Le Canada dans le monde : dire ce qu’on fait

0
191

Groupe McLeod, 10 mars 2021

 

Ketty Nivyabandi a été nommée secrétaire générale d’Amnistie internationale Canada en septembre 2020. Elle a accepté de partager avec le Groupe McLeod quelques réflexions sur son nouveau rôle et sa vision de la politique étrangère du Canada.

 Pourriez-vous vous présenter?

Je viens du Burundi, en Afrique centrale et orientale. J’y ai vécu jusqu’en 2015 lorsque je suis arrivé au Canada. J’ai étudié les relations internationales et aussi mineure en journalisme et j’ai commencé à travailler dans le journalisme au Burundi et je me suis lentement orientée vers la communication. Au fil du temps, je suis devenu de plus en plus un activiste et j’ai joué un rôle vraiment important dans une crise que mon pays a traversée en 2015, une crise constitutionnelle profonde avec de grandes manifestations. J’étais fier d’y mener pacifiquement la manifestation des femmes. En conséquence, de manière très inattendue, j’étais en grand danger, il y avait beaucoup de menaces sur ma vie et j’ai dû quitter mon pays. Tout à coup, je suis devenu un réfugié, quelque chose qui n’avait été qu’une chose conceptuelle pour moi, quelque chose qui m’intéressait et dont j’avais entendu parler, mais je n’avais jamais pensé que cela m’arriverait.

Mon expérience d’être à la fois militante et réfugiée m’a profondément façonnée. Quand je suis arrivé au Canada, je me suis retrouvé à faire beaucoup d’activisme et de défense des droits. J’ai un arrière-plan un peu non traditionnel pour ces cercles. Beaucoup de gens viennent d’un milieu universitaire. Je viens d’un milieu vécu. C’est intéressant pour Amnesty.

Quelle est votre opinion sur le bilan du Canada en matière de droits de la personne à l’échelle internationale?  

La crédibilité et la légitimité du Canada sur les questions de droits de la personne à l’échelle mondiale sont étroitement liées à la façon dont il défend les droits de la personne au pays. Souvent, nous ne relions pas les deux, mais c’est très important. Le Canada jouit d’une bonne réputation, en particulier dans les instances mondiales. Ce qui est vraiment important à mon avis, c’est que nous sommes à une époque où il y a un manque de leadership mondial et un manque de leadership moral en matière de droits de l’homme. De plus en plus, nous avons besoin de ce leadership en matière de droits humains. Et le Canada pourrait jouer ce rôle. Il faut simplement que nous prenions les droits de la personne au sérieux dès maintenant au niveau national.

Que devrait faire le Canada pour être ce chef de file sur la scène internationale?

Tout d’abord, réparez le local. Vous ne pouvez pas prêcher ce que vous ne pratiquez pas. Vous serez fortement mis au défi. La cohérence de la politique étrangère est un facteur très important. Rien n’est plus dommageable que lorsque nous voyons le Canada adopter une position très ferme sur les violations des droits de la personne d’un pays et que les mêmes violations se produisent dans un autre pays, parfois même au plus haut niveau, mais qui ne sont pas traitées de la même manière, peut-être parce il y a des intérêts contradictoires dans le chemin, des intérêts commerciaux par exemple. Il est donc difficile pour le Canada de parler avec force de ces cas. Et ces incohérences nuisent vraiment à la crédibilité du Canada sur la scène internationale.

Prenons par exemple la politique étrangère féministe du Canada, qui est en cours d’élaboration. Nous espérons voir un livre blanc très prochainement. Le Canada continue d’exporter des armes vers l’Arabie saoudite, qui est responsable de la guerre qui se poursuit au Yémen et qui est fortement ressentie par les femmes yéménites. L’Arabie saoudite continue de violer les droits des femmes qui veulent exister, avoir le droit de conduire, d’être libres. Nous finissons par être moins crédibles lorsque nous disons une chose et ne la pratiquons pas.

 Qu’aimeriez-vous voir dans le document de politique étrangère féministe du Canada?

J’aimerais voir les points de vue des femmes et des personnes de divers genres du monde entier inclus dans l’article. Il doit s’agir d’une vision très inclusive, qui inclut le point de vue des personnes les plus touchées par la politique étrangère canadienne. Une politique féministe examine les relations et l’impact de tous les secteurs – l’impact du commerce, l’impact de l’aide, l’impact de la diplomatie – et l’impact qu’ils ont sur un pays spécifique.

Une politique étrangère féministe ne consiste pas à autonomiser les femmes dans un pays en particulier. Il s’agit de permettre aux femmes de ces pays qui sont déjà habilités à avoir la liberté d’utiliser leur leadership d’une manière qui leur semble la plus appropriée. Il ne s’agit certainement pas de définir l’ordre du jour pour eux. Il s’assure que toutes ces voix qui ne sont pas entendues dans le monde le sont réellement, ce qui crée l’espace nécessaire pour le faire.

Cela signifierait évidemment se retirer immédiatement des accords d’exportation d’armes, avec l’Arabie saoudite ou tout autre pays. Cela signifierait adhérer au Traité sur le commerce des armes, soutenir les structures et militants locaux, permettre aux femmes locales d’être les acteurs de leurs propres solutions. Cela nécessite une perspective et une approche entièrement différentes qui ne sont pas ancrées dans les intérêts du Canada, mais qui considèrent les droits de la personne comme les intérêts du Canada. Ce serait absolument transformateur. Je sais que le processus a été consultatif et j’espère que la politique reflétera la variété des points de vue qui ont été partagés.

Avez-vous collaboré avec l’ombudsman canadien pour l’entreprise responsable? Croyez-vous que c’est un instrument efficace pour responsabiliser les entreprises canadiennes?

Ce n’est pas encore un instrument efficace. Nous sommes vraiment déçus jusqu’à présent. Lorsqu’elle a été annoncée – et Amnesty a joué un grand rôle dans la promotion d’un médiateur – il y avait beaucoup d’enthousiasme et d’espoir pour ce poste. Malheureusement, il n’est pas efficace car il n’a pas le pouvoir d’enquêter et de poursuivre. Nous voyons cela comme un obstacle majeur. Nous avons été très forts en exprimant cela. Il ne suffit pas d’avoir une structure en place si elle n’a pas le pouvoir de faire son travail. Nous nous sommes engagés dans le passé avec le Bureau du Médiateur, mais il est malheureusement évident qu’il n’a pas le pouvoir de faire ce qu’il est censé faire.

Quel est votre point de vue sur les lignes directrices « Voices at Risk» d’ Affaires mondiales Canada ? 

Ketty Nivyabandi : Les lignes directrices de Voices at Risk rédigées par Affaires mondiales sont censées guider ce que fait le Canada pour protéger les droits de la personne dans le monde. Nous constatons qu’il y a tellement plus à faire pour protéger les défenseurs des droits de l’homme, en particulier en temps de crise. L’appel est toujours de soutenir les organisations locales de défense des droits de l’homme.

Un peu moins évident, lorsque les défenseurs des droits de la personne sont en danger, est ce qui se passe ensuite et comment le Canada peut les soutenir. Nous exhortons le gouvernement canadien à avoir des mécanismes pour les soutenir. Par exemple, il n’y a pas de visas qui permettent aux défenseurs des droits humains qui sont à risque et qui souhaitent déménager pour une courte période de le faire. Il n’y a pas de visa de ce type. Ils doivent passer par un processus de visa régulier ou demander l’asile et faire partie d’un flux de réfugiés qui ne répond pas aux besoins des défenseurs des droits humains. Dans de tels cas, il n’y a pas de programme solide en place pour les soutenir après leur arrivée au Canada. Une des choses que l’on ne sait pas très bien, c’est à quel point les défenseurs des droits de la personne qui sont actuellement au Canada ont besoin de soutien, en particulier les femmes qui ont quitté leur pays et sont venues au Canada.

Au-delà de cela, ce que nous voyons de plus en plus, ce sont des pays qui suivent de plus en plus ces défenseurs des droits de la personne, même lorsqu’ils sont au Canada. Il existe des risques majeurs pour la sécurité des militants des droits de la personne qui sont ici au Canada et cela doit être une priorité. Il faut y remédier. Le Canada peut définitivement jouer un rôle plus fort et plus audacieux de diverses manières. Par exemple, l’Union européenne a des lignes directrices très strictes pour les militants à risque.

Comment la réponse internationale du Canada au COVID-19 devrait-elle respecter les droits de la personne?

Ce que nous demandons vraiment au niveau international, c’est l’accès gratuit et universel au vaccin et la possibilité de mettre le vaccin à la disposition de tous. Le fait que certains pays soient en mesure d’acheter des vaccins alors que d’autres ne le sont pas est une violation des droits de tant de personnes. Et l’idée que certains pays pourraient vacciner leurs propres populations alors que d’autres seraient en danger et ne pas comprendre qu’aucun de nous ne sera en sécurité tant que nous ne serons pas tous vaccinés est absolument absurde. Nous demandons vraiment un vaccin populaire et que les pays soutiennent cet appel, au lieu de simplement chercher des vaccins pour leur seul pays.

Le COVID a eu un impact sur les droits humains de bien des manières. Nous constatons qu’il est beaucoup plus difficile d’accéder à ceux qui sont en prison, et nous voulons nous assurer que les mesures de sécurité ne sont pas utilisées comme prétexte pour sévir contre les défenseurs des droits de l’homme et violer davantage les droits de l’homme. Il y a certainement un grand rôle à jouer là-bas.