pays nordiques en général, et la Suède en particulier, avaient la vision la plus positive de l’immigration en Europe. Néanmoins, la Suède compte désormais un parti anti-immigration xénophobe important au sein du parti démocrate suédois. Le parti est entré au Parlement pour la première fois en 2010, franchissant le seuil des 4% à 5,7%, pour atteindre 12,9% en 2014. Les sondages ont montré que le soutien aux démocrates suédois grossissait avec l’arrivée des (principalement) réfugiés syriens en 2015, plongé à nouveau l’année suivante. En septembre 2018, ils ont obtenu 17,5% des suffrages nationaux. Ils se trouvaient tous les deux à Scania, où les démocrates suédois ont obtenu la plus grande part des voix, passant de 25 à 39%, dans 20 des 33 municipalités.

En tant que province frontalière via la mer Baltique, Scania est le lieu d’entrée de nombreux immigrants. C’est également une région très inégale, avec un certain nombre de municipalités postindustrielles en décomposition proches des zones de richesse et de prospérité.  Malgré les avancées plus au nord cette année, les démocrates suédois restent un parti dominé par le sud et à prédominance provinciale. Au niveau national, ils se sont révélés relativement faibles en 2018 dans les grandes villes suédoises.   

De l’élection de 2014 à aujourd’hui, les démocrates suédois ont mis l’emphase sur l’immigration et fait des progrès substantiels dans la classe ouvrière. Dans des secteurs tels que les transports et la construction, les entreprises européennes de l’UE ont de plus en plus cherché à saper le marché du travail en faisant venir des travailleurs faiblement rémunérés de l’étranger (y compris de pays non membres de l’UE: travailleurs de la construction thaïlandais par exemple).

Entre 40 et 50% des électeurs démocrates suédois – c’est-à-dire environ 8% de la population suédoise totale – semblent être des racistes ou des xénophobes: des personnes qui ne veulent pas d’un voisin immigré ou d’un immigrant se mariant dans leur famille. L’étiquette conventionnelle de «populisme de droite» convient mal aux démocrates suédois. Le parti ne surfe pas sur une vague d’oratoire démagogique, avec des attaques ardentes contre l’establishment et des promesses sauvages pour le peuple. Le parti se présente comme « social conservateur », sur une « base nationaliste ».

Déclin du centre gauche

Les élections en Suède fournissent un exemple de la crise profonde qui affecte la social-démocratie européenne classique. La désindustrialisation a réduit le noyau historique de la classe ouvrière – les travailleurs des transports et de la fabrication employés dans les grandes entreprises – et infligé un séisme économique dévastateur au paysage social du capitalisme industriel. En 1982, les ouvriers de l’industrie représentaient 20% de l’électorat suédois; en 2014, ils ne représentaient que 9%. Les bouleversements socio-économiques, les nouvelles technologies de communication et les nouvelles formes de mobilité ont ébréché les communautés populaires, leurs organisations (partis et syndicats) et leur culture. Les villes et les villages industriels suédois ont vu leur culture de la classe ouvrière, auparavant riche et dense, affaiblie. Cependant, 61% des ouvriers et 73% des cols blancs sont toujours syndiqués. Entre 1982 et 1991, la part du vote de la classe pour le SAP est passée de 70 à 57%. Le principal bénéficiaire à l’époque était un parti populiste néolibéral, la Nouvelle démocratie, à l’accent nettement xénophobe. Après une reprise de courte durée en 1994, les élections de 2006 ont fait chuter les électeurs, qui ont surtout perdu les électeurs, qui se sont concentrés sur les questions de l’emploi et de l’écart grandissant entre les personnes au travail et celles au chômage, doublant ainsi presque soutien de la classe ouvrière entre 2006 et 2010. Ces nouveaux électeurs de la classe ouvrière modérée ont ensuite fourni aux démocrates suédois l’essentiel de leur croissance électorale en 2014.

En 2018, le SAP a reçu un peu moins du tiers des suffrages de la classe ouvrière, soit 31%, tandis que le bloc rouge-vert en a remporté 44% au total, contre 56% en 2014 et 71% en 2002. C’est la première fois dans l’histoire suédoise moderne que les partis de droite ont conquis une majorité d’électeurs de la classe ouvrière, environ un tiers d’entre eux se rendant aux quatre partis de l’Alliance et un quart aux démocrates de Suède. Le déclin du PAS au cours de la dernière décennie n’a pas suivi une trajectoire linéaire. Le soutien de la classe ouvrière au parti a fluctué dans les grands sondages biannuels d’allégeance politique : de 52% en novembre 2013 à 33% en novembre 2015, ils sont remontés à 39% en novembre 2017 avant de tomber à 29% en mai 2018.

Sur le plan social, malgré le vandalisme récent, la Suède a toujours un héritage de réformes durable. Il n’y a pas de villes ou de régions entières en proie à la dislocation économique. Le principe des droits sociaux des citoyens est fermement ancré. Alors que l’immigration de masse a mis le marché du travail suédois sous pression, elle a plutôt bien réagi par rapport aux normes internationales, avec un taux d’emploi des hommes nés à l’étranger (78,4%) supérieur à la moyenne de tous les hommes nés dans l’UE. Les femmes nées à l’étranger ont le même taux d’emploi (67,4%) que les deux sexes combinés dans l’UE. Sur le plan culturel, l’orientation de l’après-guerre vers l’universalisme et la solidarité internationale persiste en Suède, ce qui empêche les partis bourgeois conventionnels de former un gouvernement avec le soutien de la droite xénophobe, à l’instar de leurs homologues des trois autres États nordiques.

 Réalignements à gauche?

Comme on l’a vu dans plusieurs pays, la crise de la social-démocratie peut être compensée par la montée de nouvelles forces de gauche. Le parti de gauche suédois a fait un pas en avant modeste aux élections de 2018, augmentant son vote de 2,3% pour remporter 8% du total des sondages. C’est maintenant un parti de taille moyenne dans les trois plus grandes villes de Suède, avec 12 à 14% des voix, et des bastions municipaux dans tout le pays. Le parti de gauche est une force social-démocrate de gauche décente, soutenue par des conseillers locaux diligents et un dirigeant populaire, mais sans grande force idéologique ni capacité d’innovation politique. Ses racines se trouvent dans le Parti eurocommuniste, à présent dominé par les cols blancs, tout en obtenant encore 9% du vote de la classe ouvrière lors de la dernière élection. Il perpétue l’héritage politique de 1968 en Suède et a connu un afflux considérable de nouveaux membres ces dernières années.

Nous vivons à une époque de mouvements peu structurés qui se mobilisent à travers les médias sociaux et dans les rues. Parfois, ces énergies peuvent être canalisées vers la tâche de transformer un parti existant, comme avec la campagne Corbyn et Momentum. Dans d’autres cas, ils peuvent conduire à un nouveau type de parti de type mouvement, tel que Podemos en Espagne ou La France insoumise. En Allemagne, l’avenir du nouveau mouvement Aufstehen lancé par Sara Wagenknecht est toujours ouvert. Un mouvement suédois devrait être du type œcuménique allemand, mais sans son caractère nationaliste. Comme en Allemagne, il n’y a pas de place pour un autre parti de centre-gauche et les partis existants sont fortement institutionnalisés. Pour la même raison, les militants de gauche ne sont pas une porte ouverte pour entrer dans une organisation moribonde qui supporte toujours un véritable poids parlementaire, comme le parti travailliste britannique. Il n’ya pas non plus de base pour un mouvement populaire de type Podemos, au moins jusqu’à la prochaine crise économique.

Ce qu’il faut, et c’est possible, est un mouvement large et non sectaire qui ébranle le SAP, le parti de gauche et les Verts, leur insufflant une nouvelle énergie, des idées et du radicalisme et en donnant espoir et inspiration aux personnes progressistes désillusionnées par les partis existants. Nous pourrions ajouter qu’il existe plus de potentiel dans la classe moyenne progressiste suédoise que dans de nombreux autres pays, dans la mesure où la majorité des couches moyennes suédoises sont des employés syndiqués. Une bataille sociale majeure s’annonce qui sera centrée sur la dignité du travail professionnel – son éthique, sa vocation professionnelle, son autonomie et sa responsabilité – sous des assauts de plus en plus agressifs de la «nouvelle gestion publique», des flibustiers de la privatisation et de leurs bourreaux de consultants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici