Haïti

Dossier Haïti février 2021, présenté et préparé par Pierre Beaudet

On retrouve le même dossier sur le site de notre partenaire français Intercoll, tous les articles du dossier du 8 février traduits en trois langues additionnelles: anglais, espagnol et portugais.
https://intercoll.net/Dossier-Mouvements-sociaux-en-Haiti
Les articles y sont regroupés suivant quatre catégories: la crise actuelle, dimensions internationales; un pouvoir déliquescent; l’opposition et les mouvements populaires.
Le dossier est aussi sur le site Dialogue global pour un changement systémique.

Présentation

Le président Jovenel Moise en se maintenant au pouvoir malgré la constitution du pays a déclenché une grave crise politique. Pratiquement tous les corps organisés incluant la magistrature, les organisations religieuses, les professionnels, les mouvements populaires et syndicaux appellent à la résistance. À l’extérieur du pays, les États-Unis et son fidèle allié-subalterne le Canada s’accrochent à la voyoucratie qui sévit dans ce pays depuis une décennie.

L’implosion // Jovenel et son prédécesseur, Michel Martelly, ont à peu près tout détruit, en pillant les revenus de l’État et l’énorme aide vénézuélienne (4 milliards de dollars), dans ce qui est devenu le scandale Petro-Caribe. L’infrastructure reste en ruine depuis le tremblement de terre de 2010, le chômage frappe plus de la moitié de la population, 50 % du pays vit sous le seuil de la pauvreté. Les paysans, fuyant les campagnes, s’accumulent dans les bidonvilles sous la proie des gangs mafieux militarisés, qui agissent en toute impunité. La misère est aggravée par la pandémie, l’écroulement des infrastructures sanitaires, et l’absence d’une aide internationale coordonnée.

La révolte // Tout au long de 2019 et de 2020, les manifestations populaires n’ont cessé de défier ce pouvoir. Les jeunes ont été au premier plan dans la capitale, à partir de collectifs décentralisés qui se coordonnent via les médias sociaux. De puissants mouvements paysans contrôlent des régions surtout dans le nord du pays.

Répression tous azimuts // La répression est devenue dans ce contexte la principale forme de la gouvernance. Des massacres de grande envergure, des mitraillages de manifestants non armés et de plus en plus, la terreur des gangs armés agissant sous la protection policière via des kidnappings et des meurtres, tentent de contenir la multitude.

Impasses // Si le semblant d’état subsiste, c’est certainement en bonne partie par la complicité de ladite «communauté internationale». Un autre facteur et non des moindres est la division de l’opposition. Les formations politiques sont fractionnées entre «modérés» (qui voudraient un départ de Jovenel négocié et dans l’ordre, avec l’appui de certains États étrangers) et «radicaux» qui espèrent un processus de refondation. Les uns comme les autres sont divisés en sous-fractions qui s’imposent souvent par le clientélisme. Cependant, divers processus sont en cours pour réunifier la galaxie de l’opposition au moment où le pouvoir est littéralement dans le ruisseau.

Le 8 février 2021

Collaborations et blogues

À lire «Effondrement et capitalisme vert. La collapsologie en question» de...

0
Philippe Pelletier 2020, Effondrement et capitalisme vert. La collapsologie en question, Nada, Paris, octobre 2020, 352 pages. Philippe Pelletier nous invite à nous interroger sur...

Un enjeu oublié

0
En 2015, au sommet de ce qui fut qualifié de « crise des migrants », les médias de partout sur la planète avaient les yeux tournés...

Changement de cap ? Rupture et continuité dans les élections équatoriennes

0
À la suite d’un recomptage des votes très serré lors des élections du mois dernier en Équateur, deux candidats iront au deuxième tour, soit...

L’Organisation mondiale du commerce doit écouter les pays pauvres

0
Chronique publiée dans Le Devoir, samedi 27 février 2021, dans la section Opinion. Pendant que le Québec navigue avec difficulté dans la gestion de la...

Luttes féministes, luttes solidaires

0
Alors que la Journée internationale des droits des femmes approche à grands pas, force est de constater qu’il y a encore un grand nombre...

Après le FSM 2021 – Les défis de l’altermondialisme et des FSM

0
Intervention à la session du Conseil international du 20 février 2021 1. Partir d’une étape réussie du renouvellement des Forums sociaux mondiaux Le FSM virtuel de...

Les accords commerciaux et le virus numérique

0
Cet article fait partie du bulletin L'Aiguillon d'ATTAC-Québec Les travers du numérique sont en train de s’installer sans trop de difficultés un peu partout sur...

Haïti : un président au service de Coca Cola

Renel Exentus et Ricardo Gustave pour le Regroupement des Haïtiens de Montréal contre l’Occupation d’Haïti (REHMONCO)  Différents secteurs de la société civile s’insurgent contre l’établissement...

La mémoire au service des luttes: Cheikh Anta Diop

0
Il y a 35 ans, le 7 février 1986 le grand historien et anthropologue Cheikh Anta Diop décédait. Né le 29 décembre 1923 dans...

Lancement de la mobilisation sociale pour la COP 26 – 2.0

0
La relance de la mobilisation internationale pour la COP 26 – 2.0 est maintenant réalisée depuis que le Collectif québécois de la société civile...