Venezuela : polarisation et désespoir

José Natanson, directeur de l’édition latino américaine du Monde diplomatique, Sin Permiso, 27 janvier 2019

 

 

Qu’est-ce que le Venezuela? Une démocratie? Une dictature?

Jusqu’en décembre 2017, le Venezuela s’enfonçait dans une série de gigantesques déficits institutionnels et républicains. Néanmoins, il a continué à organiser des élections raisonnablement libres et concurrentielles, au cours desquelles le gouvernement ne s’est pas privé de renverser les tribunaux en utilisant de façon flagrante toutes les ressources de l’État à sa portée, mais dans lequel l’opposition était réellement présente et dont les résultats ont été vérifiés par des institutions telles que le Centre Carter et les Nations Unies. Si la démocratie peut être définie comme un type de régime dans lequel il n’existe pas seulement des élections, mais où nous ne savons pas à l’avance qui les gagnera, si la démocratie comporte finalement un certain degré d’incertitude, le Venezuela était toujours une démocratie,

Mais ces dernières années, cela a changé. En décembre 2015, l’opposition a triomphé de manière inattendue lors des élections à l’Assemblée nationale. Elle a obtenu une majorité des deux tiers, suffisante pour réformer la Constitution et bloquer le gouvernement, et a annoncé que son plan était de forcer un départ anticipé de Nicolás Maduro. La Cour suprême de justice (TSJ), a accepté, avec des arguments douteux, d’endosser l’élection dans l’État d’Amazonas. L’opposition a ainsi perdu les deux tiers des sièges, et refusé de se conformer à la sentence. En réponse à une demande du pouvoir exécutif, la Cour suprême a déclaré l’Assemblée coupable d’outrage au tribunal.

L’impasse institutionnelle provoquée par le conflit de pouvoirs a été aggravée par une série de marches et de manifestations qui, entre avril et juillet 2016, ont causé la mort de plus de 100 personnes. La répression du gouvernement, selon les paramètres utilisés, était féroce, tant du côté de l’État que ce celui des « collectifs » armés. Des morts chavistes ont également été enregistrées entre les mains de foules déchaînées venues brûler une personne vivante.

La sortie que Maduro a trouvée plus politique que démocratique a été l’annonce des élections à l’Assemblée constituante du 1er mai 2017. Elles se sont déroulées selon un curieux système de représentation sectorielle, non prévu dans la Constitution en vigueur, selon lequel une partie du 564 électeurs ont été choisis par secteur (paysans, travailleurs, handicapés, hommes d’affaires, etc.) et un autre par les municipalités, dans une conception qui confère au chavisme un avantage indéniable. L’opposition n’est pas apparue et les élections ont pris forme, pour la première fois, sans scrutateurs indépendants. Selon le Conseil électoral national, le taux de participation était de 40%, bien que la société en charge des machines à voter estime que le taux de votation a été encore plus bas.

Se sentant renforcé, Maduro a appelé à des élections régionales (gouverneurs) le 15 octobre 2017, qu’il reportait depuis un an sans autre argument institutionnel que la possibilité d’une défaite. L’opposition a présenté des candidats, les élections se sont déroulées normalement et des chavistes  ont prévalu dans 18 des 23 États et ont même vaincu des personnalités de l’opposition telles que Henri Falcón à Lara et le successeur d’Henrique Capriles à Miranda. L’opposition a dénoncé la fraude, bien qu’elle n’ait jamais pu prouver ses allégations.

La corrélation des forces a changé. Le gouvernement, qui avait auparavant reporté les élections régionales, a décidé cette fois de faire avancer les élections présidentielles. Affirmant que le Conseil électoral national avait imposé une série de restrictions insurmontables, telles que la nécessité de revalider les bulletins de vote de tous les partis et l’interdiction de la Table de l’unité démocratique, nom historique de l’anti-chavisme. L’opposition a décidé de ne pas comparaître. Mais un secteur, dirigé par Falcon, est apparu et a été largement battu. La participation était faible. Le 10 janvier, Maduro a été élu à nouveau en tant que président.

Ainsi, avec une Assemblée législative légalement constituée mais dépourvue de fonctions réelles, une Assemblée constituante manifestement illégale et un président endommagé dans sa légitimité d’origine, nous arrivons à la situation actuelle. La décision inhabituelle de Juan Guaidó de se déclarer « président en charge » et la décision encore plus inhabituelle des États-Unis et de nombreux pays d’Amérique latine de « le reconnaître » intensifient la tension et accentuent la polarisation. Mais jusqu’où va la main sinistre de l’empire? En fait, à moins qu’il ne décide d’une invasion armée des Caraïbes ou de la Colombie, ce qui créerait un Vietnam extrêmement difficile à imaginer sous l’administration Trump qui vient de se retirer de la Syrie, la capacité d’ingérence de Washington se limite à des sanctions financières et au soutien à l’opposition. Au-delà des intentions, l’effet est limité : le Venezuela n’est pas une île, il ne peut pas être bloqué comme Cuba et il survit essentiellement de la contraction de ses exportations de pétrole, un bien que trouvent toujours ceux qui l’achètent (notamment les États-Unis). L’interférence existe, mais insuffisante pour renverser le chavisme.

L’explication du drame vénézuélien est fondamentalement locale: une économie disloquée (un million pour cent de l’inflation l’année dernière), une détérioration sociale dramatique (62% de la pauvreté selon l’indice élaboré par les universités), le taux d’homicide le plus élevé d’Amérique latine (89 pour cent mille habitants) et une société en décomposition (environ deux millions d’émigrants en deux ans, comprenant pratiquement toute la classe moyenne). Malgré cela, Maduro a réussi à se maintenir au pouvoir, essentiellement pour trois raisons. Le premier est le contrôle vertical de la force armée bolivarienne, qui n’est pas un « allié » du gouvernement, mais un élément essentiel du dispositif de pouvoir. La seconde raison, ce sont les vestiges de légitimité qui subsistent du fait des formidables avancées sociales sous les gouvernements Chávez et du rejet généré par l’opposition politique par les secteurs populaires, ce qui explique pourquoi « les pauvres ne descendent pas des collines ». Ce soutien social relatif est complété par le réseau désorganisé et inefficace, mais énorme, de fourniture de produits alimentaires de base instrumentés par le biais du « Carnet de la Patria » et par le fait que, du fait d’une hyperinflation plutôt que par une décision délibérée de politique économique, des services publics – électricité, métro, internet – sont pratiquement gratuits. Le troisième aspect qui explique la survie est le soutien géopolitique de grandes puissances telles que la Russie et la Chine et de puissances émergentes telles que l’Iran et la Turquie, qui ont offert une aide financière,

Dans ce cadre, la seule issue possible est une négociation entre les parties, ce qui semblait à un moment donné possible et est aujourd’hui exclu. Dans le contexte de polarisation actuel, l’une des plus grandes difficultés est la question de l’immunité des fonctionnaires de Chavez en cas de départ du gouvernement. Puisque l’opposition a un esprit de vengeance mortelle, les chavistes soupçonnent à juste titre que quitter le gouvernement n’impliquerait pas un passage pacifique à l’opposition parlementaire, mais plutôt une peine d’emprisonnement à vie ou un exil.

Revenons à la question du début. Le Venezuela n’est pas une dictature au sens strict. Ce n’est ni un régime stalinien ni un système à parti unique: il n’y a pas de violations massives des droits de l’homme (bien qu’ils soient ciblés et une politique de « zone libérée » pour les actions des groupes parapublics dans les quartiers). La liberté d’expression persistante, bien que limitée surtout dans les médias numériques, continue. Maduro n’est pas un autocrate et la société peut s’exprimer électoralement. Dans le même temps, il existe au Venezuela une interdiction évidente des opposants et un nombre croissant de prisonniers politiques. Si au Brésil, Lula ne pouvait pas se présenter aux dernières élections, au Venezuela, les principales personnalités de l’opposition sont exilées (Manuel Rosales), disqualifiés (Henrique Capriles, Corina Machado) ou prisonniers (Leopoldo López). Si en Argentine, Milagro Sala est en prison, au Venezuela, il y a des dizaines de prisonniers politiques, certains d’entre eux emprisonnés simplement pour avoir organisé des manifestations pacifiques et la majorité détenue dans des conditions inhumaines. Le militarisme est, depuis l’époque de Chavez, une des caractéristiques du régime. Et enfin, comme on l’a vu ces jours-ci, la répression dans les rues atteint une férocité que l’on ne retrouve dans aucun autre pays d’Amérique latine à l’exception du Nicaragua (le silence de la gauche latino-américaine à cet égard est frappant).  Comme nul autre pays de la région, le Venezuela est une démocratie, une sorte d’autoritarisme chaotique et ultra-corrompu, un régime hybride qui combine des éléments démocratiques et autoritaires et qui mue en fonction du contexte international, des prix du pétrole, de l’humeur du gouvernement et de la corrélation des forces avec l’opposition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici