Accueil Moyen Orient et Maghreb Pays du golfe Arabie saoudite : migrants détenus dans des conditions inhumaines

Arabie saoudite : migrants détenus dans des conditions inhumaines

0
186
Huma Rights Watch

Des migrants détenus ont évoqué des actes de tortures, des meurtres et le risque élevé de Covid-19

– Des centaines de travailleurs migrants, pour la plupart éthiopiens, sont détenus dans un centre de Riyad, en Arabie saoudite, dans des conditions dégradantes et y subissent des mauvais traitements, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Des détenus ont allégué à Human Rights Watch qu’ils étaient confinés dans des pièces surpeuplées pendant de longues périodes et que les gardiens les avaient torturés et battus avec des barres métalliques recouvertes de caoutchouc. Selon leurs témoignages, ceci a provoqué la mort d’au moins trois détenus, entre octobre et novembre.

Les autorités saoudiennes devraient immédiatement libérer les détenus les plus vulnérables et veiller à ce que la détention ne soit utilisée qu’en tant que mesure exceptionnelle de dernier recours. Elles devraient immédiatement mettre un terme à tout acte de torture et tout autre mauvais traitement, et veiller à ce que les conditions de détention soient conformes aux normes internationales.

« L’Arabie saoudite, l’un des pays les plus riches du monde, n’a aucune excuse pour détenir des travailleurs migrants dans des conditions abjectes pendant des mois, dans un contexte de pandémie », a déclaré Nadia Hardman, chercheuse sur les droits des réfugiés et des migrants à Human Rights Watch.

En novembre 2020, Human Rights Watch s’est entretenu par téléphone avec sept migrants éthiopiens détenus dans un centre d’expulsion à Riyad et avec deux hommes indiens qui étaient détenus dans le même centre avant d’être expulsés. La majorité des détenus ont été arrêtés et détenus par les autorités parce qu’ils ne détenaient pas de permis de séjour valide.

Toutes les personnes interrogées ont déclaré que les autorités saoudiennes les avaient gardées dans des pièces exiguës et insalubres avec parfois 350 autres migrants pendant des mois. Plusieurs migrants ont déclaré que la crainte de contracter le Covid-19 était leur principale préoccupation.